NFL Week 1 : Football is Back !

nfl kickoff
 
5 Like(s)

Début septembre, comme partout, c’est la rentrée. Ce week end marquait donc la première des 16 semaines que compte la saison régulière NFL. Je vous présente donc mon premier article de l’année, avec un format qui surprendra ceux qui avaient l’habitude de me lire l’année dernière.

J’ai maté … Saints @Falcons :

Après avoir suivi la franchise d’ Atlanta tout l’été dans la série Hard Knocks, j’étais curieux de voir comment les conseils distillés par coach Smith allaient être mis en évidence.

William MooreEt dès le début de la rencontre, les fantômes de la saison dernière resurgirent du côté d’Atlanta : 13 points pour les Saints, une attaque incapable d’avancer et une défense plus que faible. Heureusement, QB Matt Ryan a enfin trouvé la cadence, et une réception de Roddy White dans la end-zone puis un FG de Matt Bryant permettaient aux Falcons de rentrer aux vestiaires avec seulement 10 points de retard (20-10).

Mais la deuxième mi-temps allait être complètement différente : une adresse retrouvée en attaque, avec notamment 448 yards à la passe pour Ryan, une explosivité et une diversité impressionnante au sol, avec 4 coureurs au dessus des 15y (Jackson, Rodgers, Freeman et Ryan), et une défense enfin agressive, avec une interception de McClain, offraient aux fans des Dirty Birds une lueur d’espoir.

Malgré un TD au sol de Ingram  à moins de 2 minutes de la fin de la rencontre, qui mettait en évidence la faiblesse du front-seven des Falcons, malgré le retour de Kroy Biermann, c’est kicker Matt Bryant qui offrait la prolongation aux locaux.

Après un tel match, on imagine dans quel état – cardiaque – devaient être les fans des Falcons … et bien le tirage au sort décida de donner la première possession aux Saints. Une passe incomplète, puis une complète de Breess pour Colston, et le tournant du match arriva : Safety William Moore – aka celui qui a subi le trash-talking de Roody White tout l’été dans Hard Knocks – provoqua le fumble, permettant à Bartu de le recouvrir …. La suite n’est que logique : un FG de 52 yards pour Matt Bryant … And the kick is GOOD !

Saints 34-37 Falcons.

MVP du match : QB Ryan assurément, qui a su débloquer la situation malgré une bonne pression de la DL des Saints (3 sacks). Fiche finale : 31/43 pour 448 yards, 3TD et 0 interception.

La note du match : 15/20 – Pour ce premier match de la saison, des surprises, un beau retour de Matt Ryan et même une prolongation … que demander de plus ?

J’aurai pu mater … Browns @Steelers :

Une rivalité d’AFC Nord pour commencer la saison, ça met tout de suite l’eau à la bouche. Après une pré-saison en demi-teinte, Roethlisberger et l’attaque des Steelers arriveront-ils enfin à faire douter les défenses adverses ? Le coaching staff des Browns a-t-il raison de faire confiance à Hoyer ?

Et bien, les 2 mi-temps ont été totalement différentes. Dès le début du match, l’attaque des Steelers déroule, la défense semble en place et les Browns sont incapables de créer du jeu : un TD pour chaque coureur (7y pour Blount, 38 pour Bell), et une passe dans la end zone pour Brown, et Pittsburgh rentre aux vestiaires avec une avance confortable (24-3).

 Forcément, un score pareil, ça aide au relâchement. A l’aide d’un jeu au sol quasi parfait – 100y pour West, 41 pour Tate, 32 et 2TD pour Crowell – et d’un jeu à la passe assuré par Hoyer (19/31 230y 1TD), les Browns reviennent petit à petit dans le match et font douter les locaux.

Malheureusement pour eux, la fin de match sera terrible : un TD de Benjamin à la réception pour égaliser, puis quelques largesses défensives lors du dernier drive (33 yards en 5 jeux et 47 secondes) permettent à kicker Suisham de sauver les apparences : un FG entre les perches de 41 yards, et les Browns récoltent leur 10ème défaite de rang pour un match d’ouverture. Steelers 30-27 Browns.

Dans l’autre match de la division, les Bengals sont venus à bout des Ravens, au prix d’une première mi-temps parfaite : 5 FG de Nugent (49y, 22y, 28y, 46y et 38y), puis d’un inévitable TD Dalton to Green de 77 yards en toute fin de match. Les Ravens s’inclinent donc 23-16, et le prochain Thursday Night Football promet d’être explosif et déjà décisif (Ravens vs. Steelers).

Le WTF du week-end :

Depuis quelques années, l’ AFC Est est dominée par les Patriots. En effet, les Jets alternent le bon et le moins bon, les Dolphins tardent à confirmer et les Bills semblent éternellement en reconstruction … Je vous rassure, cela peut changer à tout moment, comme le prouve cette première journée. Un très faible taux de completion pour QB Brady (51.7%), un match sérieux de QB Tannehill (18/32 178y 2TD) et une grosse performance de RB Moreno (24 courses pour 134 yards) permettent aux Dolphins de s’imposer 33-20. De leur côté, les Jets disposent des Raiders 19-14 avec notamment un énorme TD à la course d’ Ivory de 71 yards. Les Bills, quand à eux, viennent à bout des Bears après prolongation (23-20), bien aidés par un Jay Cutler très moyen (34/49 pour 349 yards et 2TD, mais 2 interceptions.
Au final, le vrai WTF est de retrouver les Patriots avec une fiche de 0-1, alors que les 3 autres équipes sont à 1-0 …

Le TOP du week-end :

Frank GoreComment faire pour ne pas citer Frank Gore dans cette section ? En effet, le Running-Back starter des San Francisco 49ers est tout simplement devenu le 29ème joueur de toute l’histoire de la NFL à dépasser les 10 000 yards en carrière à la course, le tout dans un match plutôt tranquille, où il a cumulé 66 yards en 16 courses. Pour le reste, un premier quart-temps de folie avec un fumble de RB Murray remonté pour TD par Culliver, un TD à la passe de Kaepernick pour Davis (80 yards en 3 actions), puis un deuxième TD à la passe de Kaep’ pour son TE favori suite à une interception de Reid, et les Cowboys ont la tête sous l’eau. Score final, San Francisco 28-17 Dallas.

Le FLOP du week-end :

Après une vilaine blessure soignée durant l’intersaison, et une commotion bien gérée pendant la pré-saison, revoilà DE rookie Jadeveon Clowney à l’infirmerie. En effet, suite à un soucis au ménisque, le premier choix très prometteur de la dernière draft devra subir une intervention par arthroscopie, et sera éloigné des terrains pendant 4 à 6 semaines (source NFL Network). Face à Washington, et ce malgré un bon match de Griffin III (29/37 267y mais aucun point), les Texans n’ont pas été inquiétés plus que ça : un énorme TD à la passe de Fitzpatrick pour Hopkins (76 yards), puis un punt bloqué retourné pour TD par Blue  et le match est plié : 17-6.

Inside The … Patriots – by @PatriotsFrance (Romain Boucher) :

« Pour ce premier match de la saison, les Patriots se déplaçaient à Miami pour affronter les Dolphins. Un match de division est toujours serré et celui-ci n’a pas échappé à la règle. Le problème est que les Patriots ont laissé le match leur échapper.

Avant le match, je pointais plusieurs sujets qui devaient des clés du match. (Je vous invite à les lire ici en détail : http://patriotsfrance.wordpress.com/2014/09/06/preview-week-1-patriots-dolphins/ )

Premièrement, la défense contre la course des Patriots devait avoir progressé par rapport à l’année dernière (30e). Malgré les retours de blessure de Wilfork et Mayo à l’intérieur, il n’en a rien été. Moreno s’est baladé pendant tout le match sans que le coaching staff des Patriots ne réagisse. Le résultat : 134 yards et un touchdown, mais surtout beaucoup de first down.

Ensuite, la capacité de Revis à bloquer un côté du terrain. Mission accomplie… en première mi-temps seulement. S’il a été plusieurs fois décisif, il n’a pas été aidé par le temps laissé à Tannehill pour lancer.

Rob Gronkowski était de retour sur le terrain et il a reçu un touchdown en première mi-temps, mais après plus rien, l’attaque a déraillé après la pause. S’il a joué environ 50 % des snaps, il n’a pas semblé encore à fond, mais qui pourrait lui en vouloir quand on sait par où il est passé niveau blessures ? Un des rares points positifs a été sa présence et le désordre qu’il cause pour la défense adverse avec ou sans le ballon.

Puis, j’avais mis l’accent sur le besoin d’équilibrer l’attaque et de contrôler le tempo. En première mi-temps c’était parfait avec un ratio 70/30 pour les Patriots. Mais je craignais déjà une chose, l’absence de balance. Brady avait lancé plus de 25 ballons avant la mi-temps. Mauvais signe, car New England a surtout capitalisé sur les turnovers des Dolphins en 1ère période et fait preuve de réalisme.

A la pause les Patriots menaient logiquement 20 à 10 et semblaient bien partis pour gagner le match en contrôlant l’horloge.

Mais le naturel revient vite au galop, et je ne croyais pas si bien dire en pointant la nécessité de gagner la bataille des tranchées des deux côtés. La ligne offensive des Patriots a abandonné son quarterback Tom Brady en 2e mi-temps, mais TB 12 n’a pas été bon non plus en ratant beaucoup trop de passes simples, en forçant des passes et surtout en étant incapable de faire des ajustements au plan de jeu. Sur ce dernier point, les torts sont partagés avec McDaniels. Mais le QB des Patriots déjà peu mobile était harcelé par le pass rush des Dolphins et n’affiche plus la même précision depuis quelques années, ratant à plusieurs reprises des receveurs pourtant ouverts.

Plutôt que de mettre en place un jeu au sol et de laisser passer l’orage, l’attaque des Patriots s’est enfermée dans son système (56 passes pour Brady, dont 7 ratées consécutivement) et cela a conduit à encaisser 23 points sans aucune réponse. L’équipe toute entière a donné le bâton pour se faire battre.

Cela me conduit à mon dernier point, le manque de pass rush du côté de la défense des Patriots. Un seul malheureux sack en fin de match, une interception et deux fumble forcés en 1ère mi-temps.

La meilleure défense des Patriots était à côté de son match mais cela s’est vu qu’en deuxième mi-temps car le nouveau coordinateur offensif des Dolphins s’est montré pragmatique. Bravo à lui d’avoir su guider un Ryan Tannehill brouillon avant la pause, a faire les bons ajustements. Honte à la défense des Patriots de l’avoir fait ressembler à Dan Marino en étant incapable de presser l’intérieur de la ligne alors que le titulaire Mike Pouncey était absent. Wilfork était constamment poussé vers l’extérieur et que dire de Vellano qui parfois ne passait même pas la ligne de scrimmage. L’ensemble du front seven des Patriots va avoir besoin de se remettre d’aplomb pour le match de la semaine prochaine contre Minnesota, une nouvelle fois à l’extérieur.

Pour la semaine prochaine, le mot d’ordre sera certainement « rebondir », car ce match était à porté de main pour New England. Et si Miami mérite sa victoire, c’est surtout parce que les Patriots ont laissé leur volonté de se battre au vestiaire à la mi-temps.

Les statistiques qui font mal :

– 9 pénalités pour 100 yards infligées aux Patriots, dont 4 pour des first down. Belichick va passer quelques savons dans les prochains jours.

– 4 sacks dont 2 ont causé des fumbles perdus par Brady. Cette fois, ce n’était pas la faute de Ridley.  « 

Tom Brady

Dans les autres stades …

La surprise de l’année dernière, Kansas City s’est inclinée face à une défense des Titans impressionnante (3 interceptions lancées par Smith). Notons aussi le gros jeu au sol de Tennessee (71y pour Greene, 29 pour McCluster, 25 pour Sankey, 23 pour Washington et 14 pour Locker).
Titans 26-10 Chiefs.

Après un début de rencontre catastrophique (menés 17-0 à la mi-temps), les joueurs de coach Kelly se sont réveillés, et ont profité de leur double menace au sol – McCoy (74y) et Sporles (71y 1TD) – pour venir à bout des Jaguarsincapables de stopper la déferlante Eagles malgré les 11 plaquages de MLB Posluszny.
Eagles 34-17 Jaguars.

Alors que beaucoup d’observateurs – moi le premier – voyaient les Rams sortir une saison plus que correct, ils se sont effondrés dès le premier week-end, face à une équipe que l’on attendait pas à ce niveau, les Vikings. LA stat du match ? 3 courses seulement pour Patterson, mais 102 yards et 1 TD, ça éclipserait même Adrian Peterson (21 courses 75 yards). Pour remplacer Bradford, deux QB ont pris des snaps chez les Rams, mais les 2 ont lancé une interception : 192y pour Davis (16/23) et 81 yards pour Hill (8/13).
Vikings 34-6 Rams.

Même orphelins de QB Cam Newton (blessé aux côtes et laissé au repos), les Panthers ont montré qu’ils étaient un sérieux candidat à la bataille finale. Un solide Anderson (24/34 pour 230y et 2 TD à la passe, mais surtout un énorme Kuechly en défense : 7 plaquages solo, 1 sack et 1 fumble forcé, permettent à Carolina d’étouffer Tampa Bay.
Panthers 20-14 Buccaneers.

Voir Peyton Manning rejouer face à son ancienne franchise, c’est toujours un moment intense de football. Encore une fois, le vétéran a montré qu’il était encore « frais » : 22/36 pour 269yards, et surtout 3TD sans interception, ça permet de mettre l’équipe sur de bons rails, et ça fait beaucoup douter Andrew Luck, obligé de forcer son jeu de passe, et contraint à lancer deux interceptions. Malgré deux TD dans le QT4 (réceptions de Allen et Nicks), les Colts ne réaliseront pas le comeback de la nuit, et les Broncos prouvent à la planète football qu’ils seront l’équipe à battre en AFC.
Colts 24-31 Broncos.

Les prochaines rencontres …

W1 : Giants @Lions – dans la nuit de lundi à mardi (1h10 heure française).
W1 : Chargers @Cardinals – dans la nuit de lundi à mardi (4h20 heure française).

W2 : Steelers @Ravens – dans la nuit de jeudi à vendredi (2h25 heure française).

Restez connecté :

Sur Facebook, via la page officielle VIVE LE SPORT, celle VIVE LA NFL, ou même celle de notre partenaire The Salad Bowl Project.

Sur Twitter, via le facebook officiel VIVE LE SPORT, celui de notre rédacteur Etienne, ou encore celui de The Salad Bowl Project.

Les lecteurs ont également apprécié :

Avatar

Auteur: Etienne

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *