Ben le Sport : Analyse du match France / Tonga – Coupe du monde de Rugby 2011

 
0 Like(s)

L’équipe de France de rugby a sombré dans son match face au Tonga ce samedi matin (19-14), qui clôt une phase de poule bien médiocre avec deux défaites et deux petites victoires.
Soyons clairs, la défaite contre les Blacks m’avait fait entrevoir des possibilités pour les Bleus dans cette compétition, à condition de resserrer leurs largesses défensives et d’y mettre beaucoup plus d’agressivité. On peut pas dire que l’équipe de Liévremont a retenu la leçon avec cette défaite à mettre dans la catégorie « honteuse » au même titre que l’humiliation vécue en Italie en mars dernier (22-21) ou celle contre l’Australie à Paris en novembre 2010 (16-59). Après l’espoir entrevu, les Bleus m’ont plus que déçu avec cette énorme contre-performance qui les emmène quand même en quart de finale de la CdM, probablement face à l’Angleterre.

Un no man’s land en territoire français : 15 contre 15 c’est pareil que 15 contre 14

La défense a encore été désastreuse coté Bleus. Après le match contre les Blacks, on a désormais la certitude qu’à chaque tentative et incursion offensive adverse, l’essai n’est pas loin.
Que dire de cette ouverture au pied pour Hufanga (26è) qui a tout de suite déséquilibré l’équipe : il faut voir le nombre de joueurs francais sur une lignée de 20mètres et le no man’s land total dans l’angle opposé, à tel point que le retour en catastrophe du 3ème ligne Julien Bonnaire est bien futile face à la puissance et la vitesse du trois-quart Hufanga. Ok, un bleu était au sol à ce moment là, mais la force des grandes nations doit résider dans une base et une solidarité défensive tout moment du match, créneau essentiel pour espérer quelque chose dans toute compétition (tous les sports collectifs sont concernés).
D’ailleurs, dans le sens opposé, les Bleus n’ont jamais profité du carton jaune d’Hufanga (encore lui) pour faire décoller leurs points, pire ils ont subi les impacts des Aigles de mer pendant ces 10 minutes, avant que ceux-ci profitent au cours de la seconde-mi temps d’être en supériorité numérique (carton jaune d’Estebanez) pour marquer 6 points. Aberrant !!

Ça tremble, ca tremble …

L’élimination était proche pour les Bleus tellement les Tongiens ont eu l’opportunité d’inscrire des essais dans une défense tout le temps prise de panique. Nan décidément, cette équipe n’y arrive pas !

Offensivement, il a fallu attendre l’essai de Clerc en fin de partie pour être moins ridicules. Mais quel déchet tout au long de la rencontre. Les mains tremblaient et les passes mêmes les plus simples n’étaient pas assurées. L’essai manqué à un mètre de la ligne peu après la réalisation d’Hufanga, montre bien (faut-il encore le rappeler ?) le manque d’imagination et de solutions offensives : le pack a voulu faire preuve d’orgueil mais s’est fait pénalisé en beauté.
La prise de risque n’y est pas et cela se ressent par un jeu stéréotypé marqué par des percutions des avants très peu prolifiques qui ne sont pas suivies en plus d’une profondeur de jeu pouvant faire briller les arrières si tentés que ces derniers ne s’emmêlent pas les pinceaux. Si vous ajoutez à cela un manque de confiance sidérant, vous obtenez une équipe de France qui balbutie son rugby.

Liévremont = seul responsable ?

Décidément, Liévremont n’arrive pas à donner de la confiance et du liant à son équipe. Et il est sûr que sa part de responsabilité dans cette déroute est importante, lui qui n’a toujours pas trouvé de style de jeu ni d’équipe type au cours de la compétition qu’il a eu 4 ans pour préparer. Quant aux joueurs, à l’image du capitaine Dusautoir, ils ont mérité les sifflets des supporters français, qui inaugurent sans doute une rupture entre les deux parties.
Face à des Tongiens généreux, puissants et joueurs, les Bleus ont paru bien pales voire livides, coupable de médiocrité.
Ca va paraître très compliqué contre les Anglais en quart, équipe qui ne nous réussit pas pendant les coupes du monde, surtout que les Bleus ont montré assez suffisamment au cours des 4 matches que le jeu des fautes et des pénalités concédées était toujours un domaine qu’ils ne maitrisent(ront) jamais. De bien mauvaise augure contre le XV de la Rose, à moins que les Bleus ne nous sortent un coup d’éclat tel qu’ils nous habituent au moins une fois tous les 4 ans. Mais il est évident qu’ils ne partiront pas favoris, loin de là …

Ben

 

Vous pouvez (re)lire l’analyse du match des Bleus contre les Blacks

Les lecteurs ont également apprécié :

Avatar

Auteur: Ben Le Sport

BenLeSport est un des co-fondateurs du site VLS.

Partager cet article sur :

6 commentaires

  1. Avatar

    Lievremont seul responsable ? Toujours facile de s’en prendre au coach, mais c’est tout de même logique de se poser la question ? 4 ans (je crois) qu’il a l’équipe en main. Une très belle équipe sur le papier pourtant… donc oui, je pense que L a vraiment une grosse part de responsabilité dans le manque de fond de jeu. S’ajoute à cela, l’absence d’un véritable meneur sur le terrain, u Fabien Galthier par exemple, qui savait (re)dynamiser ses troupes.
    Peu de chances contre le XV de la rose, on ne passera jamais les lignes. Et comme d’hab, ils vont nous mettre à la faute sans problèmes. On ne se prendra peut-être pas d’essai, mais beaucoup de coups de pied (au fesses) de JW.

    Répondre
  2. Avatar

    Dés les premiers impacts les Tongiens ont déstabilisé les Bleus par leur puissance: il y avait de leur part la volonté de « faire mal » et d’impressionner les Bleus, et ça a marché!
    Quelques faces bleues rouges de sang peuvent en témoigner!
    Dans le combat d’homme, il ont dominé et au bout de 10′ ils avaient gagné mentalement sur leur adversaires beaucoup trop « tendres »… qui n’osaient plus aller franchement au contact de peur d’avoir mal…
    C’est l’impression que ça m’a donné, et j’en suis trés étonné.
    Ils n’avaient pas du tout envie de « bouffer du tongien », passez-moi l’expression, beaucoup trop coriace à leur goût!
    Personne n’en parle de cela, qu’en pensez-vous?

    Répondre
  3. Avatar

    le 1er enseignement de ce match est que nous sommes­ belle et bien dans la seconde division planetaire du­ rugby. désorme, toutes les nations moyennes peuvent­ nous taper!
    apres pour le match, je suis bien sur decu­ mais pas surpris. c’est la suite logique d’une­ longue erte de vitesse ainsi qu’une pauvreté au­ sein de l’equipe de france. je veux dire par­ pauvreté un staff incompetent (a tous les niveaux)­ dirigé par un selectionneur des plus pauvre­ techniquement parlant au niveau national et­ international. de plus, c’est lui qui a composé son­ staff comme les preparateurs physiques pour ne citer­ qu’eux. est-ce normal de voir de joueurs qui apres­ 2 mois et demi de travail physique se tenir avec les­ mains sur les genoux au bout de 50mn? au lieu de faire­ de la prepa en vtt et canoe, il fallait faire de la­ piste et travailler le jeu (technique individuelle et­ coherence collective).
    apres, quand on a des avants­ qui ne vont pas au nettoyage avec un 9 sous prozac et­ lexomil, faut pas s’etonner que notre 10 de fortune­ fasse un match de misere…et les tonga en ont profiter­ en jouant systematiquement dans cette zone ou on­ c’est fait transpercer a maintes reprises. de plus­ avec un jeu au pied d’occupation catastrophique, on­ est resté sous pression et on connait le resultat.­ quand on sors le 10 titulaire depuis 3ans et 1/2 pour­ mettre un 9 qui a pas de pied et qu’on sors du­ groupe des joueurs comme heymans ou traile, les seuls­ ayant un pied pour soulager l’ouvreur, faut pas­ s’atendre a des merveilles
    quand je vois un­ ducalcon qui a 5 reprises prends la balle en position­ de 10 ou dans la ligne en etant arrété, sa me bouffe!­ ou une seconde ligne marchant au bord de regroupement­ sans y mettre le nez
    la 1ere satisfaction est medard.­ la seconde est que les tongiens ne possedent pas de­ buteur et vendangent car sinon c’était 40pts­ mini
    le plus triste c’est qu’il n’y a rien­ sur quoi s’appuyer pour creer unn exploit en 1/4 contre les anglais.
    mais le pire dans tout sa est le manque de courage des bleus, hormis medar et les 2 centres, personne n’a osez leur rentrer dans le lard et ont subis les impacts physiques. zero placages offensifs sur un match et 17 placages manqués…agressivité zero…on se fait transpercer par les neo-z sur le match qui fallait perdre et re-tranpercer par les tongiens qu’il fallait battre pour le moral…aie aie aie le week end prochain

    Répondre
  4. Avatar

    @riko, tyler : oui Liévremont a opéré des changements et coaching à la limite du compréhensible, qui ne peut absolument pas mettre des joueurs clés en confiance et instaurer une dynamique coférente de jeu et de groupe
    @tanki : il est clair que l’envie et la générosité était du coté Tongien et largement. Le match n’était pas capital (sauf catastrophe, la qualif était assurée), les Bleus auraient du en profiter pour se libérer et proposer du jeu. Au lieu de celà, ils ont paru tétanisés et pas concernés.
    Par conséquent, comme tu dis, ils se sont faits littéralement bouffés

    Répondre
  5. Avatar

    J’avoue ne pas avoir maté le match (en parti parce que c’était trop tôt pour moi) mais je concède que depuis que Lièvremont est à la tête du XV de France, je ne rêve plus devant les quelques matches des Bleus que j’ai pu voir…
    Perdre contre les All Blacks pouvait sembler légitime, perdre contre le Tonga en revanche…y’a-t-il un syndrome qui ravage notre sélection nationale (je pense évidemment au foot quand je dis ça) masculine au point de tout remettre en question? L’entraineur n’étant pas reconduit à la fin de son « mandat », est-ce qu’on peut dire qu’il n’a pas cœur à pousser son équipe à se retirer les doigts du cul?
    On est en droit de se poser la question. Quoiqu’il en soit, les Bleus font pâle figure et notre belle couleur a tendance à devenir pastel au fil du temps…en espérant que le quart de finale se passe sous de meilleurs auspices. Les confrontations France-Angleterre sont souvent des rencontres qui se défendent, j’ai envie d’y croire, et pourquoi pas un sursaut d’orgueil!

    Répondre
  6. Avatar

    @Chamalo : tu ne l’as pas maté, tu n’as rien raté 😉
    En tout cas, la comparaison avec les Bleus du foot (époque Domenech – nuance) est assez bonne

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *