Les Français victorieux au Derby de La Baule
Mai22

Les Français victorieux au Derby de La Baule

  0 Like(s)   Ce 18 mai, à eu lieu le Derby de La Baule. Il s’agit d’un parcours d’obstacles classiques mais avec des obstacles naturels en supplément (buttes, contre-bas, passage dans l’eau…). Il attire chaque année de nombreux spectateurs venus assister à un concours souvent mouvementé (chutes, glissades, refus…). Le parcours est plus long, avec davantage d’efforts pour les chevaux et les cavaliers. Six cavaliers français sur 14 concurrents étaient au départ de cette épreuve ,comptant 21 obstacles, à finir avant les 198 secondes. Autant dire que gagner un derby est difficile même pour les meilleurs. Classement : Le français Patrice Delaveau s’est imposé en faisant un magnifique parcours sans-faute en 149,25 secondes. A la deuxième marche du podium, avec un sans-faute également, se trouve un autre français Michel Hécart, qui a fini en 151, 15 secondes. Ce sont les deux seuls cavaliers à avoir fait un sans-faute. La troisième place est occupée par l’irlandais Shane Breen, avec 4 points de pénalités, en 148,85 secondes. … Les autres français se classent : -7 ème, Jérôme Hurel avec 16 points de pénalités, en 158, 24 secondes. -8 ème, Marie Hécart avec 20 points de pénalités, en 154, 18 secondes. -Kevin Staut et Julien Epaillard sont éliminés suite aux refus de leur cheval respectif face aux obstacles. Petit clin d’œil à l’américain Richard Spooner, éjecté de sa selle, mais qui a réussi à ne pas tomber grâce à une bonne souplesse et un bon sens de l’équilibre. Il est arrivé à la 9ème place et a ainsi évité l’élimination. Les lecteurs ont également apprécié :Interview de Kevin Staut, cavalier de l’équipe de France Daniel Deusser vainqueur aux Equita’Masters d’Equita’Lyon.Belle épreuve des 6 barres au jumping de MegèveLe Jumping international, c’est aussi…La Coupe des nations sous le soleil de...

Lire la suite
Le circuit Global Champions Tour fait escale à Hambourg
Mai15

Le circuit Global Champions Tour fait escale à Hambourg

  0 Like(s) Le fameux circuit Global Champions Tour a débuté pour cette année 2013 . Après Madrid, la deuxième étape a déjà eu lieu, ce week-end, à Hambourg en Allemagne. Le Global Champions Tour Il réunit les meilleurs cavaliers mondiaux dont 6 français, lors de treize étapes dans différents pays. Au fur et à mesure des concours, ils doivent comptabiliser le plus de points possible dans le classement général, en participant au moins à la moitié du circuit. Le gagnant sera donc celui qui possédera le meilleur nombre de points, au final. Sur les terres Hambourg Seulement deux cavaliers français ont participé à cette étape. Il s’agit de Kevin Staut (troisième au classement mondial) et Roger-Yves Bost (seizième cavalier au niveau mondial). Sur un terrain en herbe, comportant 13 obstacles (hauteur maximum 1m60) dont une rivière de 4m20 de large, nos français se sont bien battus lors de la première manche. Roger-Yves Bost, que l’on reconnaît à son équitation particulière, fait un sans-faute en 76 secondes 64. Quant à Kevin Staut, il prend 4 points de pénalités en faisant tomber une barre, et termine son parcours à 76 secondes 26. Le meilleur de cette première manche a été l’allemand Christian Ahlmann, avec un sans-faute en 76 secondes 47. Ainsi, les cavaliers de l’équipe de France se sont bien placés pour participer à la deuxième manche. – Christian Ahlmann refait un sans-faute en 76 secondes 25. – Kevin Staut fait à son tour un sans-faute en 70 secondes 59, mais en gardant ses 4 points de pénalités de la première manche. Il ne se qualifie malheureusement pas pour le barrage. – Enfin, Bost exerce un deuxième sans-faute en 74 secondes 14. Il nous a toutefois fait une petite frayeur en perdant un étrier derrière le premier obstacle, mais l’a vite remis. Même pas déstabilisé le français. Il se qualifie donc pour le barrage qui va départager les mieux classés. Au barrage, Roger-Yves Bost se bat pour le podium face à d’autres cavaliers, dont 3 allemands. Ils ont été très fort, pour l’étape de leur pays. C’est difficile de les dépasser. Il finit son parcours en 52 secondes 25, sans-faute. Il finit donc troisième de cette étape à Hambourg. Le deuxième cavalier est un allemand, Daniel Deusser avec un sans-faute en 50 secondes 25. La première place est attribuée à Christian Ahlmann, qui finit son parcours sans-faute en 49 secondes 33. Un hasard ? Pas si sûr, il est tout de même n° 1 au niveau mondial. Kevin Staut, l’autre français, se classe huitième. Cependant, un français est arrivé à se joindre au podium allemand. C’est déjà une réussite. Classement général du Global...

Lire la suite
Le jumping, késako?
Mai08

Le jumping, késako?

  7 Like(s) Le jumping est une spécialité de l’équitation, plus couramment appelée le saut d’obstacle (ou CSO). D’ailleurs, quand on entend «sports équestres», on pense souvent , en premier, au saut d’obstacle. Il s’agit d’une épreuve des plus spectaculaires. Oui oui, le jumping de haut niveau, peut s’avérer être un sport impressionnant , à voir et à pratiquer. Imaginez vous, à 1m65 du sol (même à 1m70 souvent), sur un animal qui peut vous mettre à terre à tout moment avec puissance , et sauter un obstacle d’1m60 (les plus hauts). Ce qui veut dire qu’au dessus de l’obstacle, au moment du saut, votre tête est très haute, pas loin des 4 mètres de haut. Alors qui a envie d’essayer ? On préfère peut-être y regarder, les deux pieds touchant bien terre. Même en spectateur, cela vaut le coup d’ œil. L’ambiance est particulière, parfois tendue lors des passages. On retient son souffle pendant tout le parcours, en guettant les barres, une chute, un refus. Et quand les barres sont touchées, font de la « musique » dans le jargon, on pousse un petit cri d’appréhension et on serre les dents pour ne pas qu’elles tombent, surtout quand il s’agit des cavaliers français. Et quand c’est un sans faute, alors là, tout le monde éclate de joie, et applaudissements à gogo. Cependant, pour apprécier une épreuve de jumping au mieux, il faut connaître les règles de base et le déroulement de l’épreuve. Le déroulement de l’épreuve: Tout d’abord, les cavaliers font la «reconnaissance du parcours». Ils doivent le connaître par cœur, pour pouvoir sauter les obstacles dans le bon ordre et éviter des pénalités. Ensuite, c’est l’échauffement au paddock (une carrière à part) où les cavaliers visualisent leur parcours et détendent leur cheval. Puis place au spectacle: début de l’épreuve. Les cavaliers passent les uns après les autres. A la fin, un premier classement est établi. Lors de certaines épreuves, un «barrage» est mis en place. Ce deuxième parcours sert à départager les cavaliers les mieux placés lors du premier parcours. Enfin, le podium et la remise des prix ont lieu. Final : Pour le plaisir et la tradition, les cavaliers font un tour d’honneur au galop pour saluer le public et clôturer l’épreuve. Les règles : Le cavalier doit réaliser un parcours composé de divers obstacles, dans le bon ordre, sans faire tomber de barre et le plus vite possible. Si le cavalier fait des fautes, il prend des points de pénalités : barre tombée : 4 points de pénalités un refus (le cheval refuse de passer l’obstacle) : 4 points (8 poins pour un deuxième refus, élimination pour un troisième.) chute : élimination. dépassement de temps...

Lire la suite