Une course folle à Budapest

 
0 Like(s)

Un week-end de F1 intense, émotion au rendez-vous

Ce dimanche fût l’occasion d’un magnifique grand prix empli d’émotion. Empli d’émotion tout d’abord parce que fût rendu hommage pour une dernière fois à Jules Bianchi. Emotion encore car ce grand prix fut l’occasion de multiples rebondissements en course. Etait-ce l’ombre de Jules qui planait encore sur ce tracé de Budapest ?

Quoi qu’il en soit, ce grand prix ne fut pas du tout ennuyeux. Nous avons assisté là à une farandole de bévues de pilotes. Des erreurs pléthoriques donc commises par les pilotes au volant de leur monoplace. Et cela commençait avant même le départ, lors du placement de la grille..

C’est le brésilien Félipé Massa qui déclencha le premier incident en cours. Il n’arriva pas à se positionner sur son emplacement précis, ce qui annula la procédure de départ. Les pilotes devaient repartir pour un deuxième tour de chauffe. Massa fut lui, pénalisé de 5 secondes d’arrêt au stand. Il affirma après course qu’il n’était pas arrivé à se placer exactement car il ne voyait pas la ligne. On veut bien le croire mais alors pourquoi est-ce la première fois que celà lui arrive ? La piste n’était pourtant pas particulièrement inclinée à cet endroit précis.

Le deuxième incident majeure vînt des Mercedes qui loupèrent toutes deux leur départ. C’est les Ferrari qui en profitaient alors immédiatement, prenant alors la tête de course dès la sortie du premier virage. Stupéfaction chez Mercedes ! De plus, c’est Hamilton qui commit le premier une bévue. Il freiné trop tard, manqua de percuter par l’arrière son coéquipier Rosberg et termina sa course dans les graviers. Il repartît alors à la 10 eme position.

La première partie de course fut ensuite assez calme. Les Ferrari menaient et creusaient même l’écart, tandis que Hamilton commençait sa lente remontée. Pas si facile sur ce tracé où les dépassements sont limités à la ligne droite des stands. Hamilton fut donc bloqué durant un moment derrière un moteur Mercedes, rapide en ligne droite.

La course s’emballe !

Puis la course s’est emballée. Un safety car de sortie et c’est le classement qui s’en est vu chamboulé. D’autant que les bévues des pilotes continuaient de part en part. Les pénalités (arrêt au stand, drive through et autres joyeusetés) n’en finissaient plus. Maldonnado remporta la palme des erreurs en course. Mais des pilotes chevronnés tel Lewis n’étaient pas en reste non plus. Le britannique allait commettre d’autres erreurs. Il percuta tout d’abord Riccardio. Ce même Riccardio qui plus tard allait crever bêtement le pneu de Rosberg.

Suite à son erreur Hamilton se devait de repasser au stand. La course était terminée pour lui. Il s’excusait à la radio à ces ingénieurs d’avoir fait ces erreurs. Il ne pensait certainement pas être en mesure de revenir dans les points. Il allait perdre gros sur Rosberg au classement général. 18 points de perdus à un moment donné de la course. Mais c’était sans compter le pneu crevé de Rosberg au plus mauvais endroit de la piste. Renversement de situation, c’est désormais le britannique qui faisait la bonne opération au championnat.

Un classement surprenant

Devant Raikkonen retrouvait son chat noir légendaire. Kvyat allait terminer 2eme. Grosjean 7eme, inespéré pour le français. Et Alonso allait enfin pouvoir renouer avec le top 5 grâce aux multiples abandons et erreurs des pilotes en course. Mais c’est bien Vettel qui s’imposa après une course digne d’un scénario de film hollywoodien ..

On en redemande !

Les lecteurs ont également apprécié :

  • Pour le moment pas d'autres articles du même genre...ça ne saurait tarder
Avatar

Auteur: Sebastien

Rédacteur Musculation et Formule 1

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *