Tour de France : des écarts records, le spectacle et le suspense au rendez-vous !

filip bossuyt from Kortrijk, Belgium, CC BY 2.0 , via Wikimedia Commons
 
1 Like(s)

Crédit photo ci-dessus : filip bossuyt from Kortrijk, Belgium, CC BY 2.0 https://creativecommons.org/licenses/by/2.0, via Wikimedia Commons

Clap de fin pour le Tour de France 2022 qui a couronné, ce Dimanche, le Danois Jonas Vingegaard. Dans un tour où les français ont peu pesé, le leader de l’armada Jumbo-Visma n’a presque jamais été inquiété par les nombreuses tentatives de Tadej Pogacar et a pu compter sur le meilleur coureur du monde : Wout Van Aert.

Un départ du Danemark, belle inspiration des organisateurs

Les 3 premiers jours en terre danoise en étaient-ils annonciateurs ? Outre la victoire finale d’un danois à Paris, ses compatriotes ont eu aussi porté haut leurs couleurs. Jonas Vingegaard, Magnus Cort Nielsen et Mads Pedersen ont ramené un total de 4 victoires d’étapes pour le Danemark qui s’affirme comme une nation forte du cyclisme.

Pogacar, Vingegaard et les autres

Ils étaient attendus : ils ont répondu ! D’un côté, le Slovène Tadej Pogacar, 23 ans, double tenant du titre ; de l’autre, le danois Jonas Vingegaard, 25 ans, 2ème de la grande boucle en 2021 et co-leader (avec Primoz Roglic) de la meilleure équipe du monde : la Jumbo-Visma.
3 semaines de courses, de Copenhague aux Champs-Elysées, au cours desquelles les deux coureurs se sont marqués et on dicté les débats, ne laissant aucune place aux autres prétendants. C’est bien simple : 3 victoires d’étapes pour Pogacar, 2 pour Vingegaard, aucune pour les autres membres du Top 10.
Au dessus du lot et en jaune suite à la défaillance de son rival dans la montée vers le col du Granon, le danois a répondu avec brio aux nombreuses attaques d’un maillot blanc intenable et entreteneur de suspense, qui finira par abdiquer lors de la dernière étape de montagne, à bout de force. Les deux coureurs se sont, à plusieurs reprises, détachés de leurs adversaires, impuissants.

Résultat : Geraint Thomas, vainqueur en 2018, termine 3e du tour et est relégué à plus de 8 min du vainqueur final. Il faut remonter à 2002 et la victoire de Lance Armstrong pour observer des écarts aussi conséquents sur le podium.

Jonas Vingegaard a, par ailleurs, battu le record du Tour de France le plus rapide jamais couru, avec une moyenne de 42,068 km/h pour parcourir les 3187,5 km.

écarts dans le Top 10 une première depuis 2002 Tour de France 2022
Les écarts sont vertigineux dans le Top 10, une première depuis 2002.

Laporte sauve les bleus du Tour de France 2022, mention honorable pour Gaudu et Bardet

Les supporters tricolores ont eu très peur du zéro pointé. Mais ça, c’était avant l’éclaircie Christophe Laporte. Au sein d’une équipe Jumbo-Visma qui a dominé ce tour de la tête et des épaules, le français a abattu un travail de l’ombre de grande qualité. Équipier modèle, ne comptant pas ses efforts, le varois a été récompensé par son équipe lors de la 19ème étape.
Aux prises depuis 10km pour ramener le peloton sur les hommes partis en échappé, Wout Van Art a ensuite donné carte blanche au sprinteur français. Parti au kilomètre, il revient rapidement sur les 3 échappés avant de les déposer puis de lever les bras à Cahors pour ce qui est, certainement, la plus belle victoire de sa carrière.

« Tout coureur rêve de gagner sur le tour, l’équipe m’a laissé ma chance et je l’ai fait. Je suis pleinement satisfait de ce tour. C’est beaucoup de travail, beaucoup de sacrifices et ça paie sur le terrain ! » – Christophe Laporte au micro de Francetv

Christophe Laporte, ici lors de la 19e étape entre Castelnau-Magnoac et Cahors, seul coureur français à avoir levé les bras dans ce tour.

La France attendait une victoire d’étape depuis celle de Julian Alaphilippe sur la 1ère étape du tour 2021, soit 38 étapes, 3ème période de disette la plus longue de l’histoire du cyclisme tricolore ( 40 entre 1925 et 1927, 39 entre 1998 et 2000).

Au jeu des français engagés pour une place au général, c’est David Gaudu qui s’en sort le mieux : 4e à 13,56 du maillot jaune. Pas au niveau des meilleurs, le breton ne s’est jamais mis dans le rouge à essayer de les suivre et a parfaitement géré ses efforts. Souvent décroché dans les débuts d’ascensions, le coureur de la Groupama FDJ ne s’est jamais affolé, à son rythme, épaulé par un Valentin Madouas héroïque. Il termine derrière les 2 monstres et un ancien vainqueur du tour, : honorable et une belle promesse pour l’avenir. Romain Bardet, quant à lui, achève ce tour au 7e rang à près de 20 minutes du Maillot Jaune. Fidèle à son tempérament offensif, l’homme aux 3 podiums sur le tour a bien cru être en mesure de réaliser à nouveau cette performance. Mais comme il le dit si bien : « Après, ce sont les jambes qui parlent ».

David Gaudu a été très régulier et termine 4e du
classement général avec près de 14 minutes de retard sur Vingegaard.

Le coureur : Wout au sommet de son Aert

« C’est un P* de monstre » – Lance Armstrong
« Honnêtement, je n’ai jamais vu ça auparavant » – Tom Boonen
« Il est en train de marquer l’histoire du cyclisme » – Andy Schleck

Mais jusqu’où est-il capable d’aller ? Peut-il, un jour, aller chercher la victoire finale ? Le belge affole les spécialistes du cyclisme qui ne tarissent pas d’éloges à son propos.
Impressionnant au cours de ces 3 semaines, le meilleur coureur du monde a démontré toute l’étendue de son talent. Que ce soit au sprint, en contre-la montre, en montagne ou même en baroudeur, pas une journée n’est passée sans que le maillot vert n’influence le déroulé de la course. Auteur de 3 victoires d’étapes, il s’est même offert le luxe de distancer Tadej Pogacar dans la montée vers Hautacam, dernière étape de haute montagne, en travaillant pour son leader qui n’avait plus qu’à filer vers la victoire.

Logiquement vainqueur du classement par point dont il bat le record (477 pts établis par Peter Sagan en 2018) avant même la dernière étape, il est également élu super combatif du Tour de France. L’homme le plus en vue de la grande boucle s’est également fait une place dans le coeur des fans belges, qui voient en lui un « super-héros » capable de succéder au cannibale Eddy Merckx.

Le concerné, lui, est conscient de ses exploits, mais ne se fixe pas de limite :

« C’était 3 semaines incroyables ! […] Je suis différent. J’aime juste faire des choses qui semblent impossibles. C’est ce qui me motive le plus. J’aime relever des défis et peut-être que c’est mon secret pour réussir à faire de telles choses. »

Ému aux larmes après sa victoire sur le contre-la-montre de l’avant-dernière étape et la consécration de son leader Jonas Vingegaard, il est un des grands artisans de la domination exceptionnelle de la Jumbo-Visma, auteure de 6 victoires d’étapes sur cette édition 2022. La formation ramène 3 maillots à Paris : le Maillot Jaune et le Maillot à Pois pour Vingegaard, le Maillot Vert pour Van Aert.

De ce Tour de France on retiendra également que la course a été suspendue à plusieurs reprises, bloquée par des manifestants, les descentes vertigineuses de l’artiste Ineos Thomas Pidcock, la menace Covid qui a joué son rôle et, enfin, le public, toujours plus nombreux au bord des routes.

Auteur: Paul Chambaretaud

Partager cet article sur :