Ben le Sport : Analyse du match France / Tonga – Coupe du monde de Rugby 2011

 
1 Like(s)

L’équipe de France de rugby a sombré dans son match face au Tonga ce samedi matin (19-14), qui clôt une phase de poule bien médiocre avec deux défaites et deux petites victoires.
Soyons clairs, la défaite contre les Blacks m’avait fait entrevoir des possibilités pour les Bleus dans cette compétition, à condition de resserrer leurs largesses défensives et d’y mettre beaucoup plus d’agressivité. On peut pas dire que l’équipe de Liévremont a retenu la leçon avec cette défaite à mettre dans la catégorie « honteuse » au même titre que l’humiliation vécue en Italie en mars dernier (22-21) ou celle contre l’Australie à Paris en novembre 2010 (16-59). Après l’espoir entrevu, les Bleus m’ont plus que déçu avec cette énorme contre-performance qui les emmène quand même en quart de finale de la CdM, probablement face à l’Angleterre.

Un no man’s land en territoire français : 15 contre 15 c’est pareil que 15 contre 14

La défense a encore été désastreuse coté Bleus. Après le match contre les Blacks, on a désormais la certitude qu’à chaque tentative et incursion offensive adverse, l’essai n’est pas loin.
Que dire de cette ouverture au pied pour Hufanga (26è) qui a tout de suite déséquilibré l’équipe : il faut voir le nombre de joueurs francais sur une lignée de 20mètres et le no man’s land total dans l’angle opposé, à tel point que le retour en catastrophe du 3ème ligne Julien Bonnaire est bien futile face à la puissance et la vitesse du trois-quart Hufanga. Ok, un bleu était au sol à ce moment là, mais la force des grandes nations doit résider dans une base et une solidarité défensive tout moment du match, créneau essentiel pour espérer quelque chose dans toute compétition (tous les sports collectifs sont concernés).
D’ailleurs, dans le sens opposé, les Bleus n’ont jamais profité du carton jaune d’Hufanga (encore lui) pour faire décoller leurs points, pire ils ont subi les impacts des Aigles de mer pendant ces 10 minutes, avant que ceux-ci profitent au cours de la seconde-mi temps d’être en supériorité numérique (carton jaune d’Estebanez) pour marquer 6 points. Aberrant !!

Ça tremble, ca tremble …

L’élimination était proche pour les Bleus tellement les Tongiens ont eu l’opportunité d’inscrire des essais dans une défense tout le temps prise de panique. Nan décidément, cette équipe n’y arrive pas !

Offensivement, il a fallu attendre l’essai de Clerc en fin de partie pour être moins ridicules. Mais quel déchet tout au long de la rencontre. Les mains tremblaient et les passes mêmes les plus simples n’étaient pas assurées. L’essai manqué à un mètre de la ligne peu après la réalisation d’Hufanga, montre bien (faut-il encore le rappeler ?) le manque d’imagination et de solutions offensives : le pack a voulu faire preuve d’orgueil mais s’est fait pénalisé en beauté.
La prise de risque n’y est pas et cela se ressent par un jeu stéréotypé marqué par des percutions des avants très peu prolifiques qui ne sont pas suivies en plus d’une profondeur de jeu pouvant faire briller les arrières si tentés que ces derniers ne s’emmêlent pas les pinceaux. Si vous ajoutez à cela un manque de confiance sidérant, vous obtenez une équipe de France qui balbutie son rugby.

Liévremont = seul responsable ?

Décidément, Liévremont n’arrive pas à donner de la confiance et du liant à son équipe. Et il est sûr que sa part de responsabilité dans cette déroute est importante, lui qui n’a toujours pas trouvé de style de jeu ni d’équipe type au cours de la compétition qu’il a eu 4 ans pour préparer. Quant aux joueurs, à l’image du capitaine Dusautoir, ils ont mérité les sifflets des supporters français, qui inaugurent sans doute une rupture entre les deux parties.
Face à des Tongiens généreux, puissants et joueurs, les Bleus ont paru bien pales voire livides, coupable de médiocrité.
Ca va paraître très compliqué contre les Anglais en quart, équipe qui ne nous réussit pas pendant les coupes du monde, surtout que les Bleus ont montré assez suffisamment au cours des 4 matches que le jeu des fautes et des pénalités concédées était toujours un domaine qu’ils ne maitrisent(ront) jamais. De bien mauvaise augure contre le XV de la Rose, à moins que les Bleus ne nous sortent un coup d’éclat tel qu’ils nous habituent au moins une fois tous les 4 ans. Mais il est évident qu’ils ne partiront pas favoris, loin de là …

Ben

 

Vous pouvez (re)lire l’analyse du match des Bleus contre les Blacks

Auteur: Ben Le Sport

BenLeSport est un des co-fondateurs du site VLS.

Partager cet article sur :