NFL Review : AFC Ouest (5/8)

 
0 Like(s)

Malgré le week-end du Scouting Combine (à suivre sur notre page facebook), nous continuons notre série sur la saison qui vient de se terminer. Après l’AFC Nord, la NFC Nord, l’AFC Est et la NFC Est, place à l’AFC Ouest pour ce 5ème volet. Au programme, retour sur l’année des Chargers, des Chiefs, des Raiders et des Broncos. Comme d’habitude, retour sur le classement de la division, les bonnes choses, les plus mauvaises, les horribles ainsi que sur l’image de la saison.

 

Classement :
1. Broncos . 13-3
2. Chiefs . 11-5
3. Chargers . 9-7
4. Raiders . 4-12

 

 

>>> Broncos de Denver : A

The good
68.3 % de completion, 5 477 yards lancés, 10 interceptions seulement mais surtout 55 TDs à la passe, ça vous dit quelque chose ? Peyton Manning bien entendu ! Comment passer à côté de ce QB à la précision légendaire, qui a véritablement retrouvé sa classe en signant à Denver après son année blanche (blessure au cou en 2011). Élu come-back de l’année en 2012, et nouveau détenteur du nombre de TD lancés en une saison régulière cette année, que dire de mieux ? L’attaque des Broncos fonctionne comme sur des roulettes, 1ère en terme de points marqués, 1ère en terme de yards au total mais aussi de yards à la passe. Le corps de receveurs y est forcément pour quelque chose : Demaryius Thomas cumule 1430y, Eric Decker 1288 et Wes Welker 778.
Si j’avais voulu être original, j’aurai pu citer LB Danny Trevathan dans cette catégorie, mais le jeune homme a sa place dans L’image de l’année …

 

The bad : 
OLB Von Miller ça vous parle ? Sélectionné au premier tour par Denver lors de la Draft 2011 (2ème choix derrière Cam Newton, devant NT Marcell Dareus, WR AJ Green ou encore CB Patrick Peterson), le joueur est loin d’être passé à côté de sa saison, mais n’a joué que 9 matchs (suspendu durant les 6 premiers matchs), et a reçu un vilain cadeau de Noël. Lors du match contre les Texans, le LB se blesse au genou : saison terminée, pas de playoffs pour lui. Les Broncos ont bien débuté la saison sur un 6-0 sans l’un des meilleurs défenseurs, peuvent-ils terminer correctement la saison sans lui ? On ne saura jamais si l’ex-joueur de Texas A&M aurait pu changer la face du Superbowl XLVIII, mais le fameux #58 a forcément manqué à la défense des Broncos. 

 

The ugly : 
Le Superbowl XLVIII. Quel fan des Broncos a oublié ce match ? Aller au Superbowl, ça marque. Le perde, ça marque encore plus. Le perdre de cette façon … ça reste gravé à vie ! Un premier snap désastreux et légendaire, une suite pas glorieuse. La meilleure attaque (37.9 points/match) limitée à 8 points, grâce à un TD inscrit sur le dernier jeu du QT3, une franchise totalement à la dérive, menée 36-0, sans oublier un play-call désastreux sont les points marquants de cette finale. Désolé aux fans de remuer le couteau dans la plaie, mais Moreno est resté bloqué à 17 points, parfaitement contenu par le front7 des Seahawks. Un TD encaissé sur le kickoff de la deuxième mi-temps, un sur une interception lancée par Manning, et 3 par la défense : Von Miller aurait-il eu son mot à dire, ou n’aurait-il fait que constater les dégâts ? Ce qui est certain, c’est qu’un Manning sous pression, une OL mise à mal et un corps de receveurs parfaitement couvert par la Legion of Booms, c’est très peu efficace ! Comme l’ont dit de nombreux analystes, aucune équipe d’AFC n’aurait pu rivaliser avec ces Seahawks là. Les Broncos auront-ils la force de revenir au Superbowl l’an prochain ?

 

trevathan balle lachée

L’image de la saison : 
Revenons sur le cas Danny Trevathan, et plus précisément lors de la week 1 face aux Ravens. Baltimore est en 4ème et 1 sur ses propres 29 yards. Passe de Flacco à destination de Rice. La première erreur de Trevathan est d’intercepter cette passe (en 4ème, si la passe est incomplète, balle à l’équipe qui défendait à l’endroit du snap de l’équipe qui attaquait, donc intercepter au lieu de défendre la passe aurait pu faire perdre du terrain). Terrain libre pour Trevathan, qui remonte la balle jusqu’à la end-zone, et célèbre son TD. TD accordé bien entendu, mais sous vérification vidéo comme chaque TD. Comme vous le voyez sur cette photo, Trevathan a lâché la balle avant d’entrer dans la end-zone. TD refusé, touchback Ravens, balle pour Baltimore sur leurs 20 yards.

 

 

 

>>> Chiefs de Kansas City : B-

The good : 
Clairement, l’avant « bye week ». Avec une journée de repos positionnée en 10ème semaine, les Chiefs avaient le temps de bien commencer leur saison. Et avec le meilleur départ de l’année (9-0) c’était chose faite. Bien qu’ayant rencontré que des équipes aux bilans négatifs (Titans, Giants, Texans, Browns pour ne citer qu’eux), l’attaque emmenée par QB Smith était efficace : 25ème en terme de yards à la passe, 10ème à la course, mais le plus important reste le nombre de points marqués : 26.9 de moyenne sur la saison, soit la 6ème attaque la plus prolifique. L’énorme confirmation vient du RB Jamaal Charles, qui a mené son équipe au sol (1287 y et 12TD) ainsi qu’à la réception (693y et 7TD). Avec un Alex Smith relativement précis (60.6% de completion, 23TD pour 7INT), les Chiefs auraient pu espérer mieux …

 

The bad : 
Avec une attaque de feu menée par Charles, la défense se devait d’être au RDV … ce qui n’a pas toujours été le cas. Bien que 6ème meilleure défense en terme de points encaissés (19.1 de moyenne), les Chiefs ont laissé trop de yards à leurs adversaires (24ème défense en terme de yards encaissés). Résultat, la défense restait trop longtemps sur le terrain, empêchant l’attaque de déployer son jeu. Bien qu’emmenée par les 11 sacks de Tamba Hali et de Justin Houston, ainsi que par les 21 interceptions de l’escouade (4 pour Quintin Demps), la défense n’a jamais réussi à être assez décisive : 41 et 27 points encaissés face à San Diego27 et 35 face à Denver, l’addition est salée. L’adage le plus célèbre du football américain est surement le suivant : « Une attaque gagne des matchs, une défense des championnats ». Les 45 points encaissés lors du premier tour de Playoffs (vs. Colts) auront eu raison de la franchise de coach Andy Reid.

 

The ugly : 
Dans the good on retrouvait l’avant bye-week, ici c’est « l’après » : 7 matchs pour 2 victoires seulement (vs. Redskins et Raiders). Avec des revers face aux Broncos (2 fois), aux Chargers (2 fois) et aux Colts (week 16), on savait les Chiefs trop tendres pour faire face aux équipes de niveau playoffs. Et le match de Wild Card a été à l’image de la saison : 4 TD pour Smith, 3 interceptions réalisées par la défense, 1 TD au sol par Davis et 28 points d’avance au milieu du QT3 et puis plus rien … 5TD encaissés en moins de 2QT pour seulement 6 points inscrits, et tout espoir de Superbowl s’envole. 443 yards encaissés à la passe, 100 au sol, la ballade de WR Hilton avec 224y et 2TD à la réception. 44 points inscrits, mais 45 encaissés. Voilà la franchise qui avait réalisé le meilleur début de saison (9-0) sorti de la course au titre.

Andy-ReidL’image de la saison :

Après une saison cauchemardesque l’année dernière (dernier de division, fiche de 2-14), les Chiefs ont réalisé un véritable exploit cette année, sans doute en lien avec l’arrivée de ce coach mythique au poste de Head Coach : Andy Reid.

 

 

 

 

 

>>> Chargers de San Diego : B

The good : 
En terminant avec une fiche de 9-7, les Chargers ont décroché le seed #6 et ainsi participé aux Playoffs. Élu comeback de l’année lors des NFL HonorsQB Phlip Rivers a grandement participé au succès de sa franchise cette saison. Bien qu’expérimenté (il dispute sa 10ème saison, 8ème en tant que titulaire), Rivers a réalisé une saison pleine : 4 478y à la passe (4ème attaque à la passe de NFL) pour 32 TD (record de 34 en ’08) et 11 INT (record de 9 en ’06 et ’09), profitant ainsi des nombres « bonnes » cibles à disposition : Antonio Gates (872 y.), Danny Woodhead (6 TD) et surtout Keenan Allen, élu rookie Pepsi de l’année (1 046 y pour 8TD). Bref, avec une OL plutôt moyenne (35 sacks encaissés), Rivers a réussi à hisser l’escouade offensive à un niveau plus qu’honorable.

 

The bad : 
Malgré un jeu aérien de très bonne qualité, les Chargers ne peuvent pas être fiers de leur jeu au sol. Niveau stats, Ryan Matthews cumule tout de même 1255 y pour 6TD, mais Danny Woodhead reste à 429 y (2TD) et Rivers n’apporte (presque) rien (72 y). Avec une moyenne de 4.4 y par course pour Matthews et 4.0 pour Woodhead, les 2 principaux coureurs (285 et 106 ballons portés) sont loin des moyennes de LeGarrette Blount (Patriots, 5.0y/course) ou Russell Wilson (Seahawks, 5.6 y/course). Par rapport à Woodhead, Matthews est également beaucoup moins utilisé à la passe (seulement 189y à la réception). Le match contre les Broncos en playoffs a bien illustré cette impuissance au sol : malgré la petite performance de Rivers (217 yards), les RBs ont été très limités : 29 yards pour Woodhead et 26 pour Matthews, pas de quoi faire des miracles quand Moreno et Ball cumulent 82 et 52 yards.

 

The ugly : 
La défense, et plus particulièrement la secondary, est le problème majeur de la franchise. Bien que 11ème au nombre de points encaissés (21.8/match), l’escouade a du mal face à la passe (29ème). Incapables de créer des turnovers, ils laissent les attaques adverses installer leur rythme. LB Manti Te’o, bien que rookie, n’a cumulé aucun sack, aucune interception et aucun fumble forcé. Au final, c’est SS Marcus Gilchrist qui mène le tableau des interceptions avec … 2 (à égalité avec FS Eric Weddle). Avec seulement 11 interceptions au total, et seulement une seule remontée pour TD (par Sean Lissemore), les Chargers sont loin de la Legion of Booms. Malheureusement pour eux, c’est avec une défense de qualité qu’ils arriveraient à faire douter leurs adversaires. Cette saison, une partie des 7 défaites ont été subies face à des adverses loin d’être au top : Texans, Titans, Raiders, Redskins se sont imposés face aux Chargers. 

 

Sans-titre-1L’image de la saison :

La même image que Pittsburgh si vous vous souvenez bien. Et pour cause. En défendant ce field goal de la sorte (7 joueurs du même côté du ballon), les Chargers ne l’ont pas encaissé. Résultat, ils décrochent leur victoire durant l’overtime et se retrouvent en playoffs. L’issue de la saison ne tient qu’à un fil !

 

 

 

 

>>> Raiders d’Oakland : E

The good : 
Avec 4 victoires, aucun QB cumulant plus de TD que d’interceptions, une fin de saison à 0-6, aucun joueur cité dans les NFL Honors, la seule satisfaction des Raiders est venue du FB Marcel Reecesélectionné pour le Pro-Bowl. Avec 218 yards au sol, 331 à la réception et une bonne saison en tant que bloqueur (travail principal du FB), Reece est le seul que je pouvais citer ici.

 

The bad : 
Pour subir 12 défaites lors de la saison régulière, la défense est forcément dans le mal. Avec 28.3 points de moyenne encaissés par match (29ème total), les Raiders sont en effet très vulnérables. Malgré quelques individualités, et notamment dans le front 7 (DE Houston cumule 6 sacks, LB Roach 112 plaquages et 5.5 sacks), l’escouade défensive n’a jamais réussi à dicter sa loi : 24 points encaissés face à Washington, 49 face aux Eagles, 56 face aux Chiefs et 34 face aux Broncos pour finir, la saison des Raiders a été un long calvaire. Comme chaque année, on se dit que les Raiders se renforceront grâce à la Draft, et comme chaque année, les choix des managers déçoivent. Alors maintenant, wait & see pour la franchise qui n’a plus atteint les Playoffs depuis 11 ans et le Superbowl perdu face aux Buccaneers.

 

The ugly : 
Même si il n’est pas le seul à jouer, le QB reste la pièce maîtresse d’une franchise. Malheureusement pour les Raiders, il s’agit du poste où les problèmes s’accumulent. Oakland a donc testé deux joueurs à ce poste cette saison. Terrelle Pryor a donc pris les reines de la franchise en étant titularisé 9 fois, pour un total de 7 TD et 11 interceptions (soit autant d’interceptions que Rivers en 16 matchs). Son seul coup d’éclat ? Une course de 93 yards face aux Steelers, lui permettant de devenir le QB ayant inscrit le plus long TD à la course de la NFL. Face à lui, le rookie Matt McGloin, qui a eu le temps de cumuler 8TD et 8INT en 6 matchs. Immobile à la course (27 yards), il va devoir hausser son niveau de jeu à la passe (55.9% de completion seulement) si il veut devenir un vrai « QB-franchise ». Si l’on compare les QB ratio de ces deux joueurs, c’est McGloin qui l’emporte (76.1 contre 69.1), mais aucun des deux joueurs ne peut être fier de cette saison. Les Raiders peuvent-ils encore faire confiance à de tels joueurs ? Peuvent-ils se permettre de drafter un nouveau QB ? Début de réponse en septembre prochain !

 

 

Pryor

L’image de la saison :

La seule éclaircie de la saison des Raiders est donc venue de cette course de 93 yards de QB Terrelle Pryor face aux Steelers. What else ? Nothing !

 

Les lecteurs ont également apprécié :

Avatar

Auteur: Etienne

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *