Belle épreuve des 6 barres au jumping de Megève

  3 Like(s) Ce 27  juillet 2013, à eu lieu l’épreuve des 6 barres lors du jumping de Megève. Cette épreuve spectaculaire est toujours très attendu par de nombreux spectateurs voulant passer un moment de sport et de suspense. En plus, la règle est simple: celui qui saute le dernier obstacle le plus haut est vainqueur.     Le parcours des 6 barres est différent des autres. Premièrement, il y a seulement 6 obstacles  à sauter . Ensuite, les obstacles sont de plus en plus haut. Ici le premier obstacle est à 1m20, le deuxième à 1m25, le troisième à 1m30, le quatrième à 1m40, le cinquième à 1m50 et enfin le dernier à 1m75. Les deux premiers obstacles échauffent le cheval et prépare le cavalier avant d’arriver devant  la ligne de quatre obstacles composée d’un petit obstacle et de trois obstacles à 6 barres (6 barres serrées verticalement: voir photo), dont le dernier est le plus haut et le plus important. Lorsque tous les cavaliers sont passés, le dernier obstacle prend de la hauteur. Ainsi, ceux qui ont réussi le précédent parcours sautent le prochain avec le dernier obstacle plus haut et ainsi de suite. Il y a eu cinq tours ce week-end. Trois cavaliers se sont affrontés au dernier tour avec l’obstacle à 2m02. Mais malheureusement  les trois n’ont pas réussi à sauter cette hauteur. Le cavalier français Jean-Luc Mourier n’a pas sauté l’obstacle et à fait tomber toutes les barres. L’italien Simone Coata et le néozélandais Grant Wilson ont sauté l’obstacle mais ont fait tomber des barres. Le saut à 2m02 n’est alors pas validé. Il y a donc trois gagnants à 1m95  qui ont réalisé de très beaux parcours sans faute jusqu’à une belle hauteur qui est 1m95. C’est très impressionnant pour le cheval et le cavalier de se retrouver devant un obstacle de cette taille. Même si un cavalier réussi à passer l’obstacle de 2m02, il n’y a pas d’obstacle plus haut à sauter. Le cheval peut se blesser aux membres à la réception du saut , et peut faire tomber son cavalier. C’est risqué pour le cheval et le cavalier. Voici le lien d’une vidéo qui montre une épreuve des six barres. Ce n’est pas l’épreuve de Megève mais une plus ancienne à Vichy. Les lecteurs ont également apprécié :Interview de Kevin Staut, cavalier de l’équipe de France Sports équestres : le horse-ballLe Jumping international, c’est aussi…Jeux équestres mondiaux: Le plus grand évenement équestre au monde, en France cette année!Se muscler grâce à...

Lire la suite

Le Jumping international, c’est aussi…

  1 Like(s) Le Jumping international, c’est aussi… Un sport dont on ne parle pas beaucoup médiatiquement. L’équitation est pourtant le troisième sport, après le football et le tennis, comptant le plus de licenciés. Un des seuls sports (avec la voile et l’automobile) où les hommes et les femmes sont des concurrents égaux. Ils s’affrontent lors des mêmes épreuves. C’est également un sport que l’on peut pratiquer longtemps à haut niveau, même lors d’un certain âge. Par exemple, le cavalier français Michel Robert à 64 ans. Il est toujours au rendez-vous lors des concours, notamment grâce à sa plus grande expérience par rapport aux autres. …et puis, côté coulisses: Ce n’est généralement pas le cavalier qui prépare son cheval avant l’épreuve mais son groom (personne qui s’occupe des soins aux chevaux). Afin de permettre à certains chevaux de se sentir comme à la « maison » pendant les jours de concours (plusieurs jours de suite), les grooms ou cavaliers accrochent leur doudou (une peluche) au box. Et oui, ceci permet de leur rappeler leur écurie et de les rassurer.                                                                                                                                                                                                                                           Pour détendre au maximum les chevaux, une musique peut même leur être diffusée dans les écuries. Le plus souvent, les chevaux sont de couleurs bai, noir, ,gris ou blanc. Mais Michel Robert s’est présenté avec un cheval pie (blanc et bai: voir photo). Il est le premier à monter un cheval de cette couleur en compétition. C’est vrai que l’on pense plutôt à un cheval de club qu’à un cheval de sport de haut niveau.                                                                                                                                                   Cela a crée la surprise et a fait parler d’eux.  A présent, la belle jument qui se nomme Catapulte est attendue avec impatience sur la piste et ne passe pas inaperçue.     Si vous ne connaissez pas vraiment ce sport, avec ces petits détails, vous allez devenir incollable en matière de jumping. Les lecteurs ont également apprécié :Interview de Kevin Staut, cavalier de l’équipe de France Belle épreuve des 6 barres au jumping de MegèveLa Coupe des nations sous le soleil de RomeJeux équestres mondiaux: Le plus grand évenement équestre au monde, en France cette année!Se muscler grâce à...

Lire la suite
La Coupe des nations sous le soleil de Rome
Mai29

La Coupe des nations sous le soleil de Rome

  0 Like(s)   C’est dans un magnifique cadre et sous le soleil, que 8 équipes de nationalités différentes se sont affrontées, le 24 mai, à Rome.   Fonctionnement de la Coupe des Nations Il s’agit d’un circuit où les cavaliers se retrouvent en équipe (de 3 ou 4), hommes et femmes mélangés.Plusieurs étapes ont lieu, dans différents pays.Chaque nation, peut choisir si son équipe participe à telle étape en comptant les points ou si elle préfère compter les points à une autre étape.Dans tout les cas, les équipes doivent avoir un maximum de points à la fin du circuit pour pouvoir participer à la finale.  C’est un grand circuit ouvert à tous les pays. Ceux-ci sont regroupés en zones (Europe : 1ère division, Europe : 2ème division, Asie, Moyen-Orient,Afrique, Amérique du Sud et du Nord.).  Les meilleurs de chaque zone se donnent rendez-vous en finale. Des gagnants surprise Sur un terrain en sable, la 1ère division nous a étonné : -L’Ukraine est sortie du lot en arrivant à la première place. Ce n’étaient pas les favoris, mais en gagnant,ils ont tout de même montré qu’il fallait se méfier de leur équipe.                                                                                                                                                                                                         -La deuxième place est décernée à l’Allemagne .                                                                                                                                                                                -Quant à la troisième place, elle est occupée par la France. Nos français se sont bien battus, notamment Kevin Staut et Patrice Delaveau qui ont exécutés deux parcours sans-fautes, lors des deux manches.                                                                                                                                                                                                                                             Simon Delestre compte 4 points de pénalités sur les manches, mais à tout de même, également fait gagner des points à son équipe. Pour Roger-Yves Bost,c’est une petite déception. Il a été éliminé suite à plusieurs refus de son cheval, devant un triple. Impossible de passer l’obstacle. La France a donc décroché, avec réussite, la troisième place à trois, sous les yeux de leur coach Philippe Guerdat. Si les Français continuent sur cette lancée, on a peut-être une chance de médaille à la fin du circuit.  Morgane.  (Crédits photos: http://www.Eurosport.fr/) Les lecteurs ont également apprécié :Le Jumping international, c’est aussi…Interview de Kevin Staut, cavalier de l’équipe de France Belle épreuve des 6 barres au jumping de MegèveDans la peau d’un cavalier international!Les Français victorieux au Derby de La...

Lire la suite
Dans la peau d’un cavalier international!
Mai22

Dans la peau d’un cavalier international!

  2 Like(s) Vous êtes vous déjà retrouvé sur le dos d’un cheval de jumping de haut niveau comme un réel cavalier ?  Pour quelques minutes, mettez vous dans la peau d’un cavalier international. Embarquer avec le cavalier italien Luca Maria MONETA, lors du Derby de la Baule, sur son cheval Jesus de la Comune. Il a fixé une caméra sur son casque lors de son passage. Accrochez-vous! Le parcours commence à 4:15. caméra embarquée jumping: Derby de la Baule Les lecteurs ont également apprécié :Sébastien Chabal teste l’équitation: vidéo!Interview de Kevin Staut, cavalier de l’équipe de France Belle épreuve des 6 barres au jumping de MegèveLe Jumping international, c’est aussi…La Coupe des nations sous le soleil de...

Lire la suite
Les Français victorieux au Derby de La Baule
Mai22

Les Français victorieux au Derby de La Baule

  0 Like(s)   Ce 18 mai, à eu lieu le Derby de La Baule. Il s’agit d’un parcours d’obstacles classiques mais avec des obstacles naturels en supplément (buttes, contre-bas, passage dans l’eau…). Il attire chaque année de nombreux spectateurs venus assister à un concours souvent mouvementé (chutes, glissades, refus…). Le parcours est plus long, avec davantage d’efforts pour les chevaux et les cavaliers. Six cavaliers français sur 14 concurrents étaient au départ de cette épreuve ,comptant 21 obstacles, à finir avant les 198 secondes. Autant dire que gagner un derby est difficile même pour les meilleurs. Classement : Le français Patrice Delaveau s’est imposé en faisant un magnifique parcours sans-faute en 149,25 secondes. A la deuxième marche du podium, avec un sans-faute également, se trouve un autre français Michel Hécart, qui a fini en 151, 15 secondes. Ce sont les deux seuls cavaliers à avoir fait un sans-faute. La troisième place est occupée par l’irlandais Shane Breen, avec 4 points de pénalités, en 148,85 secondes. … Les autres français se classent : -7 ème, Jérôme Hurel avec 16 points de pénalités, en 158, 24 secondes. -8 ème, Marie Hécart avec 20 points de pénalités, en 154, 18 secondes. -Kevin Staut et Julien Epaillard sont éliminés suite aux refus de leur cheval respectif face aux obstacles. Petit clin d’œil à l’américain Richard Spooner, éjecté de sa selle, mais qui a réussi à ne pas tomber grâce à une bonne souplesse et un bon sens de l’équilibre. Il est arrivé à la 9ème place et a ainsi évité l’élimination. Les lecteurs ont également apprécié :Interview de Kevin Staut, cavalier de l’équipe de France Daniel Deusser vainqueur aux Equita’Masters d’Equita’Lyon.Belle épreuve des 6 barres au jumping de MegèveLe Jumping international, c’est aussi…La Coupe des nations sous le soleil de...

Lire la suite