Coupe de la ligue 2011 – 1/8 de finale : l’OM sans forcer

 
0 Like(s)

Mardi 25 octobre 2011 – Avant le match de ce soir beaucoup d’observateurs soulignaient un match entre deux équipes malades : l’OM, mal en point en championnat et miné par le clash Deschamps/Anigo en coulisses, et le RC Lens qui pointe à la 15e place de ligue 2 et incapable de remporter le moindre match depuis plus d’un mois (Boulogne s/mer le 16 septembre, 2-1).

Oui mais voilà, on ne soigne pas une grippe comme on soigne une méningite, et les marseillais nous en ont fait l’explication ce soir. Deschamps avait choisi d’aligner une équipe mixte composée d’habituels remplaçants (Bracigliano dans les buts, Sabo et Jordan Ayew sur les ailes, et surtout Gignac devant) et de titulaires pas forcément en pleine forme (Fanni, Lucho et Amalfitano). Du côté des sangs et or, Jean Louis Garcia avait décidé de laisser Fabre sur le banc et de relancer Kasraoui, idem pour Pollet décevant contre Guingamp à qui le coach artésien a préféré Thorgan Hazard.

 

A sens unique

Dans un vélodrome qui sonnait creux (à peine 20 000 spectateurs) les marseillais ont rapidement pris l’ascendant sur leurs homologues lensois. Ayew place une tête non cadrée (8e) avant que Kasraoui ne se détente pour sortir une tête de Kaboré, très bon ce soir. Amalfitano, le meilleur marseillais du match, enchaine les centres et obtient un bon corner au quart d’heure de jeu. Celui-ci est mal dégagé et c’est Gignac qui place une magnifique demi-volée pour ouvrir le score. C’est le 1er but de la saison pour l’attaquant qui se libère enfin après les bouts de matchs disputés depuis le mois d’août. Après ce but, on aurait aimé voir une réaction lensoise, mais rien ou presque, pour cause de timidité ou par manque de moyens. Marseille calma le jeu par la suite en attaquant par bribes. Les Olympiens terminent la première mi-temps avec un avantage qui aurait pu (du ?) être bien plus lourd. En face, seul Hazard d’une frappe nettement au-dessus a tenté d’inquiéter leur hôte du soir. Avec des sangs et or, habillés en bleu et jaune ce soir, bien trop fébriles, Jean Louis Garcia avait du boulot à la pause.

 

Remy dynamiteur d’une défense lensois bien pâle

Au retour des vestiaires on assiste au même scénario, les phocéens confisquent le ballon et Gignac, d’une frappe trop enlevée (49e), ou Ayew, sur une déviation sauvée in extremis par Kasraoui (53e), manquent de peu le but du K-O. L’ancien lorientais se procure une dernière double occasion face à Kasraoui suite à un énième centre d’Ayew : il bute sur le portier puis frappe le poteau. Dans la minute suivante il sort à la place de Loïc Rémy ovationné par le Vélodrome, qui espère avoir retrouvé son buteur, endormi jusque-là.

L’entrée de l’avant-centre de l’équipe de France sera un déclencheur dans ce match et il faut saluer la prise de risque de Didier Deschamps, dont la volonté d’assurer la victoire a primé sur l’envie de tenir le résultat. Malgré deux arrêts limites de Bracigliano devant Rémy (58e) et Yahia (63e), c’est Ayew qui double la marque sur une action d’école : ce dernier fixe la défense aux 16 mètres, se remet sur son pied droit et croise une superbe frappe dans la lucarne droite de Kasraoui.

 

Lens = quel remède pour un mal si profond ?

A 1-0 on voyait difficilement les lensois revenir, alors à 2-0 il valait mieux pour les parieurs de miser sur d’autres buts marseillais … et c’est ce qui arriva. L’entrée de Valbuena à la place du très bon Sabo (74e) mis un peu plus à mal la défense lensoise. Un une-deux avec Amalfitano et un centre du dernier entré vers L.Rémy, permis au Vélodrome de se lever une troisième fois (80e). Enfin, l’ancien lyonnais sur une nouvelle action de Valbuena clôturera le score (90e) pour un quatrième but presque anecdotique.

L’OM se ressaisit et aborde le match face à Dijon dans les meilleures conditions, alors que le RC Lens a certes montré parfois de l’envie (Hazard plutôt bon, Ben Saada remuant, et l’entrée de Mathlouthi intéressante) mais le constat est cruellement simple : cette équipe est malade et n’avait tout simplement pas le niveau ce soir face à une équipe marseillaise pourtant remaniée et pas au mieux de sa forme. On souhaite bien du courage à Jean-Louis Garcia, le public lensois mérite mieux.

 

Retrouvez l’analyse des autres matchs et le tirage au sort des 1/4.

Rémi

Les lecteurs ont également apprécié :

Avatar

Auteur: Remi

Partager cet article sur :

3 commentaires

  1. Avatar

    N’ayant pas vu le match, je m’inerroge sur le petit Hazard… D’après toi, il tient de son frère ?

    Répondre
    • Avatar

      Hier Lens a été clairement dominé, mais il est flagrant que Thorgan a un potentiel intéressant avec une bonne technique et une vitesse balle au pied qui rappelle légèrement celle de son ainé. Maintenant il n’a que 18 ans et il peut se passer encore beaucoup de choses, et à sa décharge c’est très dur pour un jeune joueur comme lui d’évoluer au sein d’une équipe dominée et en crise.

      Ensuite pour faire une comparaison pure et dure, Eden avait déjà 2 saisons pleines au LOSC en L1 et plus d’une dizaine de matchs en Europa Ligue au même âge que Thorgan, qui ne compte même pas 5 matchs en L2. Laissons donc un peu de temps à ce dernier pour nous prouver si le talent est une valeur commune chez les Hazard.

      Répondre
  2. Avatar

    L’OM a réussi là où Paris ou Rennes ont échoué
    Dejà un trophée de moins pour les riches de la capitale HAHAHAHAHA

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *