top 5: le derby milanais
Mai04

top 5: le derby milanais

  0 Like(s) Une date barrée d’une grosse croix rouge, ce dimanche 6 mai 2012 est synonyme de derby pour tous les supporters milanais, qu’ils soient pour le Milan ou pour l’Inter. Le derby de la madoninna, comme on l’appelle en Italie, sera une nouvelle fois cruciale cette saison à 1 journée du terme du calcio. Le Milan AC est encore en course pour le scudetto, alors que l’Inter joue sa place en Ligue des champions. Retour sur 5 matchs qui ont marqués le derby durant la dernière décennie.   29 Octobre 2006, 9e journée de Serie A : Milan AC-Inter Milan 3-4 La saison n’en est qu’à ses balbutiements en cette soirée d’octobre 2006, mais l’Inter est déjà en tête du calcio alors que le Milan AC est à la traine en fond de tableau. Les interistes mènent rapidement 2-0 avant que le nouveau venu, Ibrahimovic, ne rajoute un 3e but juste après la pause. Materazzi corsera l’addition avec un but de la tête. 4-1 à 15 minutes du terme. On prédit alors une rouste pour les rossoneri, mais une réaction d’orgueil viendra repêcher l’équipe de Carlo Ancelotti de repartir la tête basse. Gilardino puis Kaka dans les arrêts de jeu portent le score à 4-3 et l’Inter tremblera jusque dans les dernières secondes. Les nerazzuri seront champions avec 97 points dont 13 d’avance sur leur dauphin, l’AS Roma. Le Milan sauvera sa saison en terminant  4e. http://www.youtube.com/watch?v=C0zWYv9AHuw 8 Janvier 1998, ¼ de finale de la coupe d’Italie : Milan AC-Inter Milan 5-0 En cette année de coupe du monde en France, le calcio est considérée comme le championnat le plus relevé du monde. L’Inter voit éclore le phénomène Ronaldo alors que le Milan AC subit un coup de mou depuis 1996 et l’époque des Baresi et autres Roberto Baggio. Pourtant lors de ce quart de finale aller de la coupe d’Italie, les joueurs de Fabio Capello mettent une raclée à leurs rivaux. Le score est déjà de 3-0 à la pause et l’Inter offrira même un but à l’ennemi grâce Colonese qui trompera son propre gardien, Gianluca Pagliuca. L’Inter se vengera en championnat deux mois plus tard en s’imposant 3-0. Maldini et ses coéquipiers s’inclineront face à la Lazio Rome en finale (1-0, 1-3). http://www.youtube.com/watch?v=c5r3pixbvhQ&feature=player_embedded 21 octobre 2001, 8e journée de Serie A : Inter Milan-Milan AC 2-4 C’est une période de transition pour les deux clubs dont aucun n’est présent en C1 cette saison. Pourtant en cette 8e journée l’Inter doit faire oublier la correction qu’il a subit 5 mois plus tôt. Cela commence plutôt bien puisque Ventola ouvre le score dès la 13e minutes, mais le Milan se...

Lire la suite
Ligue 1: l’état des lieux à 3 journée de la fin
Mai03

Ligue 1: l’état des lieux à 3 journée de la fin

  0 Like(s) 2 journées en 4 jours, ce n’était pas arrivé depuis longtemps cette saison pour ne pas passer inaperçu. Pour une fois que les compétitions européennes et internationales ne monopolisent pas le milieu de semaine, il est temps de faire un premier état des lieux avant une gros debrief de la saison plus tard. Montpellier déjà champion ? Paris dégringolera t-il ? Auxerre, Sochaux ou Brest déjà condamnés ? L’avis de Vive le Sport. Lutte pour le titre/Ligue des champions Une fois n’est pas coutume, Montpellier a mis la pression sur le PSG dès vendredi en allant gagner à Toulouse grâce à un collectif toujours aussi unis à défaut d’avoir de très fortes individualités, comme les parisiens. Pourtant on l’a vu contre Evian, Montpellier a certes dominé mais n’a pas été convaincant et surtout a loupé un penalty qui vaut très cher en fin de match. Parisde son côté jouait un match primordial à Lille, avec le déroulement que l’on connait. Match moyen mais 1-0 grâce à Pastore dès le début de la seconde période, Paris fait tourner et semble gérer le match, jusqu’à ce que Sakho à peine entré fasse faute sur Roux. A partir de là le match a totalement changé de physionomie, et Sirigu, malgré une très bonne première période, ne fera pas de miracles. Paris chute à Lille et voit ces derniers revenir à 1 point. Et si non seulement le titre mais aussi la ligue des champions pouvait échapper au PSG ? Lille justement repart de plus belle, avec cette victoire face au club de la capital et celui déterminant grâce à De Melo à Nice, les lillois sont toujours à deux points de Paris mais surtout à 5 de Montpellier, avec un Montpellier-Lille le dimanche 13 mai pour le compte de l’avant dernière journée. Réservez votre soirée, ça risque d’en valoir la peine. Une chose est presque acquise, c’est que ces trois là devraient être nos représentants en Ligue des champions la saison prochaine, Lyon est à 9 points de Lille. En 3  journée, c’est irrattrapable mis à part 3 victoires lyonnaises et 3 défaites lilloises.   L’Europa ligue Lyonayant remporté la coupe de France face à Quevilly samedi, il s’avère que si les lyonnais terminent 4e, alors le 5e du championnat se qualifiera pour la « deuxième division européenne » (bien que je ne sois pas du tout d’accord avec ce terme, j’y reviendrai lors de la finale entre Bilbao et l’Atletico).  A 3 journées du terme, les gones sont 4e avec 2 points d’avance sur le Stade Rennais, chahuté par l’affaire Mvila. Lyon a balayé Valenciennes 4-1, alors que les bretons ont battus Ajaccio (3-1)...

Lire la suite
Ligue des champions: Le Barça à terre, le bayern à la maison
Avr26

Ligue des champions: Le Barça à terre, le bayern à la maison

  0 Like(s) Barcelone et le Real, favoris avant le coup d’envoi des demi finales, devaient renverser la tendance devant leur public pour espérer se retrouver pour l’ultime clasico de cette saison: une finale de la plus prestigieuse des compétition à Munich. C’était sans compter sur les troubles-faits anglais et allemands.   Chelsea, un but à défendre Chelsea se déplaçait au Nou Camp, dans une enceinte toute acquise à l’ogre barcelonais, défait 1 semaine plus tôt à Stamford Bridge malgré une domination écrasante (72% de possession de balle, 2 poteaux…). Les bookmakers et consultants télé ne donnaient pas cher de la peau du club de Roman Abramovitch. Auteurs d’une saison moyenne (6e à 4 points du 4e Newcastle, malgré une qualification en finale de la Cup contre Liverpool), les Blues jouaient une grande partie de leur fin de saison dans l’enceinte barcelonnaise, presque imprenable cette saison (le Barça n’a perdu que contre … le Real cette saison à domicile, alors que seuls le Milan AC, le FC Séville et encore le Real Madrid ont rapporté le point du nul, toutes les autres équipes ont perdues). Le barça jouait lui aussi gros après sa défaite face à l’ennemi madrilène synonyme d’adieu à la Liga. Au niveau du jeu, aucune surprise. Les blaugrana se ruent à l’attaque et Chelsea comment à garer le bus devant les buts de Cech. Heuresement Messi ne cadre pas dès la 3e. Le même scénario que l’aller semble se réécrire, mais on ne voit pas comment le FC Barcelone n’arriverait pas à ne pas trouver le chemin des filets en 180 minutes. Terry pète un plomb Le but de Busquets arrive logiquement à 10 minutes de la pause. Une défense bien regroupée mais dépassée par la vitesse du jeune Cuenca, qui réussi à centrer dans une forêt de jambe. Busquets n’a plus qu’à pousser le ballon au fond des filets. On se dit alors que c’est le début de la fin pour Chelsea, à moins d’un contre assassin de Drogba, et encore il faut être optimiste pour les joueurs de Di Matteo. Ca s’empire peut après, l’arbitre arrête le jeu sans raison apparente et se précipite vers le capitaine de Chelsea, John Terry. Rouge pour l’anglais, après que les caméras montrent un coup de genou violent et gratuit dans le bas du dos d’Alexis Sanchez. Pourquoi un joueur expérimenté comme John Terry (72 sélections et presque 400 matchs en Premier League quand même) se permet de risquer la qualification de son équipe avec un geste tel que celui là ? Et Ramires déborda… Le second but du barça arrive comme une suite logique, Iniesta marque un...

Lire la suite
Ligue 1-28e journée: le grand match: l’OL passe au vert
Mar18

Ligue 1-28e journée: le grand match: l’OL passe au vert

  0 Like(s) Affiche incontestée de cette 28e journée, ce 107e derby de l’histoire entre Saint Etienne et Lyon était pour beaucoup avant le match un symbole de la passation de pouvoir entre un Lyon décevant et en pleine mue, et un Saint Etienne explosif cette saison. Avec en arrière plan la lutte pour la 3e place. Drôle mais habituelle manière de commencer un derby, le plus chaud de France, entre le bourgeois lyonnais et le prolétaire forézien. A leur arrivée au stade Geoffroy Guichard, les lyonnais ont vu leur but secoué et caillassé par un groupe de « supporters » des verts. Pas la manière la plus intelligente de mettre la pression sur les visiteurs, mais un chose est sûre, c’est que le président Aulas, à l’intérieur du dit bus, ne laissera pas passer un tel laissé aller pour une rencontre placée à haut risque par les autorités (un hélicoptère au dessus du stade, mais aucune sécurité autour du bus lyonnais, allez comprendre…). Les locaux avaient des certitudes avant ce match: Christophe Galtier vient de perdre Fabien Lemoine victime d’une grosse entorse à Valenciennes (Sanchez a pris 9 matchs de suspension, ce qui parait énorme et aberrant), mais son équipe joue plutôt bien et s’en sort (comme à Valenciennes) de manière quelque peu chanceuse. Mignot également absent en défense centrale, Galtier choisit de titulariser Zouma et Marchal, avec Ebondo et Ghoulam sur les côtés, et surtout une paire de milieu défensifs Clément-Guilavoqui pour contenir les montées de Gonalons et surtout du jeune Clément Grenier (voir plus loin le détail de la composition de l’OL).L’entraineur stéphanois a ensuite mis un dispositif à 4 joueurs offensifs en losange, avec Battles au centre en catalyseur lorsque Lyon attaque et en électron libre lorsque les verts ont le ballon. Sur les ailes on pouvait être surpris de la titularisation de Gradel, moins de celle de Sako. Enfin la tête de proue de cette équipe est encore et toujours l’inusable gabonnais Aubameyang pour peser sur une défense centrale lyonnaise fébrile ces temps-ci Des certitudes, côté lyonnais, on en a de moins en moins. Alors quand Lyon joue enfin un match plein la semaine dernière face à Lille, Rémi Garde décide de s’y raccrocher. Du coup la même composition d’équipe que face aux lillois, mis à part Lovren suspendu à cause de son rouge, remplacé par Koné visiblement remis de son match catastrophe à Nicosie. Du coup Gomis et Briand doivent de nouveau se cantonner au banc. Le match commence assez bien, beaucoup d’intensité et peu de temps morts, qui se traduira surtout par 4 cartons jaunes dans la première demi-heure (2 pour les stéphanois et...

Lire la suite
The Ultimate fighter, la télé réalité à succès de l’UFC
Mar13

The Ultimate fighter, la télé réalité à succès de l’UFC

  7 Like(s) Depuis maintenant 7 ans, l’UFC diffuse sa propre télé réalité pour développer sa popularité déjà immense. Et ça marche ! La télé-réalité, invention du début du 21esiècle qui a vu le jour avec l’avènement du modèle big brother à la sauce américaine et internationale. En France, comme ailleurs, il est désormais devenu presque normal d’avoir sur une grille de programmes une émission qui propose au téléspectateur de « suivre » 24h/24 7j/7 une bande de jeunes gens qui se lèvent à 15h et passent leurs journées à bronzer au bord de la piscine et à faire des soirées à thème devant les caméras. Chaque été, des millions de personnes sont absorbées par ce type programme bien souvent consternant de nullité et d’une inutilité flagrante. Pourtant il fallait bien qu’un jour ce système s’attaque à un autre domaine, qu’il explore de nouvelles terres, et notamment celle du sport. On a vu notemment des télé-réalités d’origines maghrébines sur le football, offrant au vainqueur un contrat stagiaire dans un club pro. Pourtant le plus gros succès dont on peut aujourd’hui faire acte concerne, encore une fois, un sport en constant hausse de popularité aux Etats Unis : le MMA. Sport encore jeune et toujours illégal en France, le MMA est véritablement né au Japon, à travers le Pride, puis a migré peu à peu vers l’Amérique du Nord, cette fois-ci à travers une organisation qui exerce aujourd’hui un quasi-monopole sur le marché du combat libre: l’UFC. L’organisation, d’abord très décriée pour la violence qu’elle vend à travers ses combats sanguinaires et d’une brutalité sans égal, cherche à populariser ce sport encore trop méconnu. Peu à peu, des stars font leur apparition, et les ventes de PPV (pay-per-view) montent en flèche. Devant les opportunités de croissance (et de bénéfices futurs), les dirigeants de l’organisation (la société Zuffa et la partie visible de cet iceberg, le très médiatisé Dana White) cherchent à diversifier leur offre et ne pas s’en tenir qu’aux galas. C’est ainsi que le 18 janvier 2005, est diffusé sur la chaine câblée Spike TV le 1er épisode de The Ultimate Fighter, TUF pour les intimes (jeu de mot en anglais avec le mot tough, qui signifie coriace, féroce, robuste). Le principe de base est simple : 16 combattants amateurs et peu connus du grand public sont choisi pour leur potentiel et son répartis en deux équipes coachées par deux stars de l’UFC. En dehors des entrainements et des combats, ils vivent tous ensemble dans une superbe maison à Las Vegas. Les caméras les suivent partout, filment les tensions, les joies, les peines, bref la vie quotidienne d’un combattant de haut niveau qui joue...

Lire la suite
Ligue 1-27e journée: Paris et Montpellier sans rivaux
Mar12

Ligue 1-27e journée: Paris et Montpellier sans rivaux

  0 Like(s) Le printemps arrive et le feuilleton de la Ligue 1 continue. Au programme de cette 27e journée, Saint Etienne qui s’en sort tout juste, Toulouse qui se fait surprendre chez lui par Lorient, Marseille qui sombre à nouveau en corse et des lionceaux sochaliens qui remordent. Décryptage de ce nouveau week end du championnat de France.   Vendredi: l’OM dans la crise A la base, le déplacement des marseillais devait leur permettre de préparer au mieux le retour de ligue des champions face à l’Inter Milan, mardi soir. L’occasion pour les coéquipiers de Steeve Mandanda de se rassurer après 3 défaites en championnat face à un promu qui vient de prendre 4-1 chez le rival parisien. Pourtant 90 minutes plus tard, les marseillais quittent le stade François Coty la tête basse et surtout des doutes plein celle-ci. Pourtant Rémy et Valbuena, bien que sur le banc, sont de retour. Eux qui avaient tant manqué à l’attaque phocéenne muette depuis sa victoire face aux milanais. Après un début de match sérieux, les marseillais se sont vite rendormis et Ajaccio a pu montrer les belles choses accumulées depuis la remontée d’un club qu’on disait perdu en début de saison. La rentrée de Rémy à la place d’Amalfitano dès la mi-temps et celle de Valbuena à la place de Cheyrou à l’heure de jeu n’y changeront (presque) rien. L’OM n’est pas percutant et l’ACA domine. Jusqu’à ce but inespéré du local Benjamin André. Les corses remportent ce match de gala et grimpent encore au classement. L’OM a très certainement dit adieu à la C1, si ce n’est à l’Europe tout court.   Samedi: Sainté chanceux, Toulouse suffisant, et Sochaux revigorant ! On pouvait surveiller 2 matchs en parallèle samedi soir, tant par les équipes concernées que par l’enjeu. Saint Etienne effectuait un déplacement sans piège apparent à Valenciennes, et Toulouse recevait Lorient, qui reste sur une spirale négative de 4 défaites. Tout commence parfaitement bien pour des verts, avec l’expulsion logique de Sanchez pour un tacle assassin sur Lemoine (grosse entorse) dès le début du match.Pourtant Saint Etienne n’évoluera en avantage numérique à peine 30 minutes, le temps pour Mignot de rejoindre Sanchez aux vestiaires pour une faute en position de dernier défenseur. A partir le là le match démarre réellement: 5 minutes plus tard Danic est accroché par Guilavogui et tombe. Pénalty évident non sifflé. Saint Etienne joue avec le feu et finira par se brûler les doigts: Valenciennes ouvrira logiquement le score par Aboubakar à 20 minutes de la fin. Mais les foréziens ne sont pas à cette place par hasard, et égalise puis repasse devant en...

Lire la suite
L’affiche de la 27e journée: Lyon-Lille, déjà décisif
Mar11

L’affiche de la 27e journée: Lyon-Lille, déjà décisif

  0 Like(s) Petite entorse aux habitudes sur Vive le sport, car cette semaine nous n’allons pas suivre le choix de Canal+ en vous proposant un résumé et une analyse détaillée du match de dimanche soir (Montpellier-Caen) mais plutôt choisir l’affiche qui selon nous a le plus d’intérêt et qui constitue à nos yeux le véritable « choc » de la journée. C’est pourquoi notre choix s’est logiquement porté sur cet OL-LOSC décisif à tous les niveaux. L’OL n’a plus le choix Lyon est à un tournant décisif de sa saison. Après l’élimination calamiteuse face à l’APOEL Nicosie en Ligue des champions, les lyonnais restaient avant le match sur une série non moins mauvaise de 5 matchs sans victoire en championnat (dernière victoire face à Dijon lors de la 21e journée). Rémi Garde enregistrait le retour de Lovren, pas totalement rétabli mais quand on n’a pas le choix… Quelques modifications dans la composition mais surtout dans la tactique de départ des gones. Exit le 4-3-3 habituel et bonjour un 4-4-2 plus académique. Lloris toujours là pour garder les cages, Dabo pour remplacer Cissokho, indisponible. Lovren fait son grand retour et pousse Koné, trop fébrile à Nicosie, sur le banc. Cris et Reveillère complétant la ligne défensive. Grand changements au milieu donc, puisque Grenier et Gonalons jouent au centre, Kallstrom est décalé sur le côté gauche et Bastos change d’aile en allant jouer à droite. Enfin Lisandro et Lacazette sont titulaires en attaque. Lille doit reprendre confiance Chez les lillois tout n’est pas rose non plus. Encore fautifs lors du match nul face à Auxerre, les dogues se devaient de rapporter au moins 1 point de Gerland sous peine de voir les poursuivants multiples (Toulouse, Saint Etienne, Rennes et l’adversaire du soir, Lyon) revenir très près de cette troisième place synonyme de C1, et d’un avenir financier plus serein. Rudi Garcia ne fait pas de grands changements dans sa composition. Landreau, d’abord incertain tient finalement sa place. Cetto, suspendu, contraint l’entraineur lillois de titulariser Béria aux côté de Chedjou au centre, laissant le côté gauche au très prometteur Lucas Digne, Debuchy occupant comme d’habitude son couloir droit. Le reste de la composition d’équipe reste dans le classique: le trio Mavuba-Pedretti-Balmont au milieu, Hazard et Cole sur les ailes et Roux en pointe. Sur le banc Tulio De Melo revient petit à petit, Rozenhal paye ses nombreuses bourdes, quant à Payet il n’a toujours pas la confiance du staff nordiste. Un match à l’européenne Le public lyonnais n’est pas trop véhément à l’égard de son équipe concernant la déroute européenne, insistant même avec une banderole en soutient à Rémi Garde: les choses sont...

Lire la suite
Top buts de la semaine
Mar06

Top buts de la semaine

  0 Like(s) Retour du top buts de la semaine sur Vive le Sport!  Dans cette édition on vous propose une sélection des plus beaux buts des sélections ou des clubs. Au menu des buts de Fenerbaçhe, Porto, l’Ajax et même les Seattle Sounders.   Ismail Matar: EAU-Liban http://www.youtube.com/watch?v=ZYQbJ5Kwz4o   Henri Lansbury: Angleterre Espoirs-Belgique Espoirs   Hulk: Benfica-FC Porto http://www.youtube.com/watch?v=u7j8vXjFpDA   Miroslav Stoch: Fenerbaçhe-Genclerbirligi http://www.youtube.com/watch?v=Reyqy9Fmilk   Lorenzo Ebicilio: Ajax Amsterdam-Roda JC http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=zG4klEdFo9Q   Salvador Agra et David Simao: Ukraine espoirs-Portugal espoirs (deux buts pour le prix d’un !) http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=ddLwK18EfhQ   Freddy Montero: Seattle Sounders-Jaguares http://www.youtube.com/watch?v=s7_Tpl7QNr0   Gylfi Sigurdsson: Wigan-Swansea http://www.dailymotion.com/video/xp78aq_channel-name-20120303223200_sport#from=embed   Jorge Wagner: FC Tokyo-Kashiwa Reysol http://www.youtube.com/watch?v=qfxstrp-ZfI   Davide Brivio: Lecce-Genoa (2:55 pour le but) http://www.youtube.com/watch?v=clyy37kDJJo      ...

Lire la suite
Ligue 1- L’affiche de la 26e journée
Mar05

Ligue 1- L’affiche de la 26e journée

  0 Like(s) En guise d’apothéose de cette 26e journée riche en surprises, la ligue nous avait concocté un derby breton alléchant sur le papier, un peu moins lorsqu’on regarde la forme actuelle des lorientais. Rennes quant à lui avait l’occasion de se placer comme un concurrent sérieux à l’Europe. Analyse de la rencontre.   Pour une fois que l’on n’a pas Paris, Marseille ou Lyon un dimanche soir, on ne va pas s’en plaindre ! C’est surtout l’occasion de découvrir de nouvelles équipes pour les téléspectateurs de canal+. A l’affiche donc ce Lorient-Rennes au stade du Moustoir. En l’absence de Nantes depuis quelques années, les derby bretons n’ont guère enthousiasmé l’hexagone, et malgré le jeu alléchant prôné par Christian Gourcuff, ce n’est pas ce Lorient là qui créera la surprise comme l’a fait Montpellier cette année. En chute libre depuis 5 matchs, Lorient déçoit énormément malgré un recrutement jugé de qualité lors du mercato estival (Aliadière, Coutadeur, Sunu, Campbell ou encore Emeghara pour pallier les départ de Gameiro, d’Amalfitano et de Morel) et n’arrive plus à prendre les 3 points depuis 11 matchs en championnat (une seule victoire entre temps face au Mans en coupe de la Ligue) et une dernière victoire le 27 novembre à domicile face à Nice (1-0), qui est loin d’être un cador. Résultat Christian Gourcuff ne plaisante plus et renferme un peu plus ses joueurs dans des entrainements à huis clos la semaine précédent Rennes. Manière ultime pour éviter de s’embourber après 3 défaites consécutives. Pas de surprise dans son 11 de départ: 4-4-2 classique avec Audard indéboulonnable dans les buts, Gassama préféré à Baca en latéral droit, le duo Romao-Mvuemba autrefois impressionnant, aujourd’hui désespérant, et surtout un duo d’attaquants rapides avec Aliadière enfin de retour et Emeghara qui s’éteint peu à peu mais qui garde la confiance de Gourcuff. Campbell est à nouveau sur le banc malgré un nouveau but avec le Costa Rica dans la semaine internationale. Rennes lui se présente en position de force. A part une claque prise à Saint Etienne (0-4), les rennais restent sur 2 victoires en 3 matchs et un nul à domicile face à Lille (1-1).6e et bien placés avant la rencontre, les joueurs de Frédéric Antonetti viennent à Lorient pour s’imposer et se placer dans la course à l’Europe. La surprise côté rennais est la présence de Kembo, surement le meilleur rennais avec Mvila et Féret depuis le début de la saison, sur le banc. La suite c’est un 4-5-1 aux allures de 4-3-3 à la lyonnaise (3 milieux défensifs en losange, 2 ailiers offensifs et 1 attaquant de pointe) avec Hadji préféré à...

Lire la suite
Ligue 1-26e journée: le fond du tableau à l’honneur
Mar04

Ligue 1-26e journée: le fond du tableau à l’honneur

  0 Like(s) Retour de votre rubrique après deux journées d’absence dues à quelques problèmes techniques. Pour cette 26e journée, presque tous les pronostics ont étés déjoués. Les gros jouaient contre les petits, accouchant de nombreuses surprises. A l’image de Montpellier à Dijon, Lyon à Nancy, Lille face à Auxerre ou encore Saint Etienne contre Evian, les mal classés ont aussi leur mot à dire dans la bataille pour le titre et les places européennes. Décryptage de cette nouvelle journée de championnat Samedi: Montpellier sur le fil Privé de Giroud et de Belhanda, Montpellier se déplaçait à Dijon avec au moins l’espoir de rapporter le point du nul. Et ce fut bien plus difficile que prévu. Après une première période où les héraultais ont été sérieusement bousculés (frappe de Jovial à côté du but vide 28e). Au retour des vestiaires, le DFCO ne se relâche pas et ouvre logiquement le score par sa recrue phare du mercato hivernal, Gael Kakuta. Montpellier ne réagit pas ou que trop timidement, et Dijon passe à plusieurs reprises à côté du break. Finalement Utaka sonne la révolte en touchant le poteau à un quart d’heure de la fin, mais Dijon court-circuite bien le jeu montpelliérain. Et puis, comme un signe, Montpellier égalise par Tinhan, rentré en cours de jeu à la place d’un Camara très décevant. Montpellier ne mérite peut-être pas le point du nul, mais les hommes de René Girard peuvent voir le PSG les dépasser au classement en cas de victoire contre Ajaccio.   Lille, comme d’habitude… Ca devait être un match facile, face à l’AJ Auxerre au fond du trou et un Laurent Fournier aux valises déjà prêtes avant le match, mais le LOSC a encore tout gaché après une partie pourtant largement maitrisée, puisque même l’expulsion de Cetto avant la pause n’a pas empêchée les lillois de marquer un second but par l’excellent Hazard. Face à des auxerrois regroupés en défense dès le début du match (Kapo en position d’arrière gauche face aux montées de Debuchy, Oliech qui ne dépasse que rarement le rond central…) les nordistes ont dominés la rencontre de bout en bout, à 10 minutes prêts. Hazard débloque la situation part un coup franc qui traverse la défense ajaiste, puis marquera un second but sur pénalty, malgré le fait que les dogues soient à 10 contre 11 depuis la fin de la première période. Comme un signe Le Tallec se fait même expulser à peine 10 minutes après son entrée en jeu pour une semelle sur Pedretti. Mais comme d’habitude, le LOSC s’écroule en fin de match, encaissant 2 buts largement évitables en 3 minutes. Sahar...

Lire la suite
Top but de la semaine
Fév07

Top but de la semaine

  0 Like(s) Nouvelle semaine, nouvelle sélection de buts par nos soins. Cette semaine on vous emmène à la CAN, au Portugal, au Brésil et même en Colombie.   Emmanuel Agyemang-Badu: Ghana-Guinée   Hugo Viana: SC Braga-Portimonense http://www.youtube.com/watch?v=GgP3mGoZjI0&feature=player_embedded   Thiago Carleto: Fluminense-Duque de Caxias http://www.youtube.com/watch?v=cySUVqKr–A&feature=player_embedded   Alexandre Oliveira: Londrina-Iraty(Brésil)   Lucho Gonzalez: FC Porto-Vitoria Setubal http://www.youtube.com/watch?v=gdyAcmcwbVU   Matthias Lepillier: Verona-Grossetto (D2 italienne)   Abdoul Camara: Ghana-Guinée   Cleider Alzate:Itagui-Atletico Nacional (Colombie)   Ahmed Ali: EAU-Iraq http://www.youtube.com/watch?v=79SvvWjsz5o&feature=player_embedded   Ahmed Saleh: Syrie-Japon    ...

Lire la suite
Ligue 1, 22e Journée ; Paris en chasse neige, Montpellier ne se refroidi pas
Fév06

Ligue 1, 22e Journée ; Paris en chasse neige, Montpellier ne se refroidi pas

  0 Like(s) Avec le froid polaire qui s’abat sur l’ensemble de l’hexagone, on pouvait s’attendre à voir cette 22e journée fortement perturbée, voir tout simplement annulée. Finalement la neige fut clémente, pas le froid. 3 Matchs reportés et plusieurs autres qui ont pu compter sur une température très basse qui a joué un rôle plus ou moins important selon les matchs. Paris continue sur sa lancée, Montpellier reste solide, alors que Lille ne joue pas et Rennes bute à Nancy. Décryptage de cette 22e journée placée sous le signe du froid.   Un PSG diesel Contrairement à beaucoup d’autres pelouses, celle du Parc des Princes était en parfait état ce samedi soir pour recevoir Evian TG, le surprenant promu qui ne devait pas faire le poids face à ce PSG galactique. Pourtant comme à son habitude depuis le début de saison, Evian a joué les troubles fait pendant toute la première période, le temps pour Cédric Cambon d’ouvrir le score juste avant la pause sur un corner. Paris domine le match de manière stérile avant d’égaliser sur un festival de son meilleur joueur : Nêne. Paris tremblera jusqu’au bout, et le pénalty transformé par Nêne à 10 minutes du terme. Gameiro clôturera la marque sur un but brouillon à une minute du terme. Paris s’impose mais n’est toujours pas transcendants comme on serait en devoir de l’attendre. Pour l’ instant les hommes d’Ancelotti gagnent sans réellement bien jouer, pas sûr que cela dure longtemps.   Brest impuissant face à Montpellier   Après avoir reçu Paris, Brest se déplaçait samedi soir à Montpellier. Deux chocs pour les bretons, et deux défaites par le plus petit des écarts. On pourrait alors au vu des résultats prôner la déception pour les brestois, mais en réalité rien de tout cela, les bretons ont été nettement dominés dans l’hérault comme une semaine auparavant à domicile face au PSG. Montpellier aura tiré 24 fois au but contre seulement 7 fois pour les bretons. Heureusement pour les joueurs de René Girard, ils ont trouvé l’ouverture par Dernis juste avant la pause sur un tir dévié. Brest a montré une petite réaction en seconde période mais pas de quoi faire trembler Montpellier. S’ils continuent à jouer de la sorte, Montpellier pourrait bien accrocher pourquoi pas la Ligue des Champions.   Toulouse encore en deçà   En guise de fin de soirée, les spectateurs d’Orange sport ont pu assister à un derby de la Garonne fort intéressant, mais dénué de tout suspense. Pourquoi ? Tout simplement parce que Jussiê trouva les filets d’Ahamada après tout juste 20 secondes. Ensuite Toulouse va davantage se montrer agressif qu’entreprenant dans le jeu, à...

Lire la suite
Ne loupez rien du mercato: résumé de la dernière semaine !
Fév01

Ne loupez rien du mercato: résumé de la dernière semaine !

  0 Like(s) Hier soir se clôturait le marché hivernal des transferts. Après un mercato peu agité, les clubs de sont quelque peu réveillé en cette période chaude que sont les dernières 24 heures avant le 1er février. Sur Vive Le Sport on vous a résumé les principaux transferts depuis le 1er janvier, et encore une fois rien ne nous a échappé jusqu’à la dernière seconde.   Transferts : Nacer Barazite : Austria Vienne à Monaco 4.5M€ Alexandre Alphonse : FC Zurich à Brest 500K€ Mevlut Erding : Paris SG à Rennes 8M€ Vedad Ibisevic : Hoffenheim à Stuttgart 5.5M€ Vagner Love : CSKA Moscou à Flamengo 10M€ Fabio Borini : Parme à AS Rome 4.6M€ Ibrahima Touré : Ajman (EAU) à Monaco Lamine Gassama : Lyon à Lorient Nedum Onuhoa : Manchester City à QPR 4.7M€ Jimmy Mainfroi: libre à Amiens Serge Aurier: Lens à Toulouse 1.3M€ Guido Pizarro : Lanus à Fiorentina 3M€ Alex : Chelsea à Paris SG 5M€ Mounir El Hamdaoui : Ajax Amsterdam à Fiorentina Luca Toni : Juventus à Al Nasr Dubai Keisuke Honda : CSKA Moscou à Lazio Rome 14M€ Ruben Olivera : Lecce à Fiorentina 1.5M€ Kevin De Bruyne : Genk à Chelsea 8M€ Djibril Cissé : Lazio Rome à QPR 4.8M€ Marc Janko : FC Twente à FC Porto Kalu Uche : livre à Espanyol Marc Zoro : libre à Angers Lucho Gonzalez : Marseille à FC Porto 2M€ Alexandros Tziolis : Santander à Monaco 200K€ David Gigliotti : Arles Avignon à Ajaccio Jonathan Brison : Nancy à St Etienne 300K€ Yannick Djalo : Libre à Benfica Wesley Lautoa : Sedan à Lorient 2M€ Georges Mandjeck : Rennes à Auxerre Nikica Jelavic : Glasgow Rangers à Everton 10M€ Damien Le Tallec : Borussia Dortmund à Nantes Nabil Dirar : FC Bruges à Monaco 7.5M€ Thiago Motta : Inter Milan à Paris SG 10M€ Alexander Hleb : FC Barcelone à Olympiakos Pavel Pogrebnyak : Stuttgart à Fulham Bobby Zamora : Fulham à QPR 6M€ Roman Pavlyuchenko : Tottenham à Lokomotiv Moscou 17M€ Ismael Bangoura : Al Nasr Dubai à Nantes Prêt: Mauro Cetto: Palerme à Lille Bryan Bergougnoux : Lecce à Omonia Nicosie Elliot Grandin : Blackpool à Nice Alexandre Oukidja : Lille à Bayonne Ishak Belfodil : Lyon à Bologne Alan Smith : Newcastle à MK Dons Fabien Robert : Lorient à Doncaster Abdoul Wahid Sissoko : Udinese à Brest Fernando Belluschi : FC Porto à Genoa Samba Diakité : Nancy à QPR Coutinho : Inter Milan à Espanyol Freddy Guarin : FC Porto à Inter Milan Valéri Bojinov : Sporting CP à Lecce Sebastian Dubarbier : Lorient à Cordoue...

Lire la suite
Top but de la semaine
Jan30

Top but de la semaine

  0 Like(s) Chaque semaine, Vive Le Sport vous ébloui avec notre sélection des plus beau buts de la semaine écoulée. Une fois n’est pas coutume des buts venus de nulle part. Cette semaine on vous emmène en Italie (1ere et deuxième division), au Camp Nou, à la CAN, à Chypre et même… en Bolivie   Cristian Villagra: Metalist Kharkov-Dinamo Moscou (amical) http://www.youtube.com/watch?v=8jcaHN9v_wc&feature=player_embedded   Dani Alves: FC Barcelone-Real Madrid http://www.youtube.com/watch?v=9d7MPyxKYrI&feature=player_embedded   Dries Mertens: PSV Eindhoven-Vitesse Arnhem   Antonio Nunez: APOEL Nicosie-Apollon Limassol http://www.youtube.com/watch?v=Sn1R3Spg5EA&feature=player_embedded   Rodrigo Palacio: Genoa-Naples http://www.youtube.com/watch?v=uIu0-Kf-Ir0&feature=player_embedded   Erlan Mealla: Nacional Potosi-The Strongest   David Alvarez: Guinée Equatoriale-Sénégal http://www.youtube.com/watch?v=I1P8HJqQHyQ&feature=player_embedded   Alessandro Del Piero: Juventus Turin-AS Roma   Lorenzo Insigne: Pescara-Modène   Juninho Pernambucano: Duque de Caxias-Vasco da Gama http://www.youtube.com/watch?v=atQ8IZMc-mE&feature=player_embedded    ...

Lire la suite
Ligue 1-20e journée: l’affiche
Jan30

Ligue 1-20e journée: l’affiche

  0 Like(s) Marseille, en plein renouveau depuis quelques journées, se déplaçait dimanche soir sur le terrain de la Route de Lorient pour y défier l’éternel outsider du championnat: Le Stade Rennais.  Les rouges et noirs qui viennent juste d’enregistrer l’arrivée d’Erding, alors que l’OM est obligé de rapatrier ses jeunes en prêt pour constituer une solution de remplacement en cas de blessure d’un titulaire.   Les olympiens se déplaçaient hier en terre bretonne avec de la confiance à revendre. Invaincus depuis le début de l’année et auteurs d’une solide prestation face au LOSC à domicile (victoire 2-0), les marseillais restent cependant handicapés de Diawara et surtout des frères Ayew, toujours à la CAN. Le cas Lucho, en partance pour le FC Porto, laisse également peu de solution à Didier Deschamp au milieu de terrain. Les rennais restent sur 4 matchs sans défaite et sur l’élimination de deux équipes de Ligue 1 en coupe de France (Nancy et Nice). Les joueurs de Fredéric Antonetti sont en confiance avant d’aborder ce match en forme de tournant pour la suite de la saison.   Pas de grosses surprises dans les onzes de départ: A Rennes Diallo suppléait Costil dans les cages. Une défense à 4 classique avec une charnière Apam-Kana Biyik et les indéboulonables Danzé et Théophile Catherine sur les côtés. Un milieu en triangle, avec le capitaine M’Vila et le jeune Doumbia, préféré à Mandjeck ou Tettey. Féret en milieu offensif en soutien d’un seul attaquant en pointe: Montano. A Marseille, rien de bien nouveau non plus, mis à part Lucho aux côtés de Cheyrou au milieu pour certainement son dernier match sous les couleurs blanches et bleues. Le trio offensif composé de Valbuena, Amalfitano et Rémy complète cette composition sans surprise. Dans un stade de la Route de Lorient plutôt bien garni (près de 29 000 spectateurs, ils sont en moyenne 10 000 de moins lors des autres matchs)  et Mr Castro peut siffler le coup d’envoi. Les rennais dominent des marseillais peu enclin pour l’instant a développer du jeu dans la moitié de terrain adverse, et cela va vite leur coûter cher. Doumbia marque un superbe but dès la fin du premier quart d’heure. Malgré les consignes de Deschamp les marseillais ont du mal à inquiéter véritablement de bons rennais et Mandanda doit encore montrer l’étendue de son talent devant Kembo (29e) et Brahimi (39e). Et puis vient ce que l’on sentait, presque une habitude depuis quelques temps. Marseille est dominé, ne joue pas très bien, mais parvient tout de même à se maintenir à flot. Un centre anodin de Rémy termine sur la tête imrpécise de Apam...

Lire la suite