Pour patienter jusqu’au Super Bowl, 5/6

 
0 Like(s)

C’est bien beau de parler de tout ce qu’il va se passer autour du match, les chiffres, etc… Mais revenons à l’essentiel, c’est à dire le match ! Pour l’avant-dernier article de cette série, présentation des pensionnaires de l’AFC, c’est à dire les Patriots de New England. Parcours de l’équipe, forces et faiblesses de l’attaque ainsi que de la défense, joueurs clés, et également à l’ambiance sportive de la ville de Boston, région où les Pats évoluent.

 

Les Patriots, basés à Foxborough, Massachusetts, région de Boston, sont entourés d’une multitude de clubs de sports professionnels.
En basketball bien sûr, les Boston Celtics font très bonne figure en NBA depuis 1946. Avec des joueurs comme Ray Allen, Kevin Garnett ou encore Paul Pierce, les Celtics essayent de tenir leur rang dans la ligue professionnelle de basket. Du côté de la petite balle blanche, en MLB, ce sont les Red Sox de Boston, et leur légendaires ennemis jurés des Yankees de New-York, qui animent le Fenway Park. Nous somme dans le nord des Etats-Unis, alors Boston possède sa franchise NHL : les Bruins. En remportant une sixième Coupe Stanley lors de la saison 2010-2011, les joueurs des Bruins font briller le hockey sur glace à Boston.

La paire Brady-Welker, peut être une solution si Gronk' n'est pas au top !

Moins connus, Boston possède également son équipe de soccer, les New-England Revolution, ainsi que son équipe de Lacrosse (sport typiquement américain, que je présenterai peut être durant la off-season NFL) : les Cannons de Boston.
De plus, cette région est fournie en universités diverses : Harvard Crimson, Boston College Eagles, Boston University Terriers et aussi Northeastern Huskies.
Autant dire que les Patriots ne sont pas seuls dans cette grande mégapole du nord est des Etats-Unis.

Les Patriots au Super Bowl, d’accord. Mais comment en sont-ils arrivés là ?
Défaits par les Bills (W3), les Steelers (W8), les Giants (W9) et … c’est tout ! 3 défaites pour 16 victoires en saison régulière, la première place de l’AFC East gagnée haut la main, en distançant Jets et Bills, et les Patriots s’offrent le luxe de finir seed #1 de l’AFC. Wild Card exempte donc pour les joueurs de New-England, ils retrouvent les Broncos, fraîchement vainqueurs des Steelers, lors du Divisional Round. A domicile, sans trembler, les Patriots écrasent littéralement Tebow et cie 45-10. Nous sommes déjà au choc du Conference Championship, et ce sont les Ravens de Baltimore qui se présentent. Une attaque flamboyant face à une des meilleures défenses, voici l’affiche. Et encore une fois, Brady & co. passent au dessus de cet obstacle en l’emportant 23-20, et prennent rendez-vous pour le Super Bowl.

 

L’attaque des Patriots, emmenée par QB Brady, a été l’une des plus efficaces de la NFL cette saison.

Et si c'était Hernandez, l'autre TE, qui prenait le jeu aérien à son compte ?

Pour une fois, commençons par le point faible de cette impressionnante armada : le jeu au sol. En cumulant en moyenne 110.2yards à la course sur l’ensemble de la saison régulière, les Patriots n’ont pas souvent mis à profit leur RBs. Pourtant, avec des joueurs comme Green-Ellis ou Woodhead, New-England pourrait prétendre à utiliser plus souvent son jeu au sol, surtout en ayant une OL aussi solide. Mais là est l’interrogation. Lorsque l’ont possède l’un des meilleurs QB de la league en la persone de Tom Brady, accompagnés par des cibles de premiers choix tels Hernandez, Gronkowski ou encore Welker, doit-on en vouloir au OC des Pats de favoriser le jeu aérien ? Non. Clairement non. Les stats parlent pour lui. 317.8 yards de moyenne à la passe, soit la 2nde meilleure moyenne de la saison, et 32.1 points de moyenne par match avec ce play-call, c’est à dire la 3ème meilleure moyenne. On ne peut pas reprocher grand chose à l’attaque des Pats, c’est sur !
Petit point noir à leur parfait tableau, la blessure lors du Conference Championship de leur TE superstar Rob Gronkowski. Le recordman de TD reçu cette saison s’est effectivement fait une entorse lors du dernier match, et devra passer sur le « billard » après le Super Bowl. Après ? Oui, car New-England ne peut pas se passer d’une telle cible, même diminuée, pour le plus grand rendez-vous de l’année !

 

Spikes, l'homme fort de la défense

La défense, pas flamboyante mais efficace.
Les stats concernant la défense des Patriots sont étranges ! 411.1 yards encaissés par match -31ème moyenne sur 32- dont 293.9 à la passe et 117.1 au sol. Ce n’est pas glorieux ! Cependant, les Patriots n’encaissent « que » 21.4 points par match en moyenne, ce qui est tout à fait honorable, surtout quand on regarde le nombre de points inscrits ! Lorsque l’on regarde les starters en défense, c’est certain que l’on ne voit pas de joueurs de la trempe de Lewis (Ravens), Polamalu (Steelers) ou encore Cromartie (Jets), mais l’ensemble tient très bien la route !
Une DLine qui fait flancher plus d’une OL, bien huilée autour de Wilfork ou Anderson, ce qui permet sans doute le peu de point encaissés. Malgré la blessure de Carter, cette DL s’est donc bien adaptée et a su mettre une pression suffisante sur tous les QB adverses. Niveau LB, Spikes et Ninkovich dominent la fiche des stats avec respectivement 15 et 12 plaquages lors des deux matchs de play off. Autant dire qu’une fois passé la DL, de gros clients attendent ! De plus, Spikes a réalisé la seule interception de l’équipe lors des deux derniers matchs. Pourtant, les CB Arrington-14 plaquages- et McCourty-9 plaquages- font le job et permettent souvent d’empêcher de nombres big plays adverses. Dans le deep, SS Chung assure les arrières de la défense, même si les interceptions ne sont pas au rendez-vous cette année. Même analyse pour FS Brown, qui cumule seulement 3 plaquages lors des deux derniers matchs.
Autant dire que la défense est loin d’être le point fort de cette équipe, qui mise beaucoup sur l’attaque pour rattraper d’éventuelles erreurs.

Chung peut-il mettre à mal l'attaque des Giants ?

En tout cas, si le match se joue sur un coup de pied, le kicker Gostkowski a bien débuté les play off, en convertissant 4 de ses 4 essais, dont le field goal vainqueur face aux Ravens.

 

Rendez-vous dans deux jours pour la présentation des adversaires des Patriots dimanche, les Giants de New-York, l’équipe NFC.
N’oubliez pas de préparer tout ce qu’il vous faut pour passer une soirée exceptionnelle : amis, télé, W9 ou ESPN America, nourriture, boissons diverses … vous faites quoi pour ce Super Bowl ?

Les lecteurs ont également apprécié :

Avatar

Auteur: Etienne

Partager cet article sur :

4 commentaires

  1. Avatar

    Houla, il y a un énorme intrus dans ta liste de grands défenseurs…
    Sinon est-ce que tu as prévu des articles sur la draft, la Free Agency…?

    Répondre
  2. Avatar

    Un véritable plaisir ce compte à rebours sous forme d’articles.

    C’est surtout un match qui me rend un peu nostalgique puisque c’est la même affiche que mon 1er superbowl en live, le fameux NE-NY de 2007 avec les invincibles pats qui resteront sur le carreau à cause d’un Eli Manning qui s’était donné les moyens de sortir enfin de l’ombre de son illustre ainé.

    J’ai encore mon maillot de Shockey que je ressortirai pour aller voir le match dimanche soir après OM-OL.

    Encore de grands moments en perspective, je supporte les Giants mais sur ce match n’importe qui peu s’imposer j’avoue que je suis incapable de faire de prono. Merci de nous mettre dans l’ambiance avant un tel match

    Répondre
  3. Avatar

    Oui oui je parle de la liste des défenseurs. En plus l’intrus que t’as mis il y en avait un qui aurait très bien collé juste à côté.

    Répondre
  4. Avatar

    Euh… Cromartie n’est pas mauvais mais c’est pas non plus du niveau de Polamalu et Lewis ! Surtout que la défense des Pats n’est pas mal loti en terme d’intercepteur (Kyle Arrington a fait 7 interceptions cette saison, #1 ex-aequo de la ligue) ce qui est clairement la spécialité de Cromartie. Pour le reste il se plante assez souvent. En revanche, Revis, qui joue dans la même équipe, avait tout à fait sa place ici, il est probablement le meilleur de la ligue à son poste (un peu comme Polamalu et Lewis au leur (quoique Lewis a pas mal de rival entre Urlacher et Willis…))

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *