Chroniques du Blitz : Wild Card Round

NFL-chiefs-fan-looks-playoff
 
0 Like(s)

Comme vous avez pu en prendre l’habitude, le mercredi, c’est jour de blitz. Alors, sans plus attendre, voici le top 5 des faits marquants d’un week-end qui donna le coup d’envoi aux playoffs.

#5 Recevoir n’est plus si… déterminant?

NFL-chiefs-fan-looks-playoff

Jouer un match de playoffs à domicile est sensé offrir un avantage considérable. Le fameux « x-factor ». C’est pour jouer ces matches chez soi que les joueurs se défoncent les 17 semaines de la saison régulière.

Lors de ce « wild card round », Kansas City Chiefs est la seule équipe visiteuse qui a perdu alors qu’elle menait de 28 points jusqu’au début du Q3 (on y reviendra). Il s’est donc fallu d’un cheveu pour que les 4 équipes jouant hors de leurs bases se retrouvent en « divisional series ».

New-Orleans a gagné à Philadephie. San Diego a gagné contre une équipe de Cincinnati pourtant invaincue cette année dans son stade . San Francisco est revenu dans la douceur californienne avec une victoire acquise dans l’antre glacé de Green Bay.

Ces résultats ne sont pas anormaux (sauf San Diego) au regard du niveau de jeu des équipes. Une statistique intéressante révèle que 3 des 8 derniers vainqueurs du Super Bowl ont gagné leur premier match des playoffs à l’extérieur…

San Diego, San Francisco et New-Orleans peuvent donc croire en leurs chances de remporter ce fameux trophée le mois prochain.

#4 Andy Reid, Coach Kansas City Chiefs, est toujours aussi… critiqué

Chiefs' Reid argues a call with an official during their NFL football game with the Eagles in Philadelphia

Coach des Eagles de Philadelphie entre 1999 et 2012, Andy Reid est un drôle d’oiseau. Tactiquement génial, il emmena les Eagles jusqu’au « NFC Championship game » 5 fois pour un superbowl perdu contre les Patriots en 2004. Pourtant, son manque de trophées lui attire de nombreuses critiques tant par les médias que les fans. Il est notamment moqué pour ses problèmes de gestion du chrono.

Engagé cette année pour entraîner une équipe des Chiefs qui sortait d’une saison à 14 défaites, Coach Andy a réalisé l’incroyable exploit de la hisser jusqu’en playoffs avec 11 victoires. Menant son match contre les Colts par 28 points, tout le monde criait : « au génie ».

Mais chassez le naturel, il revient au galop! Deux nouveaux éléments prouvent encore la difficulté de Reid à gérer un match dans la longueur:

– Menant de 28 points, la logique voudrait que l’équipe joue au sol pour faire tourner le chrono. Hors, Andy Reid a choisi de privilégier le jeu aérien en tentant 23 passes pour seulement 11 courses. En ce faisant, Indianapolis a hérité d’avantage de temps de jeu pour rattraper son retard, puis gagner.

– Dans le dernier QT et mené de deux points, les Chiefs avait possession de la balle et donc, pouvait espérer marquer. Après le « two minute warning » (i.e. Une pause à deux minutes de la fin de chaque mi-temps) où le jeu est arrêté pendant une minute pour affiner les tactiques, les Chiefs ont épuisé leur dernier timeout dans la foulée. Une erreur de gestion qui s’est avéré préjudiciable par la suite en permettant aux Colts d’écouler le temps jusqu’à son expiration.

Andy Reid essuie donc de nouveau toutes les railleries malgré une étincelante saison régulière. La NFL est cruelle, les fans peuvent avoir la mémoire courte.

#3 La fin des Bengals?

Que va bien pouvoir faire le manager général des Bengals cet été? Remplacer le coach éternel (11ème saison de suite) Marvin Lewis après avoir remporté une division ? Faut-il trouver une alternative à Andy Dalton malgré une saison à 4300 yards et 33 tds?

Le fait est que les Bengals semblent suffisamment bons pour aller jusqu’en playoffs , mais pas assez pour prétendre à plus. Malgré les récents succès, Marvin Lewis n’a jamais remporté un match de playoffs avec Cincinnati.

Andy Dalton, lui, a fait un match atroce ce dimanche avec notamment 3 pertes de balle et un QB ratings de 67 (pour un maximum de 158). Malheureusement c’est un multirécidiviste. En effet, les deux autres matches disputés en playoffs par Dalton ont accouché d’un QB ratings de 52 et 45. Mais surtout, deux défaites.

andy dalton

Cette année, tout le monde y croyait. Très largement favoris, les Bengals ont pourtant perdu contre des Chargers motivés à prouver leur valeur. Cette défaite serait-elle le choc émotionnel qui donnera le courage à la franchise de changer de cap? Repartir de zéro? On prêtera une oreille attentive aux médias de l’Ohio pendant l’été.

#2 Nick Foles, QB Philadelphie Eagles, vs. Drew Brees, QB New-Orleans Saints

L’histoire était belle!

Les Saints ont gagné derrière un médiocre mais clutch (en seconde mi-temps) Drew Brees. Nick Foles a perdu malgré une performance honnête. Remplaçant devenu sauveur des Eagles, la pression était devenue énorme pour un QB inexpérimenté. Nick Foles semblait marqué par la défaite, et la ruminera de longs mois. Comment cela impactera ses prochaines performances?

Bon, c’est pas l’histoire que je voulais vous raconter… pardonnez ma digression

Non, le truc génial tient en trois lignes!

Sachez que:

– Drew Brees est de 10 ans l’ainé de Nick Foles.

– Drew Brees est l’idole de Nick Foles.

– Et pour cause. Croyez-le ou non, ces deux QB sont allés au même lycée: Westlake high school.

‘Tain, trop de drama quoi! Allez en bonus, voici les temps forts de ce match…

 

#1 Andrew Luck, QB Indianapolis Colts, est le grand gagnant du week-end

J’aurais pu parler de QB Colin Kaepernick ou Alex Smith, étincelants face aux Packers et Colts respectivement. Mais Andrew Luck est rentré dans la catégorie des grands ce week-end. Alors, forcément, c’est lui le grand gagnant des chroniques du blitz

Petit flashback. Lorsque les Colts ont décidé de ne pas prolonger Peyton Manning, c’était dans l’espoir qu’Andrew Luck saurait guider la franchise vers les sommets.

Tâchons de bien comprendre la situation. Indianapolis n’est pas une grande équipe. Sa défense a laissé les Chiefs, pourtant orphelin de Jamaal Charles, marquer 44 points et cumuler 513 yards d’attaque. Leur « offensive line » est un gruyère qui ne parvient pas à protéger son QB. RB Trent Richardson ne fait rien.

Et pourtant, les Colts sont en « divisional playoffs » grâce à Andrew Luck. Avec 4 tds et 443 yards, il a fait plier à lui tout seul Kansas City. Sa dernière passe gagnante vers T.Y. Hilton est à couper le souffle. Andrew Luck est à couper le souffle. Andrew Luck est #1.

En cadeau, retrouvez les temps forts de sa saison 2013

Coup de cœur de la semaine : Le destin croisé de Kaepernick et Rodgers

Attention, suivez bien ce qui va suivre.

Aaron Rodgers, né en Californie, est un fan des 49ers depuis son enfance. Colin Kaepernick, né dans le Wisconsin, est un fan des Packers depuis son enfance. Dimanche dernier, Aaron Rodgers jouait pour les Packers contre les 49ers tandis que Colin Kaepernick jouait pour les 49ers contre les Packers. Au final, les Packers du fan des 49ers ont perdu face aux 49ers du fan des Packers… c’est clair non?!

Bref, les familles ont décidé de pimenter l’avant-match en publiant de vieilles photos qui font le buzz. Il s’agit de LA photo (floue) du week-end.

kaep rodgers

… Bravo à vous d’avoir lu cet article jusqu’au bout. Vous retrouverez le prochain numéro des chroniques du blitz mercredi prochain. N’hésitez pas à tweeter ici et  vos réactions. Sinon, vous pouvez faire la même chose sur facebook ici et même 

En attendant de vous retrouver la semaine prochaine, blitzez gaiement.

Les lecteurs ont également apprécié :

Avatar

Auteur: Rémy

Partager cet article sur :

1 commentaire

  1. Avatar

    Merci! Concernant les bengals, je crois qu’il est probable qu’un changement directionnel s’impose. Je ne serais donc pas surpris de voir un changement de coach et/ou de QB…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *