Chroniques du Blitz – Divisional Playoff Games

 
0 Like(s)

Chic, c’est mercredi. Jour de blitz. Voici le top 5 des faits marquants d’un weekend qui ne nous a pas offert la même qualité de matches que lors des Wild Card Rounds la semaine dernière. Il faut dire que la barre était fichtrement haute.

#5 Jim Harbaugh, Coach San Francisco 49ers, a gagné le droit d’être exubérant

harbaugh field

En fin de première mi-temps contre les Carolina Panthers, Jim Harbaugh a été pénalisé pour être entré sur le terrain au milieu d’une action. Plus tard, il a également été pénalisé pour avoir critiqué avec véhémence le choix d’un arbitre.

Oui, Jim Harbaugh est exubérant et grande gueule. Le fait est qu’il peut se le permettre.

À son arrivée en tant qu’entraîneur des 49ers en 2011, San Francisco sortait d’une saison à 6 victoires et 10 défaites, avec un jeu stéréotypé et sans saveurs. Depuis, Jim Harbaugh a gagné un total de 41 matches dont 5 en playoffs en bâtissant une défense imperméable et une attaque imprévisible, sous la houlette de Colin Kaepernick, à qui il permet de franchir tous les paliers pour atteindre le statut de superstar.

Une fois de plus ce week-end, Jim Harbaugh a prouvé qu’il était fin stratège en plus d’être une grande gueule. Les deux rencontres des 49ers en playoffs étaient des remakes de deux matches perdus en saison régulière : contre les Packers et Panthers. Harbaugh a parfaitement étudié les cassettes, ce qui lui a permis de bâtir un plan de jeu à même de neutraliser Cam Newton et Aaron Rodgers. C’était pourtant pas gagné, surtout à l’extérieur.

Dimanche prochain, un dernier remake l’attend chez les Seattle Seahawks, où San Francisco avait perdu 29 à 3 en saison régulière. Mais qu’importe si Jim Harbaugh trouve, une fois de plus, la solution. Sa saison sera quoi qu’il arrive, une réussite. Ce qu’il a réalisé en trois ans est exceptionnel et a gagné le respect de tous ses pairs.

Il a gagné le droit d’être excentrique sans qu’on lui en tienne rigueur. Et les fans adorent ça. Bravo.

#4 Un tremblement de terre à Seattle

Les sismologues de la côte ouest sont en permanence sur le qui-vive, guettant chaque jour les effets annonciateurs d’un tremblement de terre provoqué par la fameuse faille de San-Andreas: the big one.

Pour les équipes adverses, jouer à Seattle n’est jamais chose aisée tant les fans sont bruyants. Pour preuve le week-end dernier contre les Saints, des sismologues ont détecté un mini-tremblement de terre d’une magnitude de 2 sur l’échelle de Richter dont l’épicentre n’était autre que le stade de football américain. T’imagines ou quoi là ? Ça en jette non ?!

Le 12ème homme portera-t-il son équipe jusqu’à la victoire contre les 49ers ? Ça n’est pas certain…

#3 Colin Kaepernick, QB San Francisco 49ers, Super-Chambreur

Colin Kaepernick est étrange. Discret en dehors des terrains, il est peu loquace en interviews. Mais bizarrement, le mec est un agité du bocal sur le terrain… et méga-chambreur.

Comme vous le savez peut être, les joueurs de la NFL sont réputés pour leurs célébrations personnalisées. Celles de QB Cam Newton (Carolina Panthers) et Colin Kaepernick sont connues comme le loup blanc.

Cam Newton (QB Carolina Panthers) célèbre ses scores en imitant Clark Kent enlevant son costume de journaliste pour laisser apparaître le « S » de Superman. Colin Kaepernick fête ses TDs en embrassant son biceps.

La scène la plus drôle du week-end est survenue après le TD inscrit au sol par Kaepernick. Ce dernier a d’abord imité la célébration de Super-Cam avant d’embrasser son biceps. Voyez par vous-même.

Arrogant, certes, mais jouissif !

#2 Les Saints ont-ils laissé passer leur chance ?

Les Saints ont perdu 23 à 15 sur le terrain des Seahawks. Ce score ne reflète pas la physionomie du match tant Seattle a dominé cette rencontre physiquement et tactiquement. Maintenant, quid de l’avenir des Saints et son duo Brees/Payton ?

Drew Brees, l’un des meilleurs QB de la ligue, vient de fêter ses 35 ans et ses performances vont décliner irrémédiablement. Et si Brees n’est pas bon, c’est toute son équipe qui en pâtira.

La défaite contre Seattle sonne comme l’occasion manquée de trop. Les chances de voir les Saints de Drew Brees titrés s’amenuisent chaque année et ils sont probablement les GRANDS perdants du week-end.

Malgré tout, on l’adore Oncle Drew. Alors en cadeau, voici les temps forts de sa saison.

#1 Josh McDaniels, Coordinateur offensif New-England Patriots va toucher le jackpot

NFL: Houston Texans at New England Patriots

La réputation de Bill Belichick, entraîneur en chef des Patriots, n’est plus à faire : coach de l’année à 3 reprises, vainqueur de 5 superbowls. Son talent n’est plus à démontrer. Chacun sait qu’il peut mener n’importe quelle équipe au sommet de la hiérarchie. Mais celui-ci n’est pas le grand gagnant du week-end. Non. Ce titre honorifique revient à son entraîneur adjoint Josh McDaniels, en charge de l’attaque.

Après une première expérience malheureuse en tant qu’entraîneur des Broncos entre 2009 et 2010 à seulement 33 ans (11 victoires, 17 défaites), McDaniels a rejoint le staff des New-England Patriots en tant que coordinateur offensif.

Grâce aux performances de ses Patriots en attaque, McDaniels se positionne comme favoris pour la plupart des postes d’entraîneur vacants de la NFL (Cleveland Browns, Detroit Lions, Minnesota Vikins) en tirant le meilleur d’une attaque qui, en dehors de Tom Brady, n’a aucune star. Pas depuis le départ de Wes Welker pour Denver, la blessure de Rob Gronkowski et le licenciement de Aaron Hernandez (i.e. en prison pour meurtre).

Ce week-end, Josh McDaniels a même réussi l’exploit de planter 43 pions aux Colts uniquement par le jeu au sol : 4 TDs par LeGarette Blount et 2 TDs par Stevan Ridley ! Ce que je veux dire, c’est qu’à partir du moment où un entraîneur parvient à faire marquer 4 TDs en playoffs à un RB très quelconque (48 yards par match en moyenne dans sa carrière)… c’est un foutu exploit !

La côte de ce bon vieux Josh est au plus haut, il sera très courtisé cet été et empochera un joli chèque quelque part loin de la Nouvelle-Angleterre. Il peut dorénavant s’endormir sereinement en pensant à la saison prochaine. Bravo et tant mieux pour lui.

… et bravo à vous d’avoir lu cet article jusqu’au bout. Vous retrouverez le prochain numéro des chroniques du blitz mercredi prochain. N’hésitez pas à tweeter ici et  vos réactions. Sinon, vous pouvez faire la même chose sur facebook ici et même 

A la semaine prochaine et blitzez gaiement.

Les lecteurs ont également apprécié :

Avatar

Auteur: Rémy

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *