L’arbitrage de haut niveau est-il en danger ?

arbitrage vidéo
 
5 Like(s)

Hier s’est passé le match Brésil-Croatie, remporté par le pays hôte 3-1. Si le score reflète la puissance Brésilienne, l’arbitre de la rencontre Nishimura s’est illustré par des erreurs peu orthodoxes lors d’évènements d’une grande importance. Est-ce que l’arbitrage de haut niveau est-il en danger ?

Le football et sa notion mentale

Certes le football est, à l’opposé du rugby, comme le pense la plupart des fans. Le rugby a une image de sport de contacts, de puissance, « fighting spirit » qui font de ce sport et de ses duels un sport spectaculaire.

Le rugby se rapproche sensiblement du championnat Anglais de football, la « Premier League » et cette si généreuse intensité que peut offrir le football (par ex. Liverpool-M.City à Anfield dans un match où la ligue 1 pourrait prendre exemple).

Le football a une dimension mentale dans le money-time, ce que l’on n’a pas dans le rugby. Les moneys-times sont les moments importants d’un match.

Certes, les simulations dans une surface de réparation sont répréhensibles d’un carton jaune. Mais comment un arbitre peut faire la différence ? La vidéo peut aider, mais l’arbitrage à 5 comme cela se pratique en coupe d’Europe peut aider davantage à sanctionner les simulations spécificquement.

Mais si la vidéo intervient ne cassons pas le football et son identité, qui réside dans ses actions :

Dans l’histoire du sport, les erreurs d’arbitrage ont su bâtir des légendes, la plus célèbre est bien celle de « la main de dieu » avec Diego Maradona, l’une des plus controversées que le football ait connu. Ce jour-là, Maradona est allé battre, par 2 fois, le légendaire gardien Anglais Shilton à la coupe du monde 1986, dont un but où le meneur de jeu Argentin, évoluant à Naples à l’époque, propulsa le ballon dans les cages avec sa main.

L’Angleterre cria au scandale tandis que « el pibe de oro » inscrit un but d’une chevauchée de 50 mètres dans le même match.

Les erreurs construisent-elles des légendes ? C’est une question qui peut se poser, mais si la réponse est positive, ces légendes seront-elles crédibles ? L’avenir nous le dira.

Par contre, bien sûr que le football doit avoir cette dimension mentale, une faute peut changer le cours d’un match, qui peut changer le cours d’un championnat…

Malheureusement les supporters seront les plus tristes au monde, mais comme disait Unai Emery : « un jour, on est victime, le match suivant, ça sera nous qui bénéficierons de l’erreur ».

Depuis, d’autres erreurs d’arbitrage se sont passées, cela est inquiétant pour une compétition de renommée mondial. La justice existe-t-elle ? par moments oui, comme le match Espagne-Pays Bas et le pénalty litigieux mais anecdotique de Diego Costa. Par moments non, comme Croatie-Brésil. Il ne faut pas oublier que l’erreur est humaine, chose que les supporters oublient parfois.

Les lecteurs ont également apprécié :

Avatar

Auteur: Anthony

Partager cet article sur :

3 commentaires

  1. Avatar

    Archaïque est l’arbitrage ? Si la vidéo existait, le pays organisateur pourrait se faire éliminer en phase de poule !!!

    Répondre
    • Avatar

      si c’est son niveau alors qu’il soit éliminé.

      Répondre
  2. Avatar

    Penses tu que l’arbitrage à 5 en Europe permet de limiter les simulations ? Il est très difficile, à l’échelle de la vision humaine de juger d’une simulation ou non, du fait de la qualité impressionnante des joueurs de foot dans l’art théâtrale. La vidéo permettrait de limiter toutes ses erreurs d’arbitrage, mais là arriverait un autre problème : qui dit vidéo, dit pause dans un match, dit moins de temps pour les spots publicitaires, et donc perte d’argent. Le foot, le sport et l’argent …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *