Gp monza, Hamilton presque tranquillement..

Retour de la F1
 
0 Like(s)

Ce week-end c’était le grand prix de Monza. Rendez vous donc en terre de Tifosis. Comme chaque année, à la même époque, la ferveur était toujours présente sur le circuit de Monza, circuit du temple de la vitesse. Ce n’est pas pour rien que l’on appelle ce circuit le temple de la vitesse, des vitesses hallucinantes sont atteintes. Près de 360 km/h en fin de ligne droite. Imaginez un peu. Les voitures sont délestées de leurs appuis et sont libres comme l’air à ces vitesses là. Aucun appui aéro dans la ligne droite. Ajoutez à cela le DRS et vous avez là le cocktail pour obtenir des vitesses de pointe record.

Passons en revue la course. Première surprise, le départ. Une fois n’est pas coutume, le finlandais bien qualifié deuxième, loupe complètement son départ et se voit rétrogradé en queue de peloton. Mauvaise pioche. Cela devait arriver, depuis la fin des assistances au départ, il fallait bien que ça arrive. C’est donc Kimi qui en fît les frais, en évitant tout juste de caler. La course qui s’en suivit fût tout de même plus convaincante pour le finlandais puisqu’il fît une belle remontée, terminant à la 5eme place.

Devant, Hamilton ne quitta jamais la 1ere position. Le britannique eût une course tranquille, course qu’il domina de la tête aux épaules. Tranquille ? Pas si sûr ! Dans les dix derniers tours, un étrange message de son team lui intima l’ordre d’accélérer alors même que Lewis avait une avance de plus de vingt secondes sur le deuxième. Incompréhensible. Pourquoi l’équipe Mercedes faisait courir un tel risque à leur pilote ? L’explication vînt en fin de grand-prix. L’équipe avait peur de recevoir une pénalité post course pour pression de pneumatiques non conformes. Et effectivement, dès l’arrivée, la FIA porta réclamation ! Mais au final, aucune sanction n’a été suivi.. et c’est tant mieux pour le spectacle. LA pression des pneus de Lewis était trop basse de quelques centièmes de bars. Insignifiant. Il ne bénéficia d’aucun avantage.

Derrière son coéquipier eût une course moins tranquille. Il remonta tout de même 3eme, mais à 2 tours de la fin, alros qu’il allait s’attaquer à la deuxième place détenue par Vettel, il cassa son moteur. Moteur trop ancien qui faisait son 6eme Grand prix et avait déjà accumulé plus de 6000 km. Le tournant du championnat à n’en point douter car Rosberg qui était déjà bien distancé de Lewis au classement mondial se devait, si ce n’est lui reprendre des points, au moins limiter la casse en terminant au minimum 2eme. En abandonnant, il concède 25 points à Hamilton. Le titre est pour Lewis, à moins d’un gros coup de malchance. Hamilton possède plus de 5O points d’avance. Une avance confortable qui le met dans une situation de sérénité totale, lui qui déjà est complètement détendu depuis le début de saison.

Les williams terminèrent 3eme et 4eme. C’est Massa qui termina sur le podium après avoir résisté jusqu’au bout à Bottas son coéquipier. L’étrange déclaration de Félipé sur le podium « je suis trop vieux pour ces trucs là » me laisse pantois. Qui voudrait signer un pilote qui a ce genre de comportement et qui a effectivement l’âge de Massa. Etrange.

Du coté des Mclaren, la crise se poursuit, puisqu’ils terminèrent en fond de peloton, avant dernier. Alonso dû même abandonner à 2 tours de la fin. Triste fin de carrière pour l’espagnol. Mclaren aura-t-elle la persévérance et ke cran de revenir aux avants postes avant que Alonso ne raccroche définitivement ? Cela est moins sûr !

Les lecteurs ont également apprécié :

  • Pour le moment pas d'autres articles du même genre...ça ne saurait tarder

Auteur: Sebastien

Rédacteur Musculation et Formule 1

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *