Ligue 1-28e journée: le grand match: l’OL passe au vert

ASSE-Lyon-Joie_full_diapos_large
 
0 Like(s)

Affiche incontestée de cette 28e journée, ce 107e derby de l’histoire entre Saint Etienne et Lyon était pour beaucoup avant le match un symbole de la passation de pouvoir entre un Lyon décevant et en pleine mue, et un Saint Etienne explosif cette saison. Avec en arrière plan la lutte pour la 3e place.

Drôle mais habituelle manière de commencer un derby, le plus chaud de France, entre le bourgeois lyonnais et le prolétaire forézien. A leur arrivée au stade Geoffroy Guichard, les lyonnais ont vu leur but secoué et caillassé par un groupe de « supporters » des verts. Pas la manière la plus intelligente de mettre la pression sur les visiteurs, mais un chose est sûre, c’est que le président Aulas, à l’intérieur du dit bus, ne laissera pas passer un tel laissé aller pour une rencontre placée à haut risque par les autorités (un hélicoptère au dessus du stade, mais aucune sécurité autour du bus lyonnais, allez comprendre…).

Les locaux avaient des certitudes avant ce match: Christophe Galtier vient de perdre Fabien Lemoine victime d’une grosse entorse à Valenciennes (Sanchez a pris 9 matchs de suspension, ce qui parait énorme et aberrant), mais son équipe joue plutôt bien et s’en sort (comme à Valenciennes) de manière quelque peu chanceuse.

Battles au sol, une image que l'on a trop souvent vue

Mignot également absent en défense centrale, Galtier choisit de titulariser Zouma et Marchal, avec Ebondo et Ghoulam sur les côtés, et surtout une paire de milieu défensifs Clément-Guilavoqui pour contenir les montées de Gonalons et surtout du jeune Clément Grenier (voir plus loin le détail de la composition de l’OL).L’entraineur stéphanois a ensuite mis un dispositif à 4 joueurs offensifs en losange, avec Battles au centre en catalyseur lorsque Lyon attaque et en électron libre lorsque les verts ont le ballon. Sur les ailes on pouvait être surpris de la titularisation de Gradel, moins de celle de Sako. Enfin la tête de proue de cette équipe est encore et toujours l’inusable gabonnais Aubameyang pour peser sur une défense centrale lyonnaise fébrile ces temps-ci

Des certitudes, côté lyonnais, on en a de moins en moins. Alors quand Lyon joue enfin un match plein la semaine dernière face à Lille, Rémi Garde décide de s’y raccrocher. Du coup la même composition d’équipe que face aux lillois, mis à part Lovren suspendu à cause de son rouge, remplacé par Koné visiblement remis de son match catastrophe à Nicosie. Du coup Gomis et Briand doivent de nouveau se cantonner au banc.

Le match commence assez bien, beaucoup d’intensité et peu de temps morts, qui se traduira surtout par 4 cartons jaunes dans la

Cris très solide pour son 300e match avec l'OL

première demi-heure (2 pour les stéphanois et 2 pour les lyonnais) mais peu d’occasions (tête de Lacazette bien stoppée par Ruffier, coup franc de Sako repoussé par Lloris, et à la 31e la frappe de Bastos détournée en corner).

Malheureusement le match retombe assez rapidement, même si le kop stéphanois (surtout les magic fans) nous gratifie de banderoles plus ou moins drôles, on commence à trouver ce derby similaire à un pétard mouillé.

La mi-temps est sifflé et on est presque content que ça se termine. Le dernier quart d’heure a été à l’opposé de la 1ère demi-heure, même si Lyon aurait du obtenir un pénalty pour une faute d’Aubameyang sur Bastos.

Malheureusement au retour des vestiaires c’est la même musique, Lyon subit quelque peu mais rien d’inquiétant tant les stéphanois sont peu dangereux et tombent sur un Lloris serein dans ses cages.

Le remplacement de Battles, souvent truqueur mais important dans la liaison milieu-attaque, par Sinama Pongolle (transparent) à l’heure de jeu, changera la donne.

Ruffier a longtemps repoussé les assault rhodanien

Lyon qui se montrait déjà plus actif passe la seconde, et les occasions commencent à pleuvoir sur le but de Ruffier (demi-volée de Kallstrom ,encore très bon, reprise de Lisandro arrêté miraculeusement par le portier vert, frappe de Gonalons sauvée devant le but par Marchal…). Lyon domine mais tombe sur un très bon gardien, jusqu’à la rentrée de Gomis hué par tout un stade.

A peine 10 minutes plus tard la panthère envoie un missile de 25m dans la lucarne d’un Ruffier qui ne peut rien faire cette fois ci. Lyon mène 1-0 logiquement et s’offre une seconde victoire de rang après la victoire sur les lillois. Les lyonnais auraient même pu agraver le score, alors que Saint Etienne perd pour la 5e fois d’affilée face à son ennemi de toujours.

Lyon est à un point du podium avant le match de Lille dimanche soir contre Valenciennes.

Saint Etienne voit Lyon lui repasser devant, et doit attendre le résultat de Rennes-Toulouse pour en savoir plus sur son avenir européen.

 

Les +

Ruffier                    Cris

Battles                    Dabo

Kallstrom

Gomis

 

Les –

Ghoulam               Bastos

Clément                Lacazette

Gradel

Aubameyang

Sinama-Pongolle

 

Ma note du match: 12/20

 

Les lecteurs ont également apprécié :

Auteur: Remi

Partager cet article sur :

3 commentaires

  1. Pauvres Stéphanois…ils n’y arriveront décidément jamais ! Pour un fois que l’OL était « prenable »….

    Répondre
  2. Honnêtement, cette année, les clasicos et derbys de L1 ne sont pas hyper passionnants… Entre un lyon-saint-Etienne de postulants à l’UEFA et un OM-PSG entre deux équipes très éloignées au classement, il n’y a peu d’enjeux !

    Répondre
  3. J’ai trouvé le match sympa, l’OL se réveille enfin. C’est dommage car c’est un peu tard maintenant…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *