Ligue des Champions : Montpellier n’y est plus.

handball-montpellier-ligue-champions
 
0 Like(s)

Après la déconvenue de Copenhague et la première mi-temps complètement loupée lors de la dernière journée de Ligue des Champions, Montpellier se déplaçait pour la deuxième fois d’affilée et se rendait à Szeged afin de se relancer dans un groupe serré où tout reste à faire.

Si la côte chez la plupart des bookmakers ne dépassait pas les 1,10 tout au long de la semaine, le déplacement en terre magyare sentait pourtant le match piège à plein nez. Quand on connait l’envie et la ferveur qui entoure chaque match de handball, ce match était loin d’être plié d’avance. Déjà privé de Guigou sur l’aile gauche, Le MAHB devait en plus annoncer le forfait de Gajic, le précieux ailier droit slovène, quelques heures avant le match.

Pourtant, le début de match est totalement en faveur des montpelliérains. Une défense agressive et mobile permet  à Stochl de s’imposer dans les bois  et  de jouer intelligemment de belles montées de balles conclues par un Honrubia tout en justesse. Du coté hongrois chaque possession était un calvaire et seul Lékai permettait aux siens d’exister en ce début de match ( 8°, 4-7).

Malgré le temps-mort hongrois, le MAHB enfonçait le clou avec de nouveau un très bon passage finalisé par des arrêts de Stochl  et des réalisations d’Accambray et Kavitcnik. (11°, 5-10). L’écart se stabilisait par la suite avec une équipe de Szeged qui trouvait les solutions en attaque et un Accambray en réussite totale sur le poste d’arrière gauche pour Montpellier (16°, 9-14). Bien installé dans son match les héraultais allaient céder une bonne partie de leur avance lors de la première exclusion temporaire de Bojinovic.

Les hongrois profitaient de cette supériorité pour se remettre dans le match et piéger les protégés de Canayer  au jeu de la chasuble par ce diable de Lékai (pour  évoluer à 6 contre 6 sur le champ, l’entraineur se passe temporairement du gardien offrant une cage vide en cas d’interception). Bizarrement on ne voyait plus les ailiers montpelliérains et les arrières butaient sur un gardien magyar retrouvé. (21°,13-14). Cela provoquait forcément un  temps-mort pour Patrice Canayer qui semblait garder toute sa sérénité. Malgré tout, c’est Szeged qui s’en sortait le mieux, emmené par un Mykler chaud bouillant dans les buts et un Lékai tout feu tout flamme en attaque (30° , 18-17).

Szeged passait devant pour la 1ere fois et ne céderait plus jamais  le commandement. Cette fin de 1ere mi-temps marquait clairement un coup d’arrêt dans les têtes montpelliéraines qui n’allaient jamais vraiment s’en remettre. Canayer tentait bien la solution Prost dans les buts mais cela ne fut pas sa meilleure trouvaille. Pas aidé par sa défense, le portier allait passer plus de 15 minutes sans faire un arrêt.

Et si le MAHB trouvait des solutions en attaque avec un N.Karabatic plus présent à la marque, il manquait fatalement de répondant en défense, dépassé par les Sulc, Ancsin, Buday et l‘intenable Lékai. Le MAHB allait finir la rencontre avec  38 buts encaissés, un chiffre qu’on avait plus l’habitude de voir du côté de leur tableau d’affichage.

Après l’absence terrible contre les danois  avec 21 buts en une mi-temps, Montpellier plie donc une nouvelle fois en Ligue des Champions en partie à cause de sa défense. Si les montpelliérains n’ont pas mis en danger leur qualification, ils ne se rassurent pas non plus et on ne peut que constater l’importance des absences de Guigou, Gajic et L.Karabatic.

Il faudra absolument réagir face à Kiel revanchard le 4 décembre afin de se redonner un peud’air mais surtout une belle dose de confiance.  Ma.FA.

 

Les lecteurs ont également apprécié :

Auteur: Mathieu

Partager cet article sur :

2 commentaires

  1. Sans Guigou et Karabatic on se rend compte que cette équipe n’est plus la meme. Encore heureux que ca roule en championnat
    Mais attention ! cette equipe peut etre limité niveau banc

    Répondre
  2. Moi ca m’a déprimé que mon équipe préférée Dunkerque , n’arrive jamais à atteindre les sommets du hand : toujours les 5premiers, jamais en CL, … qu’est ce qu’il manque à ct’équipe pour passer au niveau sup ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *