Match retour : le bon match du rire ?

 
0 Like(s)

En salle depuis  le 22 Janvier  match retour retrace l’histoire de deux boxeurs de la banlieue de Boston Razor et Kid, chacun a gagné une fois leur combat mais le match décisif n’a jamais eu lieu.

One more time

Encore une fois pourrais-je dire, Robert de Niro en Billy « the kid » McDonnen (rien à voir avec le personnage des daltons) est un retraité de la boxe il a été champion du monde des mi-lourds dans la fin des années 70, mais seulement le poids de l’âge pèse pour Billy McDonnen.

Il retrouvera dans le film son fils éloigné devenu un jeune homme brillant BJ, avec son fils Trey, mais la carrière sulfureuse de Kid reprendra le dessus, ce qui obligera BJ à s’éloigner de lui à nouveau.

Sa mère Sally Rose  lui a pourtant prévenu que son père était une mauvaise personne, est ce que BJ écoutera sa mère ? Vous le saurez dans le film.

D’un autre côté vous avez Henry « Razor » Sharp, reconverti comme ouvrier dans un coin de Boston. Alors qu’il est venu gagner le deuxième acte de son combat face Billy the Kid, Henry Razor met en terme à sa carrière professionnelle la surprise générale. Choix curieux vous pouvez pensé, y avait-il le burnout de l’intensité du sport business ? Je vous laisserai juger.

Pour vous retranscrire la mentalité de Henry Sharp je vous retranscris un morceau de texte avec son chef d’équipe : « Razor, mais pourquoi tu as mis en terme à ta carrière ?» « Tu veux vraiment savoir ? » demande Henry, « oui » « J’ai toujours rêvé de porter un tu-tu » (si je me souviens du texte).

Son entraineur en maison de retraite verra que son « ex-poulain » a besoin d’un nouveau foyer étant donné que Louis « lightnting » Conlon a été expulsé de la maison de retraite où il y réside.

Un certain Dante Slate Junior retrouvera Razor pour pouvoir enregistrer la gestuelle de Razor sur un jeu vidéo

L’héritage de la boxe Américaine,

Même si au fil d’aujourd’hui c’est Wladimir Klitsckho qui domine la catégorie reine, aucun boxeur ne semble en mesure de déloger le géant Ukrainien (prochaine défense de ses titres face à l’Australien Alex Leapai le 26 Avril 14).

Avant que Wladimir et le très probable retraité Vitali dominent la catégorie des poids lourds, la boxe Américaine était à son apogée au tout début de l’histoire du noble-art.

Sans faire de distinction de peau, ce sont les boxeurs afro-Américains qui ont élevé la boxe Américaine à son firmament.

Regarder Joe Louis, Mohamed Ali, Larry Holmes (qui a battu notre Français Michel Rodriguez), Evander Holyfield, mais aussi Mike Tyson pour les boxeurs Afro-Américains les plus connus.

La boxe est considérée comme reine en Amérique même si les arts martiaux mixtes sont égaux actuellement, pourtant les diffuseurs comme showtime  que connait bien le sulfureux boxeur Floyd Money Mayweather et HBO sont les principaux diffuseurs TV de la boxe.

 

 

Tout cela pour vous dire que si vous aimez la boxe, surtout rire, le cocasse, la mentalité des années 80 et les films de sports alors ce film est fait pour vous.

Les lecteurs ont également apprécié :

  • Pour le moment pas d'autres articles du même genre...ça ne saurait tarder
Avatar

Auteur: Anthony

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *