Kiel trop fort pour Montpellier

Karabatic contre Kiel
 
0 Like(s)

Après 2 revers lors des deux dernières journées en Champion’s League, Montpellier retrouvait Kiel, favori du groupe, avec l’envie de renouer avec le succès. Malheureusement, l’armada allemande est loin d’être la première venue et elle avait à cœur, elle aussi, d’effacer l’affront du match aller. Les zèbres de Kiel s’impose au terme d’un vrai match de Ligue des Champions qui aurait quand même pu leur échapper.

Si Guigou manquait clairement à l’appel côté montpellierain, Daniel Narcisse était bizarrement condamné à regarder le début de match depuis le banc de touche des visiteurs de l’Arena, copieusement garnie. Il faut dire que Kiel c’est une équipe hyper talentueuse avec des grands noms du handball international à tous les étages. Omeyer dans les buts, Jicha, Kim Anderson, Palmerson, Zeitz, Alhm ou encore Klein sur le champ. Une puissance de feu incroyable au service d’un jeu bien huilé.

Le MAHB dans le coup

Le match commençait en rang serré avec des défenses bien organisées de chaque côté. Montpellier semblait déjà plus en difficulté pour attaquer la défense 6-0 allemande mais Karabatic semblait partit pour un grand numéro. A la marque,  en défense, au contre, à la relance, il permettait au MAHB de tenir le choc. 8°, 4-4. Mieux, à force d’ harceler la défense allemande, il trouvait des expulsions temporaires qui permettait à Montpellier de passer devant ( 15°, 9-7 ) et même de creuser l’écart suite à l’expulsion de Zeitz, pour une faute inutile sur Honrubia. 19°, 11-7. C’est à ce moment précis que Narcisse rentrait sur le terrain. Montpellier balbutiait en attaque placée et Narcisse, en scorant 3 fois, remettait les siens dans le match. 23°, 13-12. Les deux équipes se rendait alors coup pour coup pour atteindre la mi-temps sur le score de 17-16,  avec un but d’Accambray dans les toutes dernières secondes.

Ré-apprendre à gagner

Le mano à mano reprenait de plus belle en seconde période et si le MAHB semblait s’accrocher, il ne profitait pas des supériorités numériques provoqué par Karabatic. Pire Kiel semblait prendre le contrôle du match grâce à leur base arrière hors norme (Palmarson, Narcisse, Anderson). 42°,22-24.  L’écart allait vaciller entre 2-3 buts pendant près de 10 min, chaque équipe répondant à l’autre sans réussir à trouver le KO. A la 52°, après 2 loupées consécutifs sur l’aile droite allemande, Montpellier parvenait à recoller sur une contre attaque de Kavitcnik. L’ Arena prenait soudainement feu, l’ambiance était à son comble ! 52°, 29-29. Le match allait se jouait juste après. Alors que le MAHB avait la balle du +1, Klein intercepté la balle et calma l’ambiance. Omeyer si mettait aussi et compliquait la tâche des héraultais, aussitôt punis par Anderson. 54°, 29-31. Montpellier ne reviendra plus et pourra regretter de ne pas avoir su gérer quelques moments clés en fin de match, cédant finalement sur le score de 31-34.

Si la défaite n’a pas à faire rougir, elle rappelle que les grands matchs de Ligue des Champions se jouent sur des détails et des phases de jeu plus tranchantes dans le money-time. Montpellier a eu les occasions de passer devant et n’a pas su le faire, la faute à l’adversaire mais aussi à un jeu en attaque placés où ils ont peiné à trouver les solutions.

Mais face à cette équipe, ils ne sont pas les seuls à s’y être casser les dents. Par contre, ils sont les seuls à les avoir battus depuis le début de la saison. De quoi garder l’espoir..

Ma.FA.

 

 

 

Les lecteurs ont également apprécié :

  • Pour le moment pas d'autres articles du même genre...ça ne saurait tarder

Auteur: Mathieu

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *