Le sport peut-il continuer dans un pays en conflit ?

Klitschko_1502123c
 
0 Like(s)

« the show must go on » comme pourraient dire la plupart des fans des plus grandes rock stars quand elle meurt, mais ce slogan qui a fait le titre phare de queen à la mort de Freddie Mercury pourrait s’appliquer à la situation socio-politique qui se passe en Ukraine.

Alors que l’Ukraine est sortie de crise politique, est ce que le monde sportif doit-il s’arrêter malgré la guérilla de tout un pays ?

Des stars au service de leur patrie

à leur fin de carrière certains sportifs décident de mettre en terme à leur carrière pour servir les intérêts de leur patrie, en France l’exemple le plus connu est David Douillet ancien ministre des sports sous le régime de Nicolas Sarkozy.

En Ukraine il y a 2 exemples connus qui se sont lancés en politique : Andreï Shevchenko et le leader de l’opposition au régime de Viktor Ianoukovitch, l’ancien boxeur Vitali Klitschko.

« Cheva » est devenu une star au Milan AC, avec une moyenne de 17 buts sous les couleurs des Rossoneri durant ses 7 saisons, l’attaquant Ukrainien est resté prolifique.

à la fin de sa carrière au Dynamo de Kiev, l’attaquant de l’Est a décidé de mettre en terme à sa carrière et de se lancer en politique, le seul problème est que l’Ukraine est un pays où la corruption est maitre.

En 2012, l’ancienne star Milanaise a perdu son premier combat politique car il a du s’incliné face à un nouveau poids lourds de la politique l’ancienne star sportive Vitali Klitschko. A l’heure actuelle il pourrait s’investir dans le monde du football.

« Ironfist », les poings d’acier a dominé la boxe pendant des années malgré des blessures au genou qui l’aura handicapé. Le sommet de sa carrière sera son match face à l’Anglais Lennox Lewis match perdu par un KO assez litigieux (Vitali saignait de l’arcade mais voulait poursuivre le combat). Donné outsider l’Ukrainien renversa l’opinion des passionnés de boxe en le plébiscitant par sa combativité.

Le lendemain dans la presse Américaine le titre était le suivant : « Lewis gagne le match, Klitsckho l’évènement ».

Alors que les évènements de son pays prenaient une tournure dramatique Vitali voulait se présenter à l’élection présidentielle de son pays, mais le président Viktor Ianoukovitch fait élire une voix expliquant que les gens résidant hors de l’Ukraine ne pouvaient pas se présenter (Klitsckho est résident Allemand).

En abandonnant son titre de la WBC des poids lourds Vitali a décidé de se consacrer à la survie de son pays, en 2012 il a réussi à faire rentrer son parti politique l’udar à l’assemblée nationale, une sacrée performance.

Contexte politique très complexe

La politique Ukrainienne est un monde où il est compliqué de se frayer un chemin, car les gens honnêtes ont beaucoup de mal à se frayer un chemin au sommet de leur pays.

Alors que certains évènements sportifs sont maintenus comme par exemple les rencontres d’europa league hors de Kiev, seule le Dynamo de Kiev a vu son match délocalisé à Nicosie face à Valence.

Autres sports en développement en Ukraine, le basket-ball les matchs n’ont pas été déprogrammés Khimiki Youjne n’a pas vu ses matchs annulés en eurocoupe. Pareil pour le Bundievelnik de Kiev, pourquoi cela n’a pas été délocalisé ailleurs ? Tout simplement que les conditions de sécurité ont été vivement renforcé.

Cependant les zones de combat semblent se résumer uniquement dans la capitale Ukrainienne. Alors que dans cette fin de semaine les zones de combat se sont intensifiés entre pro-Ianoukovitch et les pro-européens, un accord a été trouvé pour des présidentielles anticipées.

Pour finir dans ces temps de crise, le sport peut s’avérer être le réconfort idéal pour les populations les plus démunis.

Les lecteurs ont également apprécié :

Auteur: Anthony

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *