NFL Conference Championships : Analyses

Denver Broncos
 
0 Like(s)

Au programme hier soir, les deux finales de Conference, opposant d’une part les Broncos aux Patriots (AFC) et d’autre part les Seahawks aux 49ers (NFC). Sans plus tarder, voici résumés et analyses de cette folle soirée de football ! New England Patriots @Denver Broncos :

Comme cela avait été annoncé, la clé principale du match était la capacité d’adaptation et de performance de la défense des Patriots face à QB Peyton Manning, et l’attaque si performante des Broncos. La réponse n’a pas tardé à arriver. Le premier drive, conclu par un punt rapide, a été le seul n’ayant pas apporté de points aux locaux. Ensuite, le QB multi-recordman a déroulé son jeu « habituel » : 32 passes complétées pour 43 tentés, 400 yards lancés « tout ronds » et surtout 2 TD pour aucun turnover : du grand Manning.

La blessure de CB Aqib Talib (côtes) a forcément joué un rôle dans la contre-performance de la secondary des Patriots, mais les receveurs de Denver ont eu le champ libre : 134y (et 1TD) pour l’inévitable WR Demaryius Thomas, mais aussi 85y pour son homonyme TE Julius Thomas, sans oublier Decker, Welker ou Tamme (73, 38 et 24y et TD). Au sol, RB Moreno s’est « contenté » de finir le travail en cumulant 59y, et en laissant 43 à Ball.

Soulignons l’excellent travail de la OL, qui a permit à Manning d’être serein : il n’a jamais été touché par un défenseur. Cette non performance du front 7 des Patriots peut avoir plusieurs explications : la première vient, bien entendu, du fait que Denver a l’une des meilleures OL (si ce n’est la meilleure) de la league. L’autre vient de la stratégie utilisée en défense : pour contrer au mieux le jeu de passes, la défense évoluait en man-to-man (marquage individuel) et ne laissait que 3 DL mettre la pression sur … 5 OL (au minimum, avec parfois un TE ou un RB en protection).

FS McCourty, OLB Hightower et OLB Collins se partagent le « classement » des plaquages (9, 7 et 6) mais les stats défensives sont inexistantes : aucun sack, aucune interception, aucun fumble forcé, 27 first downs encaissés, et 35′ 44″ sur la pelouse, ce qui ne laisse que 24′ 16″ à Brady pour installer son jeu … Penchons-nous à présent sur l’attaque des Patriots ce soir. Pendant 3 QT, ce sont les défenseurs de Denver qui ont pris le pas : un seul FG inscrit par Gostkowski (47y), des receveurs à la peine, et un jeu au sol quasi-inexistant avec RB Vereen et RB Ridley. Au contraire de New-England, Denver a su mettre la pression sur le QB adverse, avec un front 7 conquérants, et notamment 2 sacks de DE Ayers et DT Knighton (sur une 4ème tentative).

Bref, Brady ne parvenait pas à installer son jeu, et les excellentes couvertures de CB Tony Carter et CB Dominique Rodgers-Cromartie y étaient surement pour quelque chose. Puis, durant le QT4, l’espoir est revenu. QB Brady s’est mis à trouver ses receveurs, en particulier Edelman (89y 1TD) et Vereen (59y), mais les pertes de WR Welker (parti aux …. Broncos) et TE Gronkowski (blessure au genou) se font largement ressentir. Avec 16 points de retard et peu de temps à l’horloge (moins de 5 minutes), le tempo augmentait dans l’attaque des Patriots, ce qui a particulièrement gêné la défense adverse.

Prenant ses responsabilités, QB Brady y est allé de son TD au sol (5y), mais la conversion à 2 points ratée de RB Vereen, puis l’onside kick catché par Decker a mis fin aux espoirs de New England. Avec ses 8 plaquages, OLB Trevathan aurait presque fait oublier Von Miller (blessé pour 6 mois minimum), et a participé grandement au succès des siens. Même si les QB sont les acteurs principaux en attaque, les défenses ont un rôle primordial dans ces matchs « à enjeux » : moins l’attaque adverse passe de temps sur le terrain, plus sa propre attaque aura du temps pour installer son jeu. La dernière petite comparaison au niveau des stats conforte la tendance générale du match :

Les Patriots ont punté 3 fois par Allen, pour un seul FG de Gostkowski. Pour les Broncos, le punteur Colquitt n’est entré que sur un seul jeu, tandis que Prater a tenté (et transformé) 4 FG. Au final, les Denver Broncos s’imposent face aux New England Patriots sur le score de 26-16, et seront donc présent au Superbowl XLVIII se déroulant dans le New Jersey, dimanche 2 février, après une saison NFL prometteuse !     San Francisco 49ers @Seattle Seahawks : Place maintenant à la finale NFC, se déroulant dans le fameux Century Link Stadium et son ambiance assourdissante (108 dB hier soir au maximum).

Malgré cela, l’attaque des 49ers commence le match de bien belle manière et ne semble pas dérangée par cet « univers hostile ». Au total, QB Kaepernick a couru 130 yards, dont une magnifique course de 58y en première mi-temps (qui a amené le TD de Dixon). Si le QB a parcouru tant de yards, c’est qu’il y a une raison : en effet, les RBs de San Francisco ont été particulièrement muets : 16 yards (en 3 courses) pour Hunter, mais surtout 14y (en 11 courses) pour Gore, habitué aux matchs à 100y. En face, le front7 des Seahawks a parfaitement réagi aux attaques : DT McDaniel a cumulé 3 plaquages pour perte, MLB Wagner a été présent sur 15 plaquages (5solos, 10 avec aide) et DEs Avril et Bennett se sont offert un fumble forcé.

A la passe, ça n’a pas été la joie pour Kaepernick. Seulement 14 passes complétées (pour 24 tentés), 153 yards au total, pour un seul TD et surtout 2 interceptions (dans le QT4). Avec WR Crabtree surveillé de près par CB ShermanBoldin a pris le rôle du « top-WR » : 5 catchs, 53y et 1TD pour l’ancien Ravens. Habitué aux gros matchs, TE Davis a été inexistant, avec seulement 2 catchs, pour 16 yards. FS Chancellor et OLB Smith (sur une balle déviée par Sherman) ont donc réussi à intercepter Kaepernick, sur deux balles lancées « derrière » les WR.

La première interception donnée aux Seahawks un FG 8 jeux plus tard, et la seconde (à 30 secondes de la fin du match) signifiera la défaite des 49ers.  Du côté des Seahawks, l’attaque a été longue à se mettre en place, et la défense des 49ers a fait mieux que résister. Devenant le premier joueur de la saison à passer les 100y face à San Francisco, RB Lynch (109y) a encore prouvé qu’il était doué. Avec un de ces TD dont il a le secret, le RB s’est joué de la défense si agressive pour une course de 40y se finissant en end zone, permettant aux siens d’égaliser.

Étrangement, QB Wilson est resté dans sa poche hier soir, et n’a porté aucun ballon : 0 yards au sol pour le QB qui en a tant cumulé cette saison. Par contre, Bowman, Skuta et Smith deux fois sont venus le sacker, ce qui a prouvé les limites de la OL de Seattle. D’un magnifique TD de 35y de Wilson pour Kearse sur une 4ème tentative, l’attaque de Seattle emmenée par coach Carroll, a prouvé qu’il fallait un brin de réussite pour gagner ces matchs importants.

Avec 215 yards lancés, QB Wilson a mis en évidence les problèmes de secondary des 49ers FS Reid en deçà de son niveau de saison régulière, CBs Rodgers et Brown plus souvent en train de « trash-talker » que de faire des big plays, et SS Whitner dépassé par une attaque aérienne orpheline de WR Harvin. Malgré deux fumbles perdus (Wilson sur le premier jeu, et Lynch dans le QT4) et une stat étrange (aucun TD inscrit après avoir été dans la red-zone, sur 3 incursions), l’attaque des Seahawks a parfaitement su déjouer les plans défensifs de coach Harbaugh.

Nous avons également une énorme pensée pour LB Navorro Bowman qui s’est terriblement blessé au genou lors du QT4, en recevant WR Kearse sur la jambe. Bien que les résultats médicaux ne soient pas encore disponibles, sa rééducation va être longue et nous lui souhaitons un prompt rétablissement. De plus, il est certain que l’ambiance du Century Link Stadium est énorme, et que ce public est un véritable 12ème joueur. Cependant, on a beau être en finale NFC, quand un joueur adverse se blesse gravement (Bowman), et qu’il sort sur la voiture médicale, lui jeter de la nourriture est tout bonnement idiot, irrespectueux et honteux !

Bowman

Encore une fois, les Seahawks sont venus à bout des 49ers dans un match totalement indécis, 17-23.   Dans deux semaines, au MetLife Stadium, nous aurons donc une opposition de styles : qui de WILSON  ou MANNING soulèvera le Vince Lombardi Trophy ?

Les lecteurs ont également apprécié :

Avatar

Auteur: Etienne

Partager cet article sur :

1 commentaire

  1. Avatar

    Les deux top seeds en superbowl… pour une fois, j’ai eu bon dans mes pronos! Si Denver contre New-England n’était pas d’un grand suspens, le match entre Seattle et San Francisco a tout d’un futur classique dont on parlera pendant longtemps…
    Maintenant, place au pro bowl (souvent pénible à regarder) avant l’ultime match dans la big apple, dans le stade d’Eli Manning, le frangin de Peyton…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *