Analyse de France / Nouvelle-Zélande (7-8), Finale de Coupe du Monde de Rugby 2011
Oct23

Analyse de France / Nouvelle-Zélande (7-8), Finale de Coupe du Monde de Rugby 2011

  0 Like(s) Dimanche 23 octobre 2011 – la Nouvelle Zélande est devenue championne du monde en battant la France par la plus petite des marges (8-7). Elle remporte la compétition pour la deuxième fois de son histoire après le sacre de 1987. Les Bleus, quant à eux, échouent en finale pour la troisième fois. J’aimerais débuter cette analyse par les mots de Pierre Berbizier (« Le plus fort sur cette coupe du monde a gagné… Mais le plus fort aujourd’hui n’a pas gagné… ») et montrer que la France peut être fière de son équipe avec le match exceptionnel qu’elle a réalisé.   Remember 2007 Dès l’arrivée des joueurs sur le terrain, on a tout de suite senti que ce match allait entrer dans une dimension exceptionnelle et offrir un combat de tous les instants. Le score final n’est certes pas grand (15 points au total) mais l’intensité tout au long de la partie a été énorme : une intensité qui a démarré dès les hymnes nationaux (une Marseillaise poignante pour les joueurs bleus, et un hymne néo-zélandais repris par tout un stade) avant que le haka black décuple la motivation française puisque les Bleus nous ont refait le coup de 2007 en venant au contact de la bande à McCaw. Les Bleus ont tout de suite affiché leur force mentale, eux que les médias néo-zélandais voyaient enterrés à 10 mètres sous terre dans cette finale. Non, les Bleus se sont élevés tel un seul homme pour s’opposer à la démonstration de force adverse pendant leur danse rituelle. Et, ce n’est pas sans mentir que les Blacks ont paru surpris voire intimidés par la provocation bleue. Ce combat de force peut d’ailleurs se résumer aux prestations des deux capitaines du soir : Dusautoir et McCaw qui ont eu des trajectoires bien différentes bien qu’évoluant au même poste (3ème ligne aile). Le toulousain a été monstrueux à l’impact, en défense et en percussion, c’est lui qui inscrit l’essai français. Le capitaine black par contre, a été bien trop discret pour relever de quelconques qualités dans ce match (Et non, ce n’est pas mon chauvinisme qui parle mais bien mon objectivité). De même, nous aurions pu comparer les performances des paires à l’ouverture où les Bleus à l’image de l’excellent Trin Dhuc (Parra étant sorti sur blessure) ont offert un jeu au pied performant. Bref, tous les joueurs Bleus ont répondu présents dans ce match et ont su faire abstraction de tout l’environnent néfaste autour du groupe pendant ces dernières semaines (notamment depuis la demi contre Galles) pour offrir leur plus beau match de la compétition.   Une première mi-temps serrée …...

Lire la suite
Ben le Sport : Analyse de France / Galles (9-8), 1/2 Finale de Coupe du monde de Rugby 2011
Oct15

Ben le Sport : Analyse de France / Galles (9-8), 1/2 Finale de Coupe du monde de Rugby 2011

  0 Like(s) Samedi 15 octobre 2011 – L’équipe de France est en finale de la Coupe du Monde de rugby après avoir « dominé » le Pays de Galles (9-8) au terme d’un match plus que difficile pour les Bleus, malgré une supériorité numérique pendant 62 minutes. La France passe à 1 point de la Galles de bois J’avais pronostiqué du beau jeu entre deux équipes joueuses et libérées après leur magnifique succès en quart contre les Anglais pour les Bleus et contre les Irlandais pour les Gallois. Mais voila, les hommes de Lièvremont sont passés tout près d’une élimination en déjouant totalement. J’aimerais les croire mais … Yachvili saluait en fin de match la solidarité et l’état d’esprit de son équipe. Peut-on réellement être d’accord avec lui, lui qui a joué, avec ses partenaires, plus d’une heure à 15 contre 14 ? On ne peut pas dire que cette supériorité numérique ait permis aux Bleus de dominer ou de tout simplement résister aux assauts gallois (hormis la dernière minute de jeu). Au contraire elle s’est fait chahuter, malmener pendant les 3/4 du match,  en encaissant notamment le seul essai du match, concédant 5 pénalités et s’exposant à plusieurs tentatives de drop. Non, la réalité est que les Gallois méritaient de gagner ce match tellement ils nous ont battu sur presque tous les domaines : possession, occupation, défense (puissance incroyable de leur pack), agressivité. Valeureux, solidaires, offensifs, percutants, … ne leur manquait ce soir que l’adjectif opportunistes pour remporter ce match, et un bon jeu au pied. Ce sont d’ailleurs les 4 pénalités ratées (!) d’Halfpenny et de Hook qui leur ont réellement couté la victoire. Le jeu au pied, c’est ce qui a permis  par contre, aux Français de marquer leurs 9 points, avec  un 3/3 pour Parra, probablement le meilleur bleu de ce match (2 excellentes percées, mais sans aucun soutien de ses centraux). En dehors de cela et du fait qu’ils aient été a un mètre de l’essai (25eme), rien; les Bleus n’ont montré aucune volonté ni organisation offensive. Pire, on les a sentis par moment paresseux dans le replacement défensif… Alors oui, la pression était peut-être indéniablement de leur coté, eux qui aux dires de leur sélectionneur ne se sont jamais découverts parce qu' »ils n’ont pas voulu ou pas osé » préférant « se contenter de peu mais ce peu a suffit ». En tout cas, on ne pourra pas vraiment jeter la pierre au XV de France  quand on regarde d’où vient cette équipe et les nombreuses critiques qu’elle a essuyées tout au long de l’année. Mais j’aurais préféré voir un XV sans pression, jouant libéré et avec...

Lire la suite
Ben le Sport : L’analyse de France vs Bosnie (1-1)
Oct12

Ben le Sport : L’analyse de France vs Bosnie (1-1)

  0 Like(s) Mardi 11 octobre 2011 – On aimerait retenir que le résultat, à savoir la qualification pour l’Euro 2012 suite au match nul obtenu par l’équipe de France face à la Bosnie (1-1). Mais que ce fut pénible et laborieux pour les Bleus que se sont faits royalement dominer pendant 1 heure de jeu. 60 minutes catastrophiques La Bosnie a affiché un visage qui a du en surprendre plus d’un, Laurent Blanc le premier. C’est clair, on était loin de l’équipe de l’aller (0-3) qui n’avait rien pu faire face au collectif huilé des Bleus dans leur match jusqu’à présent référence. Cette fois-ci, à Paris, les hommes de Susic ont respecté les consignes de leur entraineur, à savoir jouer au ballon et tenter les coups à fond. On peut pas dire que l’opposition les a considérablement gênés dans leur entreprise car l’équipe de France à l’image de son quatuor défensif a été archi nulle au cours des 60 premières minutes. C’est simple, il n’y avait qu’un seul joueur à réellement surveiller et à ceinturer côté Bosnien : l’ami Dzeko. Et nos deux centraux se sont littéralement vautrés dessus, particulièrement Rami. Le géant Bosnien s’est promené dans une défense de fantômes décidément trop gentils (trop inexpérimentés ?) pour l’inquiéter en gagnant quasiment tous ses duels et en se permettant le luxe d’attirer tous les ballons dos au but et de pouvoir se retourner sans problème. Et on peut remercier sa maladresse sans quoi Lloris en aurait pris plus d’un dans sa musette. Par contre, sur son tir, il n’y a rien à redire … après quelques déchets, un tir extraordinaire … la marque des grands. diront certains. Des mauvais choix de Blanc ? Non décidément les Bleus jouent sur courant alternatif après un bon match contre l’Albanie, et on est en droit de s’inquiéter de la réelle valeur de cette équipe quand le niveau s’élève, car le match de ce soir a révélé nos difficultés aussi bien en défense qu’au milieu, où là aussi on a bu la tasse. Le duo M’Vila-Cabaye n’a jamais tenu la route face à Pjanic-Misimovic. Et j’en viens à me poser des questions sur les choix de Laurent Blanc. Fallait-il faire jouer des gars comme Evra, Abidal, Cabaye qui revenaient de blessure ? Également, je m’en viens à me demander s’il ne valait pas mieux de prolonger l’expérience bleue de Debuchy et de Gomis, auteurs de matchs intéressants contre la Bosnie parce que l’on s’est vite rendu compte que le 4-5-1 n’allait rien apporter avec un Remy seul en pointe. Avec Menez, tout s’accélère. Avec Saphic, aussi Et c’est justement quand Remy s’est...

Lire la suite
Ben le Sport : Les notes de France vs Bosnie (1-1)
Oct11

Ben le Sport : Les notes de France vs Bosnie (1-1)

  0 Like(s) LLORIS (5) : Il a vu un nombre incalculable de tirs passés autour de sa cage mais aussi des tirs mous du genou. Il n’a jamais été réellement mis en difficulté, le tir de Dzeko est imparable. Il aurait néanmoins pu imposer plus de discipline dans sa défense, il en est le capitaine. REVEILLERE (4) : Il nous avait laissé sur une bonne impression contre l’Albanie avec son déboulé. Là, il n’y a eu ni bonne impression, ni déboulé. A l’image de ses co-équipiers en défense, il s’est montré plus que fébrile, laissant son vis à vis jouer sans faire preuve d’agressivité ni de solidité. RAMI (2) : à la rue, complétement. Il s’est tout de suite illustré en s’emballant avec cette tentative de montée vite contrée. L’ancien Lillois n’a jamais pesé contre Dzeko son adversaire direct qui a toujours pris le dessus. Il a été moins mis à contribution en 2ème période qui s’explique par la baisse de régime des bosniens mais il restait tout de même en perpétuelle difficulté. ABIDAL (3) : on l’a moins vu que son compère central qui lui était en souffrance face au géant Bosnien. Presque transparent, le barcelonnais aurait du, quand il le pouvait, lui venir en aide., chose qu’il a enfin mis en pratique sur quelques actions en 2ème période. Mais, faute de vis à vis, il a traversé la rencontre tel un fantôme, un comble pour un défenseur. EVRA (4) : il y a deux versions du mancunien : le défensif et l’offensif. La plupart des attaques étaient menées sur son coté. Son entente avec Malouda a assez bien fonctionné même si elle n’a pas été fructueuse. Mais il aurait du se contenter en 1ère mi-temps, à l’image de Reveillère, de se limiter à contenir Pjanic et Mujdza tellement ils se sont baladés dans son couloir. Par contre, quand il fallait vraiment attaquer (2ème mi-temps), il a commencé à disparaitre de la circulation. Mauvaise pioche ! M’VILA (3) : la déception. Yann nous avait habitué à beaucoup mieux depuis ses débuts en bleu. Cette fois-ci, il a montré tout l’opposé de ce qui nous plait chez lui : mauvaises passes, manque d’agressivité, manque de rapidité et de percée. Avec son partenaire du milieu, il s’est fait promener par Pjanic et Misimovic. A l’image de son équipe, il a toujours eu du mal à se situer. CABAYE (3) : la même chose que M’Vila. Ses erreurs techniques ont mis parfois les Bosniens en bonne position de contre ou d’attaque. Totalement dépassé dans l’entre-jeu, à l’image de son carton jaune pris pour une faute d’anti-jeu, il n’a jamais su...

Lire la suite
Ben le Sport : l’analyse de France vs Albanie (3-0)
Oct08

Ben le Sport : l’analyse de France vs Albanie (3-0)

  0 Like(s) Vendredi 7 octobre 2011 – La France a remporté le premier des deux derniers matches de qualification pour l’Euro 2012 avec une victoire maitrisée de bout en bout face à l’Albanie (3-0). L’opposition adverse a été bien moins forte que lors du match aller à Tirana, où les Bleus avaient reculé en seconde mi-temps laissant les Albanais réduire le score (1-2). Cependant, les hommes de Blanc ont livré un des matches les plus plaisants depuis bien longtemps.   Les remplaçants ont répondu présents Après la série de blessures qui a touché l’équipe de France depuis deux semaines, on pouvait avoir des craintes face à cette formation albanaise avant d’affronter lors de la finale du groupe, l’adversaire le plus redoutable, la Bosnie. Mais comme je l’ai toujours dit, la France possède en plus des habituels de Blanc, un vivier de bons voire très bons joueurs. Je ne vais pas tourner autour du pot : il va falloir compter vraisemblablement sur des gars comme Martin, Remy, Cabaye, et Debuchy dans les futures compositions de Blanc, en lieu et place de joueurs vedettes comme Sagna, Evra, Diarra, Malouda, qui désespérément ne proposent plus rien dans cette équipe depuis des lustres. Alors certes, tous n’ont pas joué (Diarra, Sagna) mais je profite des très bonnes rentrées de Debuchy et de Gomis pour affirmer que l’EdF doit être ouverte aux joueurs d’envie et de talent, condition sine qua non pour qu’elle puisse proposer le meilleur jeu possible. Je salue donc la performance du lillois Debuchy, très disponible en phase offensive et très volontaire, en espérant que Blanc le choisisse comme titulaire mardi prochain pour ainsi le voir évoluer dans un contexte bien plus important et difficile. La France a développé un jeu attrayant fait d’enchainement de passes courtes et longues, de dédoublements, et de percussions. A cela, la performance de Remy ce soir doit être salué avec les problèmes incessants que le marseillais a causé dans la défense adverse par ses appels, ses provocations et ses dribbles. Dans ma tête, le 4-4-2 paraît être une option plus que crédible à l’avenir avec le duo Benzema-Remy, surtout si Samir Nasri propose un niveau de jeu aussi bon qu’hier soir. Le joueur de Manchester City a plus que répondu présent dans ce match après les nombreuses attaques et critiques à son égard dans les médias.   Des footix en tribunes ? Je profite de ce post pour émettre néanmoins une critique sur le public du Stade de France, critique que certains blogueurs verront sans doute comme de l’aigreur voire de la provoc. Mais, je ne peux tolérer une telle mascarade de bonheur et...

Lire la suite
Ben le Sport : Analyse du match France / Angleterre, 1/4 Finale de Coupe du monde de Rugby 2011
Oct08

Ben le Sport : Analyse du match France / Angleterre, 1/4 Finale de Coupe du monde de Rugby 2011

  0 Like(s) Samedi 8 octobre 2011 – Ils l’ont fait !! Les Bleus ont mis fin à la série de défaites qui sévissait contre l’Angleterre en Coupe du Monde avec cette victoire méritée (19-12). Mais surtout, ils ont montré à leur pays qu’ils avaient de l’orgueil et que la défaite contre le Tonga était à mettre au rayon « accident ». Ils se qualifient pour la demi-finale qui les opposera samedi prochain au Pays de Galles, vainqueurs de l’Irlande plus tôt dans la journée (22-10). A Aukland, les hommes de Lièvremont devaient se racheter. Et ils entamaient le match, la fleur au fusil. Ils m’ont fait rappeler leur 10 premières minutes contre les Blacks. Sauf que cette fois ci les Bleus ont concrétisé leur allant offensif en marquant sur deux pénalités avant que Clerc ne marque son habituel essai. Il devient d’ailleurs le recordman des essais en CdM de l’Equipe de France. Chapeau !!   Une première mi-temps exceptionnelle En 35minutes, La France a littéralement broyé les Anglais qui ont affiché un niveau de jeu défensif plus que faible. C’est clair, dès que les Français percutaient, les Anglais se mettaient à la faute. A ce moment du match, l’Angleterre ressemblait à la France de la semaine dernière. Le monde à l’envers !! Les Bleus ont offert une première mi-temps d’un très haut niveau, avec un jeu des plus complets aussi bien en mêlée (où le pack français pesait moins lourd) avec des avants qui ont fait plus que le boulot, quen phase défensive, affichant une solidarité totale et incroyable. Le score aurait pu être beaucoup plus sévère si Yachvili avait été plus en réussite sur ses coups de pied. 16-0 tel fut le score à la mi-temps. Mais les 5 dernières minutes de la première période ont montré que les Bleus n’étaient pas à l’abri d’un sursaut anglais avec cette pénétration arrêtée à quelques mètres de la ligne d’essai suite a cette passe manquée de Wilkinson, qui aura pénalisé assez son équipe par sa maladresse pendant le match. Sortie manquée pour le légendaire buteur anglais, dans probablement son dernier match avec le XV de la rose. Cet essai manqué allait préfigurer d’un réveil anglais en seconde mi-temps.   Malgré le retour des fautes côté bleu, … Car il faut bien le dire : nous avons eu peur jusqu’au bout pendant ce match avec un éventuel retour dans la partie des hommes de Martin Johnson. La fébrilité a changé de camp et les Bleus ont du faire preuve de solidarité collective phénoménale pour annihiler les fréquentes tentatives anglaises. Les fautes de main, les pénalités concédées, les attaques tranchantes finalement avortées côté...

Lire la suite
Ben le Sport : Les notes de France vs Albanie (3-0)
Oct08

Ben le Sport : Les notes de France vs Albanie (3-0)

  0 Like(s) LLORIS (6) : à l’image de sa défense, il a été rarement mis en danger hormis le corner de Duro en 1ere mi-temps. Sobre et efficace dans ses interventions, il a encore joué un match sans encaisser de but. Il aura sans doute plus de travail mardi prochain contre la Bosnie face à Dzeko et sa bande. DEBUCHY (6) : il a su profiter du manque d’offensive et de pression albanaises dans sa partie de terrain pour apporter en attaque. Le moins que l’on puisse dire c’est que le Lillois a saisi sa chance en proposant des solutions sur son côté droit, notamment en première mi-temps avec quelques bons centres et incursions. En seconde, il s’est contenté de gérer à l’image du reste de l’équipe. Il mérite largement d’être revu. RAMI (6) : Sérieux et appliqué, il a tout de même parfois fait preuve d’un surplus agressif à l’image de son carton jaune. En tout cas, son retour chez les Bleus depuis le match contre la Roumanie l’impose de plus en plus comme l’un des deux défenseurs centraux de l’équipe. Ne lui manque plus qu’un but de la tête qui ferait de lui un défenseur complet, dommage que son essai à la 25ème fut trop croisé. KABOUL (5) : Si son compère Rami s’est distingué par ses interventions, le joueur de Tottenham quant à lui s’est montré discret. Comme le reste de la défense, il n’a pas vraiment été en danger, et s’est contenté d’effectuer le minimum. Il aurait néanmoins pu en profiter en tentant des relances plus tranchantes pour dynamiser le jeu. EVRA (4) : Décidément, le mancunien n’a toujours pas compris que l’on attendait plus de lui . En 45 minutes, il n’a tout simplement rien montré offensivement alors que les taches défensives ne lui requérait que très peu d’énergie : aucun centre ni débordement. Les Bleus ne peuvent pas continuer dans cette voie en continuant à titulariser un joueur qui ne fait preuve d’aucune volonté ni d’envie. Remplacé par REVEILLERE (6) qui a montré en une mi-temps plus qu’Evra a pu faire en plusieurs matches, avec notamment cette percussion et cette prise de risque qui lui a valu un but à la Pastore. Le Lyonnais a compris comme Debuchy, que ce genre de match représente pour les latéraux l’occasion (pour pas dire l’obligation) de montrer leurs qualités offensives. M’VILA (6) : Le Rennais a encore une fois fait preuve d’intelligence de jeu et de maitrise mentale et technique. Il n’y a plus à discuter, il est indispensable à l’EdF, et pourrait rapidement devenir capitaine de cette équipe tant il en impose par sa...

Lire la suite
Ben le Sport : Les Héros de l’Euro en Pro A
Oct06

Ben le Sport : Les Héros de l’Euro en Pro A

  0 Like(s) Parker, Diaw, Batum, Sy (et d’autres qui je l’espère suivront), tels sont les joueurs français évoluant en NBA qui retournent au pays suite au lock-out qui sévit dans la ligue américaine. On ne peut pas dire que la France est la seule à bénéficier du chaos général qui règne dans le championnat cher à David Stern, son président, puisque, entre autres, l’Espagne a fait revenir les frères Gasol, que Deron Williams est parti à Istanbul et que Bologne rêve de Kobe Bryant. Rien que ca !!   Une Euroligue à l’allure NBA J’avoue que tous ces mouvements font saliver ! Tout le monde, moi le premier, se prend à rêver de championnats européens qui comporteraient dans leurs rangs les meilleurs joueurs du monde. Bien sur, cette situation ne perdurera pas à vie (au minimum la saison NBA sera réduite à deux tiers, au maximum elle sera tout bonnement annulée) mais elle permettrait au moins aux joueurs américains de se confronter au niveau européen qui à l’image  des sélections (Espagne, France, Lituanie) n’a pas à rougir de la comparaison avec celui de la NBA. Et puis, c’est clair que pour nous, fans de spectacle, voir arriver de tels joueurs dans nos ProA, ProB (pour Diaw qui joue avec Bordeaux dont il est propriétaire), Euroligue, … ça va nous réconcilier avec le basket qui devenait bien malade depuis quelques temps faute de médiatisation, de magie, et d’élan populaire. Pour dire, je ne saurai vous donner le podium de ProA l’an dernier… Je sais que Pau et Limoges sont hors du coup depuis quelques temps, mais entre Nancy, Cholet, Gravelines, Orléans, Le Mans, … bien difficile de faire un choix quant au favori de ProA à moins que Villeurbanne qui a eu sa traversée du désert jusqu’à 2009, ne profite de la pige de Parker pour réaliser une année folle.   Parker = la Star accessible Parker, à lui seul, résume la ferveur qui entoure l’arrivée des finalistes du dernier ‘Euro (défaits par l’Espagne) dans notre championnat. L’officialisation du meneur des Spurs de San Antonio, a crée un raz-de-marée médiatique impressionnant. D’ailleurs, TP y est aussi allé de sa touche business puisqu’il a acheté 3000 maillots qu’il distribuera aux 3000 premiers supporters qui arriveront à la salle le jour du match Asvel-Paris. Ajoutez à cela : le bouleversement des programmes de la chaine Sport+ qui a décidé de suivre l’événement en retransmettant le match samedi soir. Comme le dit David Cozette, commentateur attitré de la chaine : « Tony Parker était jusqu’à présent une star inaccessible qui va redevenir accessible », le basket de haut niveau ne sera plus seulement question...

Lire la suite
Ben le Sport : Pastore, le messie de Paris
Oct05

Ben le Sport : Pastore, le messie de Paris

  0 Like(s) Il fallait bien qu’un jour ou l’autre, je m’intéresse plus longuement au joueur qui monopolise toute l’attention des médias actuels. Alors, loin de moi l’idée de comparer l’argentin du PSG, Javier Pastore avec celui de Barcelone, le génial Léo Messi. Mais, il est si rare qu’un joueur de Ligue 1 jouisse de compliments aussi flatteurs et cela aussi bien en France qu’à l’étranger (les Italiens s’en mordent les doigts de l’avoir laissé filer alors que les Espagnols voient déjà en lui le futur crack du football mondial). La merveille de Léonardo « El Flaco » (le maigre) tel qu’il est surnommé, a impressionné le monde du football français. Arrivé à Paris pour la modique somme de 44M€, la majorité des français se réjouissaient déjà d’une potentielle erreur de casting faite par Léonardo et sa bande du Qatar en recrutant l’ancien joueur de Palerme. Je vous avouerai que j’ai eu des craintes vis à vis de la politique de recrutement du PSG, en y voyant une mauvaise stratégie à la Manchester City : acheter un joueur si cher alors que le reste de l’équipe ne suive pas niveau talent. Je m’explique : Man City avait par le passé dépensé des millions pour Robinho (35M€), puis Tevez (25M€) sans les entourer de joueurs de calibre. Je m’étais posé la question suivante : pourquoi recruter un joueur « prometteur » à 44M€ alors qu’on pouvait prendre 3 autres (très) bons à 15M€. Mettre une telle somme sur un joueur si jeune (22 ans) et qui a beaucoup à confirmer (pour pas dire prouver), alors que le 2ème plus gros transfert coté parisien n' »émerge » qu’à 11M€ (Gameiro), pouvait préfigurer d’un potentiel échec que les fans de football n’auraient pas tardé à railler. La mayonnaise prend plus que prévu Mais c’était sans compter sur l’alchimie indéniable entre les joueurs créatifs et offensifs du PSG (Gameiro, Menez, Néné et Pastore) qui ont su mettre leur talent, et non leur ego, au service de l’équipe et ainsi créer une dynamique offensive assez impressionnante : Pastore : 5 buts, 2 passes en 7 matches Gameiro : 5 buts en 9 matches Néné : 2 buts, 2 passes en 8 matches Menez : 1 but, 3 passes en 9 matches Après Hazard, voici Pastore en digne héritier de Zidane Et il faut dire que l’Argentin a sa grande part de responsabilité dans le succès actuel du PSG. En plus de ses statistiques impressionnantes qui pourraient virtuellement le couronner comme le meilleur buteur (meilleur moyenne de but : 0,71) et l’un des meilleurs passeurs du championnat, c’est surtout sa qualité et son intelligence de jeu qui font de lui le...

Lire la suite
Ben le Sport : des retours profitables à l’Equipe de France
Oct04

Ben le Sport : des retours profitables à l’Equipe de France

  0 Like(s) Dans mon dernier post sur l’équipe de France de football, j’avais laissé entendre que l’effectif et le groupe de joueurs sélectionnés pour la majorité des matches (amicaux et qualificatifs) des Bleus ne permettaient pas de dégager la meilleure équipe de France possible. Il faut croire que le destin a écouté mes « souhaits » puisque l’avalanche de forfaits qui a déferlé sur l’équipe de Laurent Blanc (Ribery, Matuidi, Sagna, Benzema, et maintenant Gameiro avant l’éventuel indisponibilité d’Abidal ?) a permis le retour d’anciens sélectionnés que je souhaite voir ou revoir sous le maillot bleu : Debuchy, Mathieu et Djibril Cissé. Bien sûr, beaucoup diront que cette succession d’absences est néfaste et ne met pas l’équipe dans les meilleures dispositions pour les deux prochains matches importantissimes face à l’Albanie et la Bosnie. Je leur répondrai juste que ces nouvelles arrivées (dont il faut ajouter celle de Gomis) ne peuvent pas faire moins bien que les joueurs dont ils sont censés remplacer (à l’exception de Benzema). Je suis entièrement catégorique sur le fait que si la chance de jouer est donnée à Debuchy, Mathieu et à Cissé, ils seront la mettre à leur profit à la vue de leurs motivation et talent. Et c’est peut-être ce qu’il faut à l’équipe de France aujourd’hui : un sentiment de fraicheur que des joueurs d’envie et de combat peuvent apporter. La nouvelle liste des 23 Garsiens : Hugo Lloris (Lyon), Steve Mandanda (Marseille), Cédric Carrasso (Bordeaux) Défenseurs : Eric Abidal (Barcelone/ESP), Mathieu Debuchy (Lille), Adil Rami (Valence/ESP), Patrice Evra (Manchester United/ANG), Anthony Réveillère (Lyon), Younes Kaboul (Tottenham/ANG), Laurent Koscielny (Arsenal/ANG), Jérémy Mathieu (Valence/ESP) Milieux : Alou Diarra (Marseille), Yohan Cabaye (Newcastle/ANG), Yann Mvila (Rennes), Florent Malouda (Chelsea/ANG), Jérémy Ménez (Paris-SG), Samir Nasri (Manchester City/ANG), Marvin Martin (Sochaux), Mathieu Valbuena (Marseille) Attaquants : Bafetimbi Gomis (Lyon), Kevin Gameiro (Paris-SG), Loïc Rémy (Marseille), Djibril Cissé (Lazio Rome/ITA) L’équipe probable de Blanc contre l’Albanie : Lloris – Réveillère, Rami, Kaboul, Evra – M’Vila, Cabaye, Nasri, Malouda – Remy, Gomis L’équipe souhaitée de BLS : Lloris – Debuchy, Rami, Kaboul, Mathieu – M’Vila, Cabaye, Menez, Martin – Remy, Gomis...

Lire la suite
Ben le Sport : Analyse du match France / Tonga – Coupe du monde de Rugby 2011
Oct01

Ben le Sport : Analyse du match France / Tonga – Coupe du monde de Rugby 2011

  1 Like(s) L’équipe de France de rugby a sombré dans son match face au Tonga ce samedi matin (19-14), qui clôt une phase de poule bien médiocre avec deux défaites et deux petites victoires. Soyons clairs, la défaite contre les Blacks m’avait fait entrevoir des possibilités pour les Bleus dans cette compétition, à condition de resserrer leurs largesses défensives et d’y mettre beaucoup plus d’agressivité. On peut pas dire que l’équipe de Liévremont a retenu la leçon avec cette défaite à mettre dans la catégorie « honteuse » au même titre que l’humiliation vécue en Italie en mars dernier (22-21) ou celle contre l’Australie à Paris en novembre 2010 (16-59). Après l’espoir entrevu, les Bleus m’ont plus que déçu avec cette énorme contre-performance qui les emmène quand même en quart de finale de la CdM, probablement face à l’Angleterre. Un no man’s land en territoire français : 15 contre 15 c’est pareil que 15 contre 14 La défense a encore été désastreuse coté Bleus. Après le match contre les Blacks, on a désormais la certitude qu’à chaque tentative et incursion offensive adverse, l’essai n’est pas loin. Que dire de cette ouverture au pied pour Hufanga (26è) qui a tout de suite déséquilibré l’équipe : il faut voir le nombre de joueurs francais sur une lignée de 20mètres et le no man’s land total dans l’angle opposé, à tel point que le retour en catastrophe du 3ème ligne Julien Bonnaire est bien futile face à la puissance et la vitesse du trois-quart Hufanga. Ok, un bleu était au sol à ce moment là, mais la force des grandes nations doit résider dans une base et une solidarité défensive tout moment du match, créneau essentiel pour espérer quelque chose dans toute compétition (tous les sports collectifs sont concernés). D’ailleurs, dans le sens opposé, les Bleus n’ont jamais profité du carton jaune d’Hufanga (encore lui) pour faire décoller leurs points, pire ils ont subi les impacts des Aigles de mer pendant ces 10 minutes, avant que ceux-ci profitent au cours de la seconde-mi temps d’être en supériorité numérique (carton jaune d’Estebanez) pour marquer 6 points. Aberrant !! Ça tremble, ca tremble … L’élimination était proche pour les Bleus tellement les Tongiens ont eu l’opportunité d’inscrire des essais dans une défense tout le temps prise de panique. Nan décidément, cette équipe n’y arrive pas ! Offensivement, il a fallu attendre l’essai de Clerc en fin de partie pour être moins ridicules. Mais quel déchet tout au long de la rencontre. Les mains tremblaient et les passes mêmes les plus simples n’étaient pas assurées. L’essai manqué à un mètre de la ligne peu après la...

Lire la suite
Ben le Sport : Equipe de France de Foot, se donne-t-on tous les moyens ?
Sep29

Ben le Sport : Equipe de France de Foot, se donne-t-on tous les moyens ?

  1 Like(s) A la prise de ses fonctions, Laurent Blanc avait tout de suite marqué les esprits en déclarant vouloir revenir à des valeurs simples et nobles du football, à une qualité et une envie de jeu portées sur le plaisir et l’offensif. Il n’est pas réellement question ici de faire un bilan après sa première année. De manière générale, elle est assez satisfaisante au regard des résultats des Bleus pendant les éliminatoires même si le dernier match contre la Bosnie va sans doute s’avérer décisif pour la qualification directe. Le souci est plus : où en est-on par rapport aux exigences déclarées du sélectionneur vis à vis de l’équipe et d’un fond de jeu tourné vers l’offensif ? L’équipe de France ne propose pas encore de jeu assez séduisant comme pouvait l’être le Bordeaux de Blanc en 2009 qui entre nous est loin derrière le jeu de Barcelone ou de la Mannschaft (Allemagne). Pourquoi avons nous du mal à nous créer du jeu ? Se donne-t-on tous les moyens ? Toujours les mêmes Quand on voit des joueurs comme Sagna, Evra qui n’arrivent pas à se lâcher du tout et porter des offensives fructueuses – Malouda dont l’apport et les statistiques (but, passe décisives) sont désolantes pour un milieu soi-disant offensif – Hoarau (heureusement qu’il est blessé sinon Lolo l’aurait encore pris) qui n’a juste pas le niveau international ni celui du PSG, … on peut dès lors se poser des questions, dont les réponses les plus récurrentes et diplomatiques seraient : manque de confiance, difficulté de mettre en place les consignes, manque de repères et de vécu collectif, … Oui mais Evra (37 selections), Sagna (32), Malouda (70), Nasri (24), Ribery (54) ont pour la plupart connu le haut niveau international (au moins la CdM 2010 à part Nasri) et européen (Ligue des Champions avec leur club) et ne montrent absolument rien chez les Bleus, alors que Martin ou M’Vila avec seulement une dizaine de capes à eux deux prouvent qu’un jeu simple porté vers l’avant n’est pas incompatible avec jeunesse et manque d’expérience. Le gros problème avec Laurent Blanc (comme pour les sélectionneurs voir ci-dessus) c’est que l’on s’obstine à sélectionner et à faire jouer les memes joueurs, parce que: 1/ le coach est persuadé de la qualité du joueur (Hoarau, Gourcuff) 2/ le joueur jouit de performances excellentes dans un club de prestige (Sagna, Evra, Malouda), … de ce fait l’idée de se priver de ces joueurs serait inenvisageable. Mais le but de l’EDF n’est pas d’empiler les noms et prier Dieu pour qu’un jour l’enchainement des talents opère (si talent il y a)...

Lire la suite
Ben le Sport : Un meilleur niveau de la Ligue 1 ?
Sep29

Ben le Sport : Un meilleur niveau de la Ligue 1 ?

  0 Like(s) Je profite de la 2ème semaine des matches de coupe d’Europe (en attendant le PSG et Rennes en Europa League) pour dresser un premier bilan du niveau des équipes françaises et de la ligue 1 par rapport aux autres pays européens. D’un niveau européen tout d’abord, les résultats des années antérieures des clubs français (Lyon, Marseille et le regretté Bordeaux) prouvent que nos clubs français peuvent envisager largement un 1/8è voire un quart de finale de Champions League. L’expérience engendrée et un niveau de jeu bien meilleur laissent présager la fin du : « Lyon seul club en 1/8ème ». Les résultats actuels des trois représentants tricolores (Lyon, Lille, OM) donnent 12 points gagnés sur 18 possibles (merci l’OM). Alors certes les adversaires rencontrés n’étaient pas les plus dangereux et il faudra attendre les deux prochaines échéances pour voir notre trio affronter les grosses écuries (Inter-Arsenal-Real). Mais les 6 matches ont montré que nos clubs dominaient assez largement le match à chaque fois. Seul Lille n’a pas converti cette domination puisqu’elle s’est emmêllée les pinceaux et compliquée la tâche en se faisant par deux fois rejoindre par des équipes bien inférieures (par manque d’expérience ? Non puisque le mal perdure aussi depuis quelques matches de Ligue 1). Cela dit, il y a une vraie possibilité pour les Lillois de réussir quelque chose dans ce groupe, même face à l’Inter de Milan qui paraît bien loin de son niveau affiché sous l’ère Mourinho. L’Olympique Lyonnais quant à lui a démontré que l’époque Puel était bien révolue et que la force mentale et collective était revenue chez les Gones en gérant tranquillement un score de 2 à 0 face au Champion de Croatie. Marseille suit aussi son bonhomme de chemin avec sa nouvelle victoire face au Borussia (3-0). Face aux champions d’Allemagne et de Grêce, la victoire semble plus facile à obtenir qu’en championnat pour les Olympiens, preuve que le niveau de la Ligue 1 est plus élevé, et preuve que l’OM commence à trouver le bon rythme dans cette compétition après 5 participations consécutives. Même son de cloche pour nos représentants en Europa League qui ont jusqu’à présent montré de très belles choses dans la compétition. J’avoue avoir été très surpris par le Stade Rennais qui avait étrillé l’Etoile Rouge de Belgrade en match de qualification et qui a sorti un gros match face à l’Udinese en Italie, l’équipe italienne pouvant s’estimer très heureuse d’avoir glané les 3 points à la fin de la partie.   Une Ligue 1 offensive : finis les 0-0 La Ligue 1 semble être portée vers l’offensif. Les politiques récentes et gagnantes de Lille,...

Lire la suite
Ben le Sport : Analyse du match France / All Blacks – Coupe du monde de Rugby 2011
Sep24

Ben le Sport : Analyse du match France / All Blacks – Coupe du monde de Rugby 2011

  1 Like(s) Le match phare du groupe A qui a vu la victoire de la Nouvelle-Zélande face à la France (37-17) a apporté son lot d’enseignements et d’interrogations. La première est que les Bleus ont répondu présent dans le match et n’ont pas paru inhibé par la ferveur populaire et médiatique qui entourait le match depuis le début de la semaine. Les joueurs de Marc Liévremont ont livré 10 premières minutes tellement intenses qu’on se demandait s’ils ne jouaient pas à domicile. Il faut dire que le soutien des quelques 14000 spectateurs français a été impressionnant pendant tout le match. Les Bleus ont eu la possession de balle et était plus de 50% du temps dans le camp adverse prouvant les qualités de conservation de cette équipe et la volonté d’aller vers l’avant mais … … quand on ne réussit pas à convertir ses occasions (un drop sur le poteau et un éventuel essai dans le début du match avec 88% d’occupation) par manque de réussite et du dernier geste efficace, alors on se fait punir par une équipe des blacks qui a profité des moindres largesses défensives des Bleus pour les punir avec un sang-froid total.   Opération portes-ouvertes Les Blacks ont su accélérer et transpercer le « mur » fissuré bleu (blanc sur le coup) par trois fois sans avoir à poser leur jeu et à contourner les lignes. Soyons honnêtes, les Blacks sont plus forts mais le problème c’est qu’on leur a facilité la tache. Comment peut-on faire preuve d’autant de laxisme défensivement et se faire balader de la sorte par des pénétrations de Dagg lancé par le virtuose Carter ? Démontrer autant d’allant offensif en se faisant punir à chaque contre offensive black n’est pas digne d’une équipe qui rêve de faire un coup dans cette coupe du monde. Le XV de France doit absolument retrouver des valeurs et une solidité défensives à toute épreuve si elle veut prendre sa revanche face au Néo-Z lors de la finale que les commentateurs de TF1 pronostiquent déjà (alors que la qualif n’est pas encore en poche et que les Anglais et l’Irlande s’annoncent sur le chemin).   La revanche en finale ? Il est vrai qu’en finissant 2ème (logiquement les Bleus devraient prendre au moins un point suffisant pour la qualification face au Tonga) , la France s’ouvrirait un quart et une demi à tendance hémisphère Nord qui peut donner de l’optimisme à chacun. Mais c’est aussi ce que les Anglais et les Irlandais (qui ont surpris tout leur monde grâce leur succès face au Wallabies) peuvent prétendre à éprouver.. Une nation du Nord (France, Angleterre, Galles, Irlande)...

Lire la suite