Médicaments et Sport, un cooktail explosif …

Infitration
 
0 Like(s)

… et souvent présent.

Plus un sport est important, plus les mannes financières qu’il représente le sont aussi. Le football, avec sa forte popularité dans le monde, des milliers de supporteurs et téléspectateurs, en est le principal exemple. De fait, chaque match prend une importance capitale et le coût des joueurs les plus importants explose.

Nous ne devions pas parler médicaments ?

J’en viens. Comme je le disais, les enjeux au football sont devenus de plus en plus importants, et certaines défaites peuvent avoir des conséquences catastrophiques sur d’autres plans que sportif (perte de sponsors, recettes publicitaires, droit télévisuel …) . Pour se prémunir les clubs/entraineurs/médecins ont pensé à quelque chose de magnifique :

Pourquoi ne pas faire jouer les joueurs quoi qu’il en coûte  ?

Petites Pilules, en veux-tu ? en Voilà.

Les petites pilules sont donc vite arrivées sur le terrain. L’on ne parle pas ici de dopage, mais de « médecine » qui soulage.  Pour que le joueur puisse faire son travail, il n’est pas rare qu’on lui donne des antidouleurs avant le match. Rien d’illégal là-dedans me direz-vous, sauf que les conséquences pour la santé peuvent être gravissimes.

Ronaldinho, la maladie des genoux

Le 13 février 2008, lors d’un match Milan AC-Livourne, Ronaldinho s’écroule après 3 minutes sur le terrain. Pas de tacle, mais le tendon rotulien gauche a cédé. C’est un fait rarissime, et pourtant le footballeur en est à sa troisième blessure aux genoux. Normalement, avant que le tendon ne lâche, le corps envoie des signaux de douleur insupportable. Mais notre grand costaud brésilien a eu le droit à des infiltrations d’anti-inflammatoires à base de corticoïdes qui ont comme effet secondaire … de fragiliser le tendon !

Le cas de Ronaldinho est certes un peu vieux, mais il la pratique et aujourd’hui toujours monnaie courante, et lorsque ce ne sont pas des infiltrations, les joueurs sont sous pilules de Voltarene, un puissant antidouleur.

Doit on multiplier les contrôles ?

C’est LA question que je me pose. Pour nous impressionner à chaque match, les joueurs de foot et d’autres sports, sont de plus en plus tentés de tomber (que ce soit  volontaire ou à leur insu) dans le monde des médicaments, et le plus souvent associé au monde du dopage. Car oui, il ne faut pas se leurrer, les anabolisants sont eux aussi monnaie courante, mais les contrôles restent insuffisants. Doit-on faire comme pour le Tour de France, et procéder à de nombreux contrôles souvent inutiles faute de moyens ?

Plus d’infos sur les pilules dans le monde du foot ici et sur le cas de Ronaldinho ici.

Les lecteurs ont également apprécié :

Avatar

Auteur: Aurel

Je m'appelle Aurel, et j'écris des articles en rapport avec le sport et la technologie. Je m'occupe aussi de la partie technique de VLS et des éventuelles corrections à apporter aux articles publiés. J'ai toujours été passionné d'informatique. Conjuguer sport à informatique est pour moi très important et c'est un défi que j’essaie de relever chaque jour.

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *