Lewis, triple champion du monde F1
Oct28

Lewis, triple champion du monde F1

  0 Like(s) Lewis réalise son rêve C’est fait ! Hamilton est sacré champion du monde pour la 3eme fois. Il égale ainsi Ayrton Senna, son idole d’enfance. C’est au cours d’une course folle que Lewis a finalement remporté la course et a ainsi pu être titré. Un triple champion du monde F1, ça a de la gueule non ? Ils ne sont pas nombreux à avoir autant été titré durant leur carrière de pilotes. Hamilton entre donc dans la cour des grands. On dit toujours qu’à avoir un titre en F1, ce n’est rien, qu’être double champion, c’est bien. Etre triple champion, c’est le summum. Au delà, c’est le nirvanna ! Les titres F1 des pilotes en activité Vettel a déja eu lui 4 titres grâce à un team F1 au top, en l’occurrence grâce à RedBull qui a dominé durant plusieurs années son sujet. Aujourd’hui, nous sommes dans l’ère Mercedes. Déjà deux titres pilotes et constructeurs remportés. Ils ont du bosser dur pour en arriver là où ils sont et un certain Schumacher n’y est d’ailleurs pas étranger puisqu’il a développé la Mercedes durant de longues années sans toutefois arrivé à gagner. Aujourd’hui, le succès de Mercedes, c’est un peu grâce au dur travail de schumi, il ne faut pas l’oublier ! Actuellement, les 3 boss sont Vettel, Hamilton et Alonso. Ces 3 pilotes se détachent clairement des autres. De part leur expérience, leur intelligence de course, leur agressivité en piste .. Chacun possède son propre point fort. Par exemple, le point fort d’Hamilton c’est son agressivité et sa faculté de conduire à 110%. Ce pilote est le king des qualifs ! Le point fort de Vettel, c’est son pilotage et sa technicité. Le point fort d’Alonso, c’est sa combativité, son intelligence de course. Button est également un pilote hors paire en matière de gestion de course, comme on peut souvent le remarquer lors des courses sous la pluie. Seulement voilà, lui n’a qu’un seul titre. Un titre acquis un peu à l’emporte pièce, faute de concurrence. N’oublions pas que son team avait trouvé une astuce pour lui offrir une monoplace largement au dessus des autres. Raikkonen quant à lui, manque de constance. Il fait trop d’erreurs en course et se loupe souvent en qualifications. Ce qui fait que son unique titre à mes yeux reflète bien son niveau. On ne peut en dire autant d’Alonso qui devrait selon moi avoir au moins 3 ou 4 titres déjà s’il n’avait pas fait de mauvais choix de carrière ! C’est ainsi, en F1, pour dominer il faut être dans la bonne équipe au bon moment. Si vous n’avez...

Lire la suite
Hamilton enfonce le clou
Oct14

Hamilton enfonce le clou

  1 Like(s) Lewis a remporté son 9eme Gp de la saison. Une domination sans partage, nous le savons maintenant. Rosberg n’est plus que l’ombre de lui même. Il n’est surtout pas au niveau d’un Hamilton en pleine possession de ses moyens. Certes, Rosberg n’a pas eu de chance ce week-end puisqu’il dût abandonné sur problème mécanique. Mais, aurait-il pu gagner, rien n’est moins sûr. L’avance de Lewis est maintenant telle que l’allemand peut dire adieu à un éventuel titre. Ce grand prix fût intéressant et assez mouvementé puisque l’intervention de la voiture de sécurité a pu relancer le suspense. Ce dernier ne concernait pas la victoire mais les places d’honneur. Car derrière Hamilton la bagarre fût intense. Et des rebondissements, il y en a eu. Ne serait-ce que l’abandon si près du but de Riccardio. Et que dire de l’abandon de Bottas dans le dernier tour .. à cause de Raikkonnen qui a joué au kamikaze ? A noter dans ce grand prix de nombreux abandons, ce qui permit à certains de rentrer dans les points comme Button qui terminait alors 8eme et Alonso 10eme avant d’etre déclassé à cause de franchissements répétitifs de la ligna blanche. Les Manor finirent, elles aussi le grand prix, pas si loin du top 10 mais, comme à leurs habitudes, à des années lumière des voitures devant elles. Ce tracé piégeux de Sotchi en a fait donc voir de toutes les couleurs à nos pilotes du cirkus F1. Un revêtement glissant à l’origine de nombreuses erreurs de pilotage, un circuit en ville, bordé de murs. Et les murs, quelques pilotes ont pu les côtoyer de près, de très près même. Notre souffle fût retenu lorsque en essais libres, l’espagnol Sainz alla s’encastrer à plus de 300 km/h dans la pile de pneus emplis d’eau. Enorme choc sans conséquence pour le pilote espagnol, mais on frôla le drame.. Le français Grosjean fut lui aussi visiblement très attitré par les bas côté d la piste puisqu’il vînt se fracasser contre le mur à haute vitesse. Encore un énorme choc, mais plus de peur que de mal. Le français annonça après le crash qu’il avait eu le sentiment d’être « tombé d’un immeuble de 10 étages » .. bon peut être pas sinon il ne serait pas encore en vie pour en parler. Cependant il faut dire que les voitures sont vraiment de plus en plus résistantes. elles sont capables d’encaisser des chocs frontaux tout en protégeant le pilote à bord. Sainz par exemple a reçu un choc de 46 G, ce qui n’est pas rien ! Heureusement, ces mesures sont de l’ordre de quelques millièmes de...

Lire la suite
Victoire tranquille pour Hamilton
Sep27

Victoire tranquille pour Hamilton

  1 Like(s) Hamilton, dans un fauteuil Une fois n’est pas coutume, Lewis Hamilton remporte haut la main son 8eme grand prix de la saison. Il égale ainsi le record de son pilote favori j’ai nommé Ayrton Senna au nombre de victoire dans sa carrière, soit 41 victoires déjà. Le britannique ne va certainement pas s’arrêter en si bon chemin et si Mercedes continue à dominer la F1 moderne, alors Hamilton pourra se lancer à l’assaut du nombre de record de titres de Schumacher. C’est avec une certaine appréhension que ce week-end a débuté pour l’equipe allemande. Il faut se rappeler de leur contre performance lors du dernier Grand prix où ils se sont fait dominer de la tête et des épaules par Ferrari. C’était donc bien un incident de parcours. Le tracé de Singapour ne convenait visiblement tout simplement pas à la Mercedes, même si les raisons n’ont jamais été trouvé réellement, une histoire de pneu parait-il. Rosberg s’incline à nouveau Nico ne cesse de se faire dominer course après course par son coéquipier. Et pour ceux qui en doutaient encore, c’est maintenant très clair que Lewis est un niveau au-dessus de Rosberg. Il suffit pour s’en convaincre de voir les écarts à l’arrivée et même durant toute la course. A chaque course dorénavant, Lewis inflige une vingtaine de secondes d’avance sur Rosberg. La note est salée, très salée pour Nico qui, tant que Lewis sera présent chez Mercedes, ne pourra jamais remporter son titre. Un peu comme Felipe Massa chez Ferrari qui n’avait jamais pu devenir champion à cause de la présence de Schumacher chez les rouges. D’autant que chez Mercedes, il n’y a pas de consignes, ni préférences, les pilotes sont libres de se battre. Rosbger n’a aucune excuse. Il dispose de la meme monoplace que Hamilton et pourtant il n’y arrive pas. Aujourd’hui, il se fait avoir dès le départ. Trop de fébrilité chez Nico par rapport à Lewis qui est serein comme jamais. On l’a en effet rarement vu aussi détendu que cette saison. Lewis sent que rien ne peut lui résister. Pendant que Rosberg trime, Lewis lui, côtoie la Jetset. C’est injuste mais c’est ainsi. Le britannique n’a pas besoin de forcer le talent, il est surdoué. C’est un attaquant pur au mental d’acier. Hamilton se dirige donc tout droit vers son 3eme titre puisqu’il accroit encore un peu plus son avance au championnat du monde. Il reste 5 courses à disputer. Mathématiquement, tout reste encore possible pour Rosberg, il faudrait pour cela un coup du sort, avec au moins deux abandons de Lewis Hamilton en course. Autant dire qu’i lva devoir prier...

Lire la suite
Vettel haut la main
Sep22

Vettel haut la main

  0 Like(s) Vettel, haut le doigt Il faudrait plutot dire haut le doigt, car le doigt légendaire de Sebastian Vettel lorsqu’il gagne une course, on a en bouffé à l’époque où il gagnait tout chez RedBull. Ce doigt levé que l’on peut voir comme un doigt d’honneur à un doigt près est assez arrogant pour tout dire.. en tout cas c’est comme cela que je le ressens moi, fan de fernando Alonso. Cela n’enlève rien au talent monstrueux de l’allemand. L’allemand qui, une fois n’est pas coutume, remporte une seconde victoire en rouge et qui se relance pour le titre, disons plutot pour le titre de vice champion. En effet, Hamilton est encore loin devant au championnat pilote. Alors que s’est-il passé ce week-end pour que Vettel, et plus globalement, Ferrari remporte ce grand prix de Singapour en dominant de la tête et des épaules ? La réponse parait limpide, ils ont trouvé les bons réglages. Durant tout le week-end, ils ont été dans le coup. A l’instar de RedBull mais à l’inverse de Mercedes, ultra dominatrice jusqu’ici, qui n’a jamais réussi à trouver le réglage de la mort qui tue. Résultat ? Mercedes s’est qualifié sur la 3eme ligne et a terminé au même niveau. Enfin, terminé, c’est vite dit puisque Hamilton a du abandonner suite à un problème de pédale d’accélérateur. Ce qui relance donc Rosberg au championnat. L’allemand reprend 12 points, c’est toujours ça de pris, et vu comment il se fait dominer par Hamilton, c’est même inespéré. Seulement voilà, il lui faudra reprendre plus de points que cela s’il veut garder une change de gagner le titre ! Mais pourquoi diable, les Mercedes n’ont-elles pas trouvé les bons réglages ce week-end. Cela reste un mystère, même eux ne savent toujours pas. Il faut dire que le circuit de Singapour, un circuit en ville, est très atypique. L’adhérence y est très différent des autres circuits. Cependant, il pourrait y avoir une autre explication et si cette dernière venait à se confirmer, cela pourrait bien créer des sérieux problèmes pour Mercedes. Le championnat relancé ? Quoi ? Mercedes n’aurait finalement pas le championnat gagné ? Le championnat constructeur est lui gagné, pas mathématiquement, mais ca ne serait tarder. Le problème se situerait au niveau de la pression des pneus. Souvenez vous, lors du précédent GP, l’équipe Mercedes a été rappelé à l’ordre pour avoir utilisé des pressions de pneus trop basses. Et si ils avaient dû remonter leur pression et que depuis ils n’arriveraient plus à trouver les bons réglages ? Peu de chance. L’explication tient probablement du tracé atypique, point. Au championnat, Vettel n’est pas...

Lire la suite
Gp monza, Hamilton presque tranquillement..
Sep08

Gp monza, Hamilton presque tranquillement..

  0 Like(s) Ce week-end c’était le grand prix de Monza. Rendez vous donc en terre de Tifosis. Comme chaque année, à la même époque, la ferveur était toujours présente sur le circuit de Monza, circuit du temple de la vitesse. Ce n’est pas pour rien que l’on appelle ce circuit le temple de la vitesse, des vitesses hallucinantes sont atteintes. Près de 360 km/h en fin de ligne droite. Imaginez un peu. Les voitures sont délestées de leurs appuis et sont libres comme l’air à ces vitesses là. Aucun appui aéro dans la ligne droite. Ajoutez à cela le DRS et vous avez là le cocktail pour obtenir des vitesses de pointe record. Passons en revue la course. Première surprise, le départ. Une fois n’est pas coutume, le finlandais bien qualifié deuxième, loupe complètement son départ et se voit rétrogradé en queue de peloton. Mauvaise pioche. Cela devait arriver, depuis la fin des assistances au départ, il fallait bien que ça arrive. C’est donc Kimi qui en fît les frais, en évitant tout juste de caler. La course qui s’en suivit fût tout de même plus convaincante pour le finlandais puisqu’il fît une belle remontée, terminant à la 5eme place. Devant, Hamilton ne quitta jamais la 1ere position. Le britannique eût une course tranquille, course qu’il domina de la tête aux épaules. Tranquille ? Pas si sûr ! Dans les dix derniers tours, un étrange message de son team lui intima l’ordre d’accélérer alors même que Lewis avait une avance de plus de vingt secondes sur le deuxième. Incompréhensible. Pourquoi l’équipe Mercedes faisait courir un tel risque à leur pilote ? L’explication vînt en fin de grand-prix. L’équipe avait peur de recevoir une pénalité post course pour pression de pneumatiques non conformes. Et effectivement, dès l’arrivée, la FIA porta réclamation ! Mais au final, aucune sanction n’a été suivi.. et c’est tant mieux pour le spectacle. LA pression des pneus de Lewis était trop basse de quelques centièmes de bars. Insignifiant. Il ne bénéficia d’aucun avantage. Derrière son coéquipier eût une course moins tranquille. Il remonta tout de même 3eme, mais à 2 tours de la fin, alros qu’il allait s’attaquer à la deuxième place détenue par Vettel, il cassa son moteur. Moteur trop ancien qui faisait son 6eme Grand prix et avait déjà accumulé plus de 6000 km. Le tournant du championnat à n’en point douter car Rosberg qui était déjà bien distancé de Lewis au classement mondial se devait, si ce n’est lui reprendre des points, au moins limiter la casse en terminant au minimum 2eme. En abandonnant, il concède 25 points à Hamilton. Le titre...

Lire la suite